vendredi 15 juin 2012

UNE SIMPLE MÉDITATION PERSONNELLE

La vieillesse est pour beaucoup d'entre-nous une source de souffrance, de douleurs diverses et variées et une grande source d'inquiétude.

Moine et prêtre, mais aussi simple créature de Dieu, je n'échappe pas aux assauts divers de l'âge, je suis un vieillard, je fais de mon mieux, comme tant d'autres, avec la grâce de Dieu.

MÉDITATION ET PRIÈRE
En méditant je me suis souvenu de la phrase de notre Père saint Séraphim de Sarov : "En avançant en âge (...) nous nous éloignons de la grâce du Saint Esprit et devenons de grands pécheurs..." ... Mais..."

Alors, vieil homme, je me suis arrêté sur ma vie, celle d'hier, celle d'aujourd'hui...puis des larmes ont coulé de mes yeux...comme ça. Je regardais les saintes Icônes... elles me regardaient !
Et je disais dans mon coeur : "Mes iniquités dépassent ma tête, nul santé dans ma chair usée par les années et les maladies.
Nul paix dans mes os en présence de mes torts. Mes plaies sont de plus en plus nombreuses.
Je suis dans la souffrance, courbé jusqu'à terre, tout le jour éploré.
Mon coeur est troublé, la force me quitte plus chaque jour. La joie et la lumière se sont enfuies de mes yeux.
Ceux en qui j'ai mis ma confiance s'écartent de moi.
Je m'apprête aux coups, ma souffrance est devant moi.
(Psaume 37)
__________________

Et les larmes continuaient à couler, simplement...

Mon âme en ces instants était dans une profonde tristesse. Je repensais à tous ceux que le Seigneur Christ avait mis en face de moi durant déjà cette longue vie. Je pensais à ceux qui ont partagé ma vie.
Je pensais à mon fils tant aimé qui aujourd'hui est auprès de Dieu, depuis deux ans déjà, magnifique et admirable don précieux de Dieu dans ma vie.

Ai-je été juste, bon, patient, véritablement humble et modeste, ai-je donné tout ce que je pouvais donner, ai-je pardonné, ai-je aimé comme il fallait, n'ai-je pas regardé mes frères avec mépris ou ironie ? tant de questions!

Je regarde ceux qui partagent ma vie aujourd'hui, leur véritable et admirable patience, leur si grande bonté pour moi. Combien ils sont patients et admirables ces Frères !

Je pense à ceux qui me confient avec simplicité leur coeur et leur âme, à ceux qui se confessent à moi, moine-prêtre. Leur amour et leur confiance m'éblouissent.

Et jaillit de mon coeur ce cri plein d'espérance : "Ne m'abandonne pas Seigneur mon Christ, ne t'éloigne pas de moi. Empresse-Toi de me secourir, mon salut."

Saint Séraphim de Sarov dit : "...Ô merveille divine, la Sagesse recherche toujours le salut. Si sur ses instances l'homme écoute sa voix et se décide, par amour, à devenir vigilant, s'il arrive au vrai repentir, alors l'Esprit Saint agit en lui et établit en lui le Règne de Dieu."

-Viens, Toi qui est grand dans la petite fleur comme dans l'étoile du ciel !
-Viens beauté éternelle,
-Viens éclairer le sombre chaos de mon âme fatiguée !
-Viens transfigurer ma pauvre existence par Ta force créatrice !

ESPRIT SAINT, CONSOLATEUR, VIENS ET FAIS TA DEMEURE EN MOI !
EN NOUS TES ENFANTS SI FRAGILES !

Je me suis souvenu de cette parole du Seigneur : "Dans ce monde vous serez dans la détresse..."

Où pourrais-je trouver le soulagement, où trouver la consolation !

Mon coeur était lourd, la prière bien difficile !

Pourtant surgit sur mes lèvres ces mots : " Esprit Saint, c'est Toi qui adoucis mes peines, allège mon coeur si fatigué par la vie."

