vendredi 24 août 2012

SOYONS DES VEILLEUSES ALLUMÉES DEVANT LA SAINT FACE DE DIEU .

LE BUT DE NOTRE FRATERNITÉ MONASTIQUE DE NÎMES :
Être cette petite flamme qui brille continuellement, proclamant la continuelle et éternelle réalité de Dieu, dans un monde qui nie Dieu, qui rejette Dieu hors de chez Lui, hors de Sa création, qui relègue Dieu au rayon des antiquaires.

Dans nos églises, dans nos maisons, nous Chrétiens orthodoxes, nous avons pour habitude d'allumer des lampes à huile. Nous exprimons ainsi notre piété, notre foi, notre confiance et notre amour de Dieu.

Souvenons-nous de cette Parole du Seigneur-Christ : "Je suis la Lumière du monde, celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres..."

Nous disons et confessons dans le Symbole de Nicée-Constantinople (Credo) : "Lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu..."

Ces lampes qui brillent devant les saintes Icônes ne sont pas là pour faire joli ; elles nous rappellent que c'est le Seigneur-Christ qui illumine nos âmes, qu'Il est la Lumière et que tout en Lui et par Lui est lumière, qu'au plus profond des ténèbres Il est Lumière.

Cette lampe est vivante en nous, à l'intérieur de chacun de nous. Ne la laissons pas s'éteindre !
Toute notre existence doit être lumineuse, car nous sommes des "fils de lumière" .

Cette lampe si humble, si modeste nous dit "DIEU", nous dit qu'Il est là, même si notre monde ne se souvient plus de Sa Réalité Vivante et Créatrice. IL EST !

Nous allumons ces lampes à huile pour nous protéger de nos actes mauvais et de nos passions. La lumière des lampes dissipe les ténèbres de notre être intérieur en nous renvoyant vers la lumière de l'Évangile du Christ.

Cette lumière est aussi un acte de reconnaissance envers Dieu, un merci humble et modeste, mais qui brille devant la face de Dieu. Nous remercions le Seigneur de nous garder en vie, de nous guérir de nos maladies, de nous sortir d'un mauvais pas, de  nous aider à traverser les eaux troubles de la vie, de nous aider à dépasser les douleurs, les souffrances...

Nous Lui rendons grâce pour Son Amour qui sans cesse se répand sur nous comme la rosée du matin sur toute la création, sur les champs et les fleurs et exalte la nature.
Cette lampe allumée est aussi une protection contre le Mal qui sans cesse nous harcèle, nous bouscule et nous broie, particulièrement lorsque nous prions ; essayant de nous détourner de Dieu. Le démon déteste la lumière, lui et ses démons aiment les ténèbres. Ils redoutent la lumière du Christ, mais aussi la lumière de ceux qui aiment et servent le Christ. Les démons détestent les petites lampes qui brillent devant les Icônes, comme ils détestent la Croix et les signes de Croix.


De la même manière que se consume la mèche de la lampe, de la même manière notre volonté doit se laisser consumer par la flamme de l'amour du Christ. C'est la vocation du Moine et de tous Chrétiens. Alors seulement, avec la grâce du Seigneur nous pourrons peut-être dire : " Ce n'est plus moi qui vit, c'est LUI qui vit en moi..."

Nous allumons la lampe à huile pour apprendre que de même qu'elle ne peut pas s'allumer sans nos mains, ainsi aussi la "lampe à huile" de notre coeur ne peut s'allumer sans les mains de Dieu.

Tous les efforts que nous faisons pour aimer et servir le Seigneur Christ, même les plus modestes, sont semblables à la mèche à huile qui est consumée par la flamme de l'amour. Pour s'allumer et éclairer, nos efforts ont besoin du "feu" de l'Esprit Saint.

"Resplendis de lumière, nouvelle Jérusalem, car la gloire du Seigneur a brillé sur toi. Exulte et danse de joie, fille de Sion.
Réjouis-toi aussi, sainte Mère de Dieu, en ce jour où ressuscite ton Fils."


"O Dieu, élève-Toi dans les cieux, resplendisse sur terre Ta gloire !"

Cette humble petite lampe, avec en son coeur la lumière modeste et vacillante au souffle des ailes des Anges de Dieu, est en réalité l'image de la Lumière sans déclin - la "joyeuse lumière du soir..." que nous chantons aux Vêpres.

Ne soyons pas comme les "vierges folles" dont nous parle l'Évangile, qui oublient l'huile pour entretenir la lampe. Ayons la prévoyance des "vierges sages" qui, lorsque au milieu de la nuit une voix crie "le maître arrive", ne se trouvent pas prisent au dépourvu.

Soyons VIGILANTS, par la confession de notre Foi, par la prière, la patience, l'humilité, la fidélité à nos engagements de chrétiens et de moines.

Soyons nous-mêmes des lampes allumées et qui ne cessent pas de briller pour Dieu, car "nous avons vu la Vraie Lumière et nous avons trouvé la Foi véritable...


