samedi 2 juin 2012

LA SAINTE PENTECÔTE

DIVINE LITURGIE DE LA PENTECÔTE
DIMANCHE  21 MAI au calendrier des Pères

DIMANCHE 03 JUIN AU CALENDRIER CIVIL    à  10h 30


Lectures :  à l'Orthros (Matines)
Évangile : Jean 20 : 19-23.

À la Divine Liturgie :
Épître : Actes 2 : 1-11  ;   Évangile : Jean 7, 37 -52 ; 8: 12.
 ________________
Vêpres du Saint Esprit : Prière de la Génuflexion. 
 Icône de Théophane le Crétois - 1546.
Monastère Stavroniketa. Mont-Athos

La scène se passe au Cénacle dont il est question dans les Actes chapitre 5 aux versets 12 -13.
L'Apôtre Matthias venait d'être élu à la place de Judas.
Une place vide au centre, en mémoire du Christ, qui bien que monté au Ciel, reste et demeure le Chef de la Communauté Chrétienne.

______________________
SERMON, du métropolite Philarète de Moscou
Lorsque, après s'être abîmé dans la Création, lorsque, ne pouvant plus supporter l'éclat de la lumière incréée, l'homme se fut caché loin de la face de l'Éternel Dieu  (Genèse III, 8), et lorsque Dieu se fut caché de l'homme pour ne pas exterminer le coupable par l'unique effet de Sa Sainte Présence, l'Indivisible Trinité, dans SA clémence ineffable, se rapprocha par des manifestations graduelles du malheureux banni, afin que  la grâce de Notre Seigneur Jésus Christ, et l'amour de Dieu le Père, et la communion du Saint Esprit (2 Cor.XIII, 13) puissent le relever et le réhabiliter de sa déchéance.

Le Père se manifesta par les promesses de l'amour et miséricorde, et confia le pécheur effrayé de Sa justice infinie, à la médiation du Fils ;  le Fils se manifesta sous le voile de l'humanité, et, après avoir vaincu en Lui-même le péché et terrassé la mort, Il ouvrit à la grâce du Saint Esprit une porte vers les enfants de colère ;  enfin le Saint Esprit se manifesta par l'apparition de langues de feu, et pénétra la nature humaine en la personne des Apôtres, pour lui approprier l'amour du Père et les mérites du Fils, et nous rendre participants de la nature divine. (2 Pierre I, 4). 
 En ce même jour où fut donnée autrefois sur le Sinaï la loi de  l'esprit de servitude dans la crainte de la mort, en ce même jour est sortie aujourd'hui de Sion  la loi de l'esprit de vie, de liberté, d'adoption (Rom. IX, 31 ; VIII, 4), et que la communauté de ceux qui ont été sauvés approche, d'un pas mesuré d'avance, vers la consommation de la Loi.
Et ainsi, nous devons voir, dans la descente du Saint Esprit, non seulement un miracle qui illustre l'Église Apostolique, mais un évènement essentiellement lié au problème de notre salut. La solennité présente n'est pas une simple commémoration du passé, mais une continuation de la préparation des Apôtres pour recevoir cet  Esprit qui souffle sans cesse où  il veut. Las Apôtres, ainsi que le rapporte le livre de leurs Actes, après avoir persévéré ensemble dans la prière, furent remplis du Saint Esprit. Et non seulement les Apôtres, mais encore, selon l'opinion de saint Jean Chrysostome, tous les Disciples qui demeuraient avec eux, au nombre d'environ cent vingt (Actes I, 15), furent remplis du Saint Esprit. L'Église nous réunit nous aussi dans ce temple, comme dans le CÉNACLE de Jérusalem, pour invoquer l'Esprit Consolateur, l'Esprit de Vérité, afin qu'Il vienne et qu'Il demeure en nous.
L'Esprit Saint nous explique Lui-même, par Ses langues de feu, ce qu'Il est dans Ses dons primordiaux. Il est un feu immatériel, agissant par deux forces, la lumière et la chaleur, - la lumière de la foi, la chaleur de l'amour.  Cette lumière céleste dissipe les nuages de l'ignorance et du doute ; elle dévoile les illusions fantastiques que l'esprit perdu dans la sensualité prend souvent pour la vérité ; elle permet à l'homme de se voir lui-même dans la nudité de sa nature corrompue, de connaître les rapports du monde avec l'âme, et de sentir la présence de Dieu comme source de toute lumière ; elle communique la connaissance des choses que l'on espère, et la preuve de celle que l'on ne voit pas (Hébreux XI, 1)
Selon que la lumière du Soleil de vérité augmente dans l'esprit, le coeur s'échauffe et s'enflamme. L'amour divin en chasse l'amour de soi ; il y consume l'aiguillon des désirs charnels ; il le purifie, le délivre et, respectivement, il éclaire l'âme d'une lumière nouvelle. La fusion de ces dons primordiaux de l'Esprit est figurée par la langue de feu qui proclame la loi du Dieu Verbe  au coeur (Psaume XXXVI, 31) de l'homme, y imprime Jésus Christ (Galates IV, 19), et accomplit sa régénération dans la vie spirituelle.

Ainsi, l'homme rempli du saint Esprit présente à l'oeil qui n'est pas obscurci par les préjugés, une image de perfection devant laquelle disparaît comme une ombre tout ce que le monde appelle magnifique et grand.

Nous ne nous laisserons pas abuser par l'apparence séduisante que présente ordinairement la justice du monde. Ne pas être l'ennemi déclaré de la foi, ne pas commettre d'iniquités manifestes, faire quelques bonnes oeuvres, éviter les excès nuisibles, se contenter, en un mot, de remplir ses devoirs  indispensables et extérieurs d'hommes et de membre de la société, ce n'est que blanchir son sépulcre (Mat XXIII, 27) qui cependant reste à l'intérieur tout plein d'ossements de morts ; c'est arracher les feuilles de l'arbre de vie qui doivent guérir les nations, mais ne pas goûter à ses fruits (Apoc. XXII,2) qui doivent être la nourriture du chrétien ; c'est avoir la justice des scribes et des pharisiens, qui n'introduit pas dans le Royaume des Cieux (Matthieu XV, 19). Mais pénétrer dans les replis de son coeur, d'où viennent les mauvaises pensées (Matthieu XV, 19), et y rétablir la pureté et la sainteté ; mais garder toute la loi, et ne pas la violer en un seul point, pour n'être pas coupable comme si on l'avait violée tout entière (Jacques II, 10) : quel est l'homme qui, abandonné à sa seule raison et à ses seules forces, peut se flatter de faire cela ? Seul, Dieu crée en l'homme un coeur pur et renouvelle l'esprit de droiture en son sein.(Psaumes L, 12). Il faut naître d'En Haut, pour voir le Royaume de Dieu. (Jean III, 3 ) Amin ! 

Saint Constantin et sainte Hélène.