-Viens, douce fraîcheur de ceux qui peinent sous le poids du fardeau.
-Viens soutenir les faibles et les abandonnés.
-Viens prendre en pitié les victimes de la misère et de la faim.
-Viens soigner les passions de nos âmes et de nos corps.
-Viens donner sens à nos épreuves par l'espérance de la joie éternelle.

Esprit Saint, Consolateur, viens et fais Ta demeure en moi et en nous !

Mon âme s'apaisait doucement et je me souvenais alors d'une parole de saint Séraphim de Sarov : " Quand l'Esprit Saint descend et remplit l'âme de la plénitude de Sa présence l'homme éprouve une joie ineffable, celle dont parle le Christ notre doux Sauveur. Ces délices répandent en nous une indicible béatitude qui fait fondre les coeurs et qu'aucune langue ne peut exprimer."

"Esprit Saint éternel et généreux, incorruptible et non créé, protection des justes et purification des pécheurs, délivre-nous de toute action impure pour qu'en nous ne s'éteigne pas la lumière de Ta grâce..."
-Viens, Très-bon, nous donner la componction et la source des larmes.
-Viens nous enseigner l'adoration du Père en Esprit et en vérité.
-Viens, sublime vérité, ôter les doutes de notre faible intelligence.
-Viens, trésor de biens, nous donner le trésor de la pauvreté en esprit.
-Viens, Donateur de vie, rendre sa fraîcheur à Ta créature épuisée.
-Viens, lumière éternelle, et que s'évanouissent les fantômes et les terreurs.
-Viens, joie sans fin, et que soient oubliées les peines passagères.
  
Esprit Saint, Consolateur,
viens et fais Ta demeure en nous !

Le psaume 87 exprime parfaitement ce que mon âme ressent souvent, et toute la souffrance de l'homme face à lui-même, face à ses propres défaillances.
 Matines : hexapsalme n° 4:
2- Seigneur, Dieu de mon salut, je crie le jour et la nuit face à Toi !
4- Car mon âme déborde de malheurs et ma vie est au seuil de l'enfer.
5- J'ai été mis au rang de qui choit dans la fosse, je suis devenu privé de secours, libre au milieu des morts;
7- On m'a couché dans la fosse profonde, dans les ténèbres et l'ombre de la mort.
9- Tu retiens loin de moi tous ceux qui me connaissent qui m'ont pris en dégoût. On m'a trahi sans me laisser d'issue.
10- Mes yeux sont accablés par la misère, je crie vers Toi, Seigneur, à longueur de journée, je tiens les mains tendues vers Toi.
14- Et moi, Seigneur, c'est vers Toi que j'appelle, et dès le matin ma prière est devant Toi.
16- Je suis pauvre et je peine depuis ma jeunesse : élevé, abaissé, je suis a bout de force.
17- Sur ma tête ont passé tes accès de colère, tes épouvantements me jettent dans l'angoisse,
18- m'encerclant comme l'eau, m'assiègent tout le jour.

PSAUME 50
3- Fais-moi miséricorde, Dieu, en Ta grande bonté et dans la profusion de Tes compassions, fais disparaître ma méchanceté.
4- Lave-moi toujours plus de ma méchanceté, rends-moi pur de mon péché.
6- Envers-Toi seul je suis pécheur, et devant Toi je fais le mal, ainsi Tu seras trouvé juste en ce que Tu diras, et victorieux lorsqu'on Te jugera.
12- Crée en moi un coeur pur, Dieu ô Dieu, et renouvelle en ma poirtine un esprit droit.
17- Seigneur ! Tu ouvriras mes lèvres et ma bouche proclamera Ta louange.
________________

J'ai dit encore "Ne me rejette pas au temps de ma vieillesse, quand faillira ma force, ne m'abandonne pas !"
(Je suis vieux, malade et je sens mon corps défaillir très souvent. La maladie et l'hôpital sont mes compagnons depuis tant et tant d'années...)
"Car c'est Toi Seigneur qui m'éduquas dès mon jeune âge et jusqu'à l'heure présente j'annonce Tes merveilles."
(Il est vrai, que très jeune le Seigneur m'a donné la joie de la connaître. Je suis entré au monastère encore jeune adolescent.)

