samedi 24 décembre 2011

PARLONS DE LA TRADITION OCCIDENTALE DE LA CRÈCHE.

Dans notre tradition orthodoxe nous ne connaissons pas ou peu la Crèche telle qu'elle est perçue en Occident.

L'origine de la Crèche en Occident daterait de l'an 1223. Ce serait le Moine saint François d'Assise qui aurait reconstitué le lieu où est né le Seigneur Christ Jésus pour enseigner les populations illettrées et expliquer ces parties de l'Évangile. 
 Nous lisons l'Évangile de la Nativité dans Luc 2, 1 - 20.
La Crèche s'est répandue rapidement dans notre monde occidental et en particulier chez nos amis Catholiques Romains.

Mais, ô surprise, nous découvrons qu'il existe aussi une Crèche Russe ou VERTEP.
À la différence des Crèches occidentales, c'est un petit théâtre où des figurines jouent l'histoire de la Nativité. Ceux qui les animent alternent dialogues et parties chantées traditionnelles.
VERTEP veut dire GROTTE, c'est donc de la grotte de la Nativité dont il est question, la Sainte Grotte qui se trouve sous l'ambon de l'Église de la Nativité du Christ à Bethléem. Le lieu de la Naissance du Seigneur est indiqué sur le sol par une étoile d'argent et une inscription : "ICI NAQUIT JÉSUS CHRIST DE LA VIERGE MARIE"
Dans une niche arrondie, au-dessus de l'étoile, brûlent seize lampe à huile. Un peu plus loin se dresse l'Autel de la Crèche, l'endroit où la Mère de Dieu déposa le Seigneur Jésus après Sa Naissance.
La Crèche elle-même, la mangeoire des animaux domestiques dont la Vierge Marie se servit de berceau, fut emportée à Rome au 7ème siècle en qualité de reliques vénérables. La niche où se trouvait la mangeoire fut recouverte de marbre.

L'Église Orthodoxe lors de la Fête de Noël, offre à la vénération des fidèles l'Icône de la Nativité, qui  est elle-même la Crèche. Notre Église ne connait pas ce que nous nommons en Provence, les Santons.

Chacun de nous peut penser ce qu'il veut de cette "coutume" ou "tradition provençale", mais je crois qu'elle est profondément respectable. Elle a le mérite encore aujourd'hui et je dirais même surtout aujourd'hui, de rappeler une réalité, LE VERBE SE FAIT CHAIR ET IL VIENT HABITER PARMI NOUS LES HOMMES.

Depuis très longtemps j'ai toujours été intrigué par un des santons de cette Crèche Provençale, le RAVI.
Pour beaucoup il serait le "demeuré" du village, "l'idiot". Or je crois qu'il y a là une grosse erreur, ce personnage n'est ni le benêt, ni l'idiot ou le naïf du coin.
Regardons bien ce personnage, sa position et son attitude:
Le Ravi, les bras élevés et contemplant l'Enfant, le Dieu-Homme

Le mot RAVI, selon le dictionnaire, veut dire : Très content, enchanté etc.
Dans la tradition orthodoxe le mot RAVI est très souvent utilisé. On nous parle en particulier de saint André FOL en CHRIST qui fut ravi au ciel.
Dans Luc 1, 47 nous lisons : " Mon âme magnifie le Seigneur, je suis ravi en Dieu mon Sauveur."
RAVI = transporté.
 La Vierge Marie dans son chant ajoute : "Désormais, toutes les générations me diront bienheureuse, parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses" (Office de l'Orthros - Matines).

Saint Basile écrit : "Le premier fruit de l'Esprit c'est la paix et la joie. La Vierge sainte qui a reçu l'Esprit Saint dans toute sa plénitude ajoute avec raison :Mon esprit est ravi..." L'Écriture emploie ordinairement le mot de ravissement, de transport, pour exprimer dans les personnes qui en sont dignes, un état de l'âme remplie de joie et d'allégresse. La Vierge Marie est donc RAVIE dans le Seigneur par un tressaillement ineffable de son coeur, et par le transport d'une affection pure..."En Dieu mon Sauveur"

Saint Ambroise dit : "Que l'âme de Marie glorifie le Seigneur, et son esprit est RAVI en Dieu son Sauveur..."

Le RAVI de la Crèche méridionale est surprenant, en effet il est le personnage de cette scène qui est de plain-pied dans le mystère qui s'accomplit devant lui et tous les autres présents. Regardons-le, il est plonge totalement dans le mystère qu'il contemple. Qu'il soit debout ou à genoux n'a aucune importance, il a toujours les yeux grands ouverts et il fixe le Seigneur Christ qui prend chair dans notre humanité. Il contemple le Verbe de Dieu qui s'Incarne.
Il est témoin. Un témoin muet et émerveillé. Il est RAVI en Dieu.