Profitons de ce carême de la Dormition de la Mère de Dieu pour nous préparer, autant que faire ce peu, à la si douce et si sainte fête de la DORMITION de la MÈRE de DIEU.  (le 15 août au calendrier des saints Pères - le 28 août au calendrier civil)


TROPAIRE du ton 1: "Dans ton enfantement tu as gardé la virginité, dans ta Dormition tu n'as pas quitté le monde, ô Mère de Dieu : tu as rejoint la Source de la vie, toi qui conçus le Dieu vivant et qui de la mort délivres nos âmes par tes prières."

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Amin !

KONDAKION du ton 2 : "La Mère de Dieu, qui jamais ne se lasse d'intercéder pour nous et dont la protection ne pouvait cesser d'être notre espérance, ne se laissa vaincre par la mort ni le tombeau, puisqu'elle est la Mère de la Vie et qu'elle a rejoint la Source de la vie, celui qui demeura dans son sein virginal."

PROKIMENON ton 3 : (Cantique de la Mère de Dieu)
"Mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur. Il s'est penché sur son humble servante, désormais tous les âges me diront bienheureuse." 

Épître : Philippiens : 2, 5-11.
Évangile : Luc 10, 38-42 ; 11, 27-28. 

Hirmos 9ème ode: " Tu es vivante après la mort et tu sauves Ton héritage, ô Mère de Dieu.

Quelle fête magnifique et sainte de celle de la DORMITION de la Toute Sainte. Quelle joie de célébrer ce jour dans nos églises, nos maisons et nos coeurs.
Cette femme si pure, si modeste, si douce et si humble, qui a porté dans son sein plus vaste que les cieux, la Source de Vie, monte au ciel.
Marie est transférée de la vie à la Vie, car elle a engendré le Chef de la vie (Grandes Vêpres de la Dormition. Litie, 1er ton)
Dans sa maternité, sa conception fut virginale et c'est pourquoi sa dormition fut sans corruption : c'est la double manifestation d'une même merveille. (Dormition, orthros, cathisme, 3ème ton)


La Dormition de la Toute sainte est entourée de la foule des Apôtres et des premiers Disciples, ainsi que des premiers évêques. Le peuple des Disciples est réuni pour rendre les derniers devoirs à la Mère de Dieu après avoir été ramené des confins de la terre par ordre de l'Esprit. (Dormition. Petites Vêpres. Apostiches 2ème ton.)
L'Église n'est-elle pas présente avec Marie: les Apôtres, leurs Compagnons et leurs successeurs, les premiers évêques, comme en témoigne la tradition icônographique de la Dormition, avec parmi eux le grand Denys l'Aréopagite et Thimotée premier évêque d'Éphèse. (St. Jean Damascène : sur la Dormition, II-6 et II-18; p. 141 et 173 S.C., Éd. du cerf.)

La Mère de Dieu n'est-elle pas le Trône inébranlable du Roi, la maison dans laquelle a habité le Roi, le sanctuaire de Dieu, le rédempteur du monde ? ( Dormition - Petites Vêpres - psaume du Lucernaire 2ème ton).

L'âme humaine est la respiration de Dieu, elle est l'image et la ressemblance de Dieu. Comme Dieu est éternel, notre âme est éternelle elle aussi.

De nombreuses révélations témoignent de la vie de l'âme des défunts et de l'intercession des âmes des justes pour nous.

Lorsque nous songeons à nos proches défunts, n'oublions pas non plus qu'ils prient eux aussi pour nous. Il nous faut seulement que nous leur rappelions de prier pour nous, c'est à dire que nous priions nous-mêmes pour eux. Si nous les oublions dans nos prières, ils peuvent oublier de prier pour nous.
 Prière :
REINE  des Cieux, Mère de Dieu ! En mourant tu as promis de prier non seulement pour tes proches mais pour le monde entier, pour tout homme. Et nous savons que tu pries pour nous et que nous faisons notre salut grâce à tes prières.

Très Sainte Mère de Dieu, n'interromps pas tes prières pour nous, fais descendre les grâces de Dieu sur nous. Notre seule consolation dans la vie est que tu pries pour nous. Amin !

PROTECTION DES CHRÉTIENS


Après sa mort, la Très Sainte Mère de notre Sauveur vit dans la plénitude de son âme et de son corps. Mère de tous les chrétiens, Elle ne cesse de protéger et de sauver tous ceux qui, dans leurs peines, leurs péchés et leurs maladies, s'adressent à Elle avec foi, espérance et amour.
Elle prie son Fils et notre Dieu, afin que tous ceux qui se place sous sa protection soient secourus et sauvés.

Chers amis, chers soeurs et frères, dans vos peines et vos maladies, adressez-vous à Elle avec une grande confiance et avec foi et vous verrez les miracles qu'Elle accomplira pour vous.

Croyez fermement à l'immortalité de votre âme ; appelez à l'aide la Très Sainte Mère de Dieu  et Elle vous confirmera dans cette grande vérité.

Adressez-vous à Elle pour qu'Elle vous guide dans cette vie et vous conduise au salut.

Adressez-vous à Elle pour qu'Elle éloigne de vous les démons.
CAR ELLE EST NOTRE PROTECTION ET NOTRE INTERCESSION INDÉFLECTIBLE.

AMIN !