mardi 27 mars 2012

SAINT BENOÎT DE NURSIE

SAINT BENOÎT DE NURSIE
fête le 14 mars au calendrier de saints Pères
27 mars au calendrier civil.

À l'Orthros (matines) 
Ode 1 - t.2.
Me proposant, vénérable saint Benoît, de célébrer ta mémoire digne d'éloge en vérité, je te prie d'intercéder pour que la grâce me soit donnée avec la rémission de mes péchés.

Dés l'enfance ayant pris ta croix, en solitaire tu suivis les pas du Tout-Puissant et, mortifiant la chair, bienheureux Père, tu fus digne de la vie.

Te soumettant à la divine loi, bienheureux Père, tu mis fin à la houle des passions par tes ascétiques efforts et tu acquis l'impassible condition.


Cathisme, t.1. 
En moine, tu menas vertueuse vie, de manière agréable au Seigneur et tu reçus le pouvoir des guérisons, accomplissant d'étonnantes merveilles, Benoît. Ayant formé un monastère saint, tu menas vers Dieu une multitude de sauvés. Gloire à Celui qui t'illumina, gloire à Celui qui t'a couronné, gloire à Celui qui par toi opère en tous les guérisons.

Tropaire. t.1.
Tu as montré la vérité de ton nom par tes combats d'ascète, Père Théophore Benoît; ayant fleuri comme un fils de bénédiction, tu devins une règle, un modèle pour tous ceux qui ont à coeur d'imiter ta sainte vie et s'écrient à l'unisson de leurs voix : Gloire à Celui qui t'a donné ce pouvoir, gloire à Celui qui t'a couronné, gloire à Celui qui opère en tous, par tes prières, le salut.

SA VIE
Saint Benoît naquit vers l'an 480, à Nursie, petite ville de province située dans les montagnes au nord-est de Rome, au sein d'une famille chrétienne pieuse et aisée.
Il est envoyé à Rome pour ses études. Là, désirant plaire à Dieu et dédaignant les plaisirs du monde et ses veines promesses, il cherche a revêtir l'habit des moines.
Benoît se retire à Subiaco, dans une grotte perchée à plus de 600 mètres d'altitude, où il demeurera inconnu des hommes, sauf d'un moine cénobite se nommant Romain, qui l'avait revêtu du saint habit monastique et venait lui apporter en secret des provisions qu'il économisait sur sa propre portion.
Au bout de 3 ans, un prêtre vint lui apporter de la nourriture, c'était le jour de Pâques.
Puis des bergers vinrent le voir et un grand nombre de personnes.
Le supérieur du monastère voisin de Vicovaro étant mort, les moines demandèrent à Benoît de prendre la direction du monastère.
Mais, dès que saint Benoît voulu leur imposer le respect des Règles des Moines, il se heurta à leur réticence et à leurs murmures. Ils tentèrent de l'empoisonner lors d'un repas en empoisonnant sa boisson. Benoît fit le signe de la croix pour bénir le breuvage qu'on lui présentait, la carafe se brisa.
 Serein et en paix, sans aucune haine pour ces tristes moines, il quitta ce monastère incorrigible et retourna au désert.
Il attira malgré lui de nouveaux disciples. On vint lui confier des enfants - MAUR ET PLACIDE.
Il organisa 12 monastères, répartis aux alentours et comportant chacun 12 moines, à la tête desquels se trouvaient un supérieur qui rendait compte à saint Benoît de l'avancement spirituel de chaque moine. 
Un prêtre de la région, nommé Florent, jaloux de la renommée de Benoît tenta de l'empoisonner avec un pain qu'il lui offrit en cadeau. Benoît tendit le pain à un corbeau qui avait coutume de prendre sa pitance dans les mains du vénérable Père, il ordonna au corbeau d'aller jeter le pain là où personne ne pourrait venir y toucher.
Le malheureux prêtre fit d'autres tentatives pour persécuter Benoît et ses moines.
Benoît décida de ne pas résister davantage au méchant pasteur et, après avoir donné ses dernières recommandations aux Higoumènes (supérieurs) des monastères, il quitta Subiaco à la tête d'un petit groupe de moines (vers 529).
Arrivé au Mont Cassin, montagne élevée située à mi-chemin entre Rome et Naples, saint Benoît et ses moines construisirent une église dédiée à saint Martin de Tours, ainsi qu'un monastère.
Constamment uni à Dieu par la prière, saint Benoît n'en dédaignait pas pour autant le travail manuel avec ses moines.
Il rédigea sa Règle des Moines; document admirable de discernement spirituel et d'une grande sobriété, qui devint la véritable charte des Moines d'Occident. Saint Benoît écrivit cette Règle en se fondant sur les écrits des Vénérables saints Pères : Pacôme, Basile le Grand, Cassien etc.
Pour saint Benoît le monastère est l'Église en résumé et une école où l'on apprend le service du Seigneur (car nul ne peut être moine sans avoir été formé dans une Communauté de moines. On ne s'invente pas moine!) sous la conduite de l'Higoumène ou Abbé et au moyen de la sainte OBÉISSANCE aux commandements évangéliques.
C'est là qu'en persévérant jusqu'à la mort et en prenant part, par la patience, à la Passion du Seigneur, que les Moines pourront progresser de vertu en vertu afin d'atteindre Son Royaume éternel.

Tout comme l'évêque dans l'Église locale, l'Higoumène ou Abbé tient dans la Communauté des Moines la PLACE DU CHRIST.
L'Higoumène ou Abbé, père plein d'amour, doit savoir tempérer sa douceur par une juste sévérité et, s'il a toute autorité dans le domaine spirituel, il doit agir avec conseil en ce qui concerne la vie matérielle de la Communauté des Moines et doit répartir les responsabilités entre les Moines.


Ayant annoncé le jour de sa mort, le Père saint Benoît ordonna qu'on ouvrit son tombeau dans lequel avait été déposé quelque temps plus tôt le corps de sa soeur, sainte Scholastique (le 10 février au calendrier des Pères), puis il fut saisi d'une violente fièvre.
Il se fit conduire à l'église, reçut la sainte Communion et, se tenant debout, soutenu par ses frères, il éleva les mains vers le ciel et rendit son dernier soupir en murmurant les paroles d'une ultime prière (vers 560).
Le même jour les moines virent un chemin jonché de riches tapis et illuminé d'innombrables torches s'élever de son monastère jusqu'au ciel, et un vénérable vieillard apparut au sommet pour leur révéler que c'était par là que saint Benoît était passé pour rejoindre sa patrie céleste.
Les miracles abondèrent auprès des saintes reliques de saint Benoît.
Reliques de saint Benoît.

Aujourd'hui son corps est  au Monastère de Saint Benoît sur Loire dans le Loiret. Les reliques ont été amenées au monastère de Fleury sur Loire en l'an 800. 
Le reliquaire de saint Benoît  au monastère de Saint Benoît sur Loire - Loiret-


L'higoumène de notre Communauté Monastique de Nîmes, le Père jean et le hiérodiacre (moine-diacre) Clément sont allés à plusieurs reprises en pèlerinage auprès des reliques du saint Père Benoît au monastère de Saint Benoît sur Loire.

Par les prières de notre saint Père Benoît
Seigneur Jésus Christ notre Dieu,
 aie pitié de notre Fraternité Monastique de Nîmes
 ainsi que des Moines qui y prient et te servent.