Ce RAVI n'a pas peur de Dieu. Il en est tout proche. Il reconnaît dans cet Enfant le mystère de Dieu.
Regardez ce santon, ce petit personnage, il a les mains ouvertes, souvent levées vers le haut.
Il témoigne humblement, à sa place, d'une attitude hautement spirituelle, il est devant Dieu abandonné, les mains vides.
Pourtant ce modeste personnage, étonnement, ne décolle pas pour autant de la réalité. Il atteint une profondeur et une élévation étonnante en restant "collé" à ce qui ce passe sous ses yeux.
Dans la Crèche, le RAVI est extrêmement posé, contrairement aux autres personnages. Il n'est pas dans le mouvement. Il est ARRIVÉ.
Il contemple l'INCOMPRÉHENSIBLE - Dieu s'incarne dans un petit enfant, faible, fragile. Cet Enfant c'est Dieu le Verbe qui épouse notre humanité, Sa création.

Le RAVI est tout proche des FOLS EN CHRIST. Qui sont donc ces personnages totalement ignorés de notre monde occidental?
Le FOL-EN-CHRIST nous rappelle l'existence simple de l'Évangile : Nourrir ceux qui ont faim, vêtir ceux qui sont nus, visiter les prisonniers et les malades...et surtout, garder sans cesse en nous la mémoire de Dieu. Les Fols en Christ sont là pour remettre en mémoire le haut message de l'Évangile, message qui n'est pas réduit à de simples observances liturgiques et à un respect strict de codes sociaux impératifs.
Mais attention, les Fols-en-Christ ne sont absolument pas des révolutionnaires ou des anarchistes. Ils n'ont ni révolte contre l'ordre social et n'ont aucune intention de faire une quelconque révolution.La folie en Christ est la voie étroite qu'empruntent certains êtres d'exceptions, se souvenant de la Parole du Christ qui a dit une fois pour toute : "Rendez à César ce qui lui appartient et à Dieu ce qui est à Dieu."
Les Fols-en-Christ, comme le Ravi de la Crèche Provençale sont les révélateurs de l'inanité de la gloire humaine.
Le Fol-en-Christ, comme le Ravi, sont nécessaires et leur rôle est essentiel. Ils s'engagent sur ce chemin difficile avec la bénédiction de leurs Pères spirituels, de leurs Anciens. Ils n'inventent rien, ils sont dans la juste obéissance et ne font rien, ni ne jeûne sans obéir.
Cependant peu d'êtres sont appelés à cette FOLIE en Christ et se manifestent d'une manière aussi visible car les vocations sont différentes, comme le sont les demeures de la Maison du Père.
 Le Fol-en-Christ qui surgit parmi nous se fait alors regard insoutenable de Dieu sur l'iniquité du monde. Il gêne nos Évêque les hiérarques, les Gouvernants, qu'ils soient rois, princes ou autres. Le Fol-en-Christ dérange les puissants de ce monde, car ces "puissants" ne peuvent pas soutenir son regard et encore moins entendre leurs propres vérités, eux qui sont trop souvent dans le mensonge et la négation même de Dieu pour beaucoup.
Ceux que l'on nomme les "philosophes, les humanistes, les psychologues, les psychiatres" et qui prétendent détenir la vérité universelle, qui se croient "intelligents" ignorent ces Fols-en-Christ ou ce Ravi de la Crèche, ils les méprisent avec hauteur car ces êtres simples sont incapables de spéculer vainement et la théologie verbeuse leur est étrangère : ils ne savent ni ne veulent enfermer le VERBE de DIEU dans des mots, mais ils aiment vraiment et sont les véritables théologiens dont notre monde et notre triste société ont un grand besoin.
Saint Isaac le Reclus - Fol-en Christ.

"Car il viendra un temps où ils ne supporteront plus l'enseignement saint, mais au gré de leurs propres désirs, avec démangeaisons d'entendre, ils se donneront maîtres sur maîtres; ils détourneront leurs oreilles de la vérité et dévieront vers les fables." (2 Timothéee 4, 3-4).
Dans notre société d'une froideur redoutable, dans notre époque non seulement sécularisé, mais laïcisée à l'extrême, (La laïcité devenant une religion plus redoutable que les religions qu'elle prétend museler ou soumettre.)les Chrétiens semblent trop souvent avoir honte de la folie de la Croix du Christ.
La laïcité et ses fidèles veulent confiner la Foi au seul temps dominical et au seul lieu de culte. Certains Élus veulent bien des Crèches dans leur ville ou village, mais sans l'Essentiel dans la Crèche, le Seigneur Jésus Christ. Alors, qu'est-ce-qu'une Crèche sans le Christ ?
Un joli décor, mais un décor vide de tout son sens, la VIE.
Plus de RAVI, plus de FOL-EN-CHRIST, plus de CHRIST...RIEN !

"On mettra la main sur vous et on vous persécutera; on vous livrera aux juges iniques, on vous jettera en prison, on vous mènera devant les gouverneurs à cause de mon NOM.
Ne préparez pas votre défense, moi je vous donnerai une parole, une sagesse, à laquelle vos adversaires ne pourront s'opposer.
Vos propres amis et vos frères vous livreront, vous serez détestés à cause de mon NOM." (Luc 21, 12-19)

"Que nul ne s'abuse lui-même: si quelqu'un parmi vous pense être sage selon le monde, qu'il devienne fou en Dieu, afin de devenir sage." (Paul, 1 Cor. 3, 18).

(D'après des textes de méditation du livre : la vie des Fols-en-Christ. Folie du monde et Sagesse de Dieu. Collections des Théophores. Éd. de Désert. 2002. et d'après un texte de la Moniale Christine. La Croix n° 39156. du 23.12.).