"Même dans la vieillesse et un âge honorable ne m'abandonne pas, mon Dieu..."
"Que de chagrins et de malheurs Tu m'as fait éprouver, mais Tu T'es ravisé et m'a rendu la vie, et des abîmes de la terre Tu m'as fait remonter. 
___________________

Lorsque le Saint Esprit s'éloigna se Saül (Sam.16, 14), terreur et découragement s'emparèrent de lui, il sombra dans le désespoir.
Moi-même, comme tout le monde, aux jours du découragement, je sens combien je suis éloigné de la Lumière. Donne-moi Seigneur de T'appeler sans faiblir, soulagement de mon âme, jusqu'à ce que Tu éclaires ma pusillanimité:
- Viens, et ne me rejette pas à cause de mes murmures et de mon impatience.
-Viens calmer les tempêtes perfides de l'angoisse et de l'irritation.
-Viens apaiser ceux que les contrariétés de l'existence ont aigris.
-Viens soulager ceux qui ploient sous le poids de la Croix
 -Viens insuffler en nous l'esprit de contrition afin que, par notre patience, nous sauvions nos âmes.

Esprit Saint, Consolateur,
viens et fais Ta demeure en nous ! 

Saint Séraphim dit encore : "Parmi les oeuvres accomplies par amour du Christ, c'est la prière qui procure le plus facilement la grâce du Saint Esprit, car elle est toujours à notre porté.
Immense est son efficacité ; plus que toute autre chose, elle attire en nous la grâce de l'Esprit Saint.
Il nous faut prier jusqu'à ce que l'Esprit survienne en nous et nous arrêter que lorsqu'enfin Il daigne nous visiter, quand ce divin Consolateur est déjà en nous et avec nous." 

-Viens me libérer et dissiper en moi les visions ténébreuses.
-Viens m'enseigner la compassion envers le malheur des autres.
-Viens me rendre la joie de ton salut.

"Ô merveille divine, la Sagesse recherche toujours notre salut. Si sur ses instances, l'homme écoute sa voix et se décide, par amour, à devenir vigilant, s'il s'adonne aux bonnes oeuvres et arrive au vrai repentir, alors l'Esprit Saint agit en lui et établit en lui le Règne de Dieu." (Saint Séraphim de Sarov)

Je vais continuer, marcher vers cette Lumière, jusqu'au temps voulu par Dieu, le suppliant chaque jour de ma vieillesse qu'Il m'accorde une fin de vie chrétienne, paisible, sans douleur, sans honte, comme nous le disons à la Divine Liturgie.  Et puis, tout simplement j'ajoute et nous pouvons tous ajouter à nos méditations : " Cependant, Seigneur, non pas comme je veux, mais comme Tu veux TOI. Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux TOI. Non pas ma volonté, mais la Tienne, uniquement la Tienne.
Notre Père qui es aux Cieux, que TA volonté soit faite...en moi, par moi, pour TOI." 

L'âge qui avance nous confronte tous, à part quelques rares exceptions, à la maladie, la douleur, la séparation, la mort d'un être aimé tendrement, d'amis très chers, et enfin irrémédiablement à notre propre mort à assumer. Le Seigneur Christ Lui-même sur la Croix a assumer la solitude face à la mort. Il assume cela pour tous les hommes. 

Avec foi et amour disons tous : Kyrie eleison !

(Textes et prières  tirés des Psaumes  - Psautier liturgique orthodoxe version de la Septante.
Hymne Acathiste à l'Esprit Saint.
Textes de saint Séraphim de Sarov, l'un des trois Saints Protecteurs de notre église de Nîmes, 
avec saint Nectaire d'Égine et saint Vladimir de Kiev.)