jeudi 5 mai 2011

LE CALENDRIER JULIEN.

Notre Église utile le calendrier JULIEN pour la vie religieuse (et non seulement pour Pâques, comme le font les néo-calendaristes) et le calendrier grégorien pour la vie civile. Avant 1923, les deux dates étaient indiquées tous les jours. (C'est que que nous faisons toujours aujourd'hui).


L'OECUMÉNISME

Notre Église ne rejette pas l'oecuménisme, mais elle n'accepte pas n'importe quoi à n'importe quel prix, (le faux œcuménisme) et certainement pas avec des compromis qui seraient hérétiques. Elle exige le respect de ce qu'elle est et de ses Traditions.

Le schisme (séparation) et l'hérésie (doctrine erronée et fausse) sont des anomalies qui vont à l'encontre du principe de l'Église Une et Universelle. 

Dans le domaine laïc, le compromis, au travers de la diplomatie, est essentiel et souhaitable, dans les questions du digme chrétien, tout compromis constitue une trahison.

C'est pourquoi il n'est pas possible de réciter le CREDO avec l'ajout du FILIOQUE (...le Saint Esprit qui procèderait alors du Père et du Fils...) ou sans le Filioque, selon le goût de l'auditoire. RAPPEL THÉOLOGIQUE : L'Église de Rome confesse: que le Saint Esprit procède du Père et du Fils. l'Église Orthodoxe confesse que le Saint Esprit procède du Père et Il est glorifié avec le Père et le Fils... ceci selon le Credo du Concile de Nicée-Constantinople convoqué par l'Empereur Théodose le Grand, à Constantinople. Le Concile insère sa décision dogmatique sur l'Esprit Saint dans le Credo que l'on appelle : symbole de Nicée-Constantinople. C'est la proclamation des hypostases (les 3 Personnes). Celui qui fut remarqué et qui a défendu la Foi fut saint Basile le Grand, il meurt en 379, avant la réunion du Concile, il était soutenu par saint Grégoire de Nazianze et saint Grégoire de Nysse. Le dogme proclamé est : TROIS HYPOSTASES, UNE SEULE SUBSTANCE.

PEUT-ON ACCEPTER N'IMPORTE QU'ELLE
INNOVATION OU INVENTION ? 

Les innovations sont condamnables et ne peuvent se justifier par l'idée qu'il faut "s'adapter à une société changeante et moderne". Cette iinovation calendérique n'a pour elle aucun argument véritable. Toutes tentatives faites pour justifier l'introduction d'un calendreier autre, pour notre vie ecclésiale, ne sont que des thèses antipatristiques et des prétextes non-orthodoxes.

Malheureusement elles ont néanmoins impressionné beaucoup de personnes, à cause de la présentation fallacieuse qu'en ont fait des évêques de l'Église d'État, dite Église officielle (et actuellement en France et en Europe les néo-modernites de l'école de Paris), sans respect pour la vérité et reniant la Foi orthodoxe des Pères.

L'unité de l'Église n'est ni administrative, ni disciplinaire ou organisationnelle, mais bien Liturgique. L'Unité jaillit de l''Eucharistie et du baptême.

La notion de modernité a-t-elle un sens d'ailleurs? Cela demande beaucoup de réflexion. Quant à l'Église, elle dépasse cette notion purement temporelle et humaine.