lundi 15 octobre 2012

2 / 15 OCTOBRE.


SAINTE JUSTINE ET SAINT CYPRIEN - MARTYRS.

Lucernaire t4 des Vêpres:
Aux enchantements du démon * ayant opposé les cantiques de l'Esprit * et le signe victorieux de la Croix, * tu conservas, Justine, ta virginale candeur * et t'offris au Christ en victime des plus sacrées, * Martyre invincible; c'est pourquoi * tu obtins la couronne des vainqueurs, * dans la splendeur des vierges et des martyrs.
 
TROPAIRE  t.4:
Des Apôtres ayant partagé le genre de vie* et sur leur trône devenu leur successeur,* tu as trouvé dans la pratique des vertus* la voie qui mène à la divine contemplation; * c'est pourquoi, dispensant fidèlement la parole de vérité, tu luttas jusqu'au sang pour la défense de la foi; * Cyprien, pontife et martyr, * intercède auprès du Christ notre Dieu * pour qu'Il sauve nos âmes.
KONDAKION t.8.
Comme pontife vénérable et courageux martyr * l'univers te célèbre dignement, illustre Cyprien, * et glorifie par des hymnes ta mémoire sacrée, * sans cesse demandant que soit accordée grâce à toi * la rémission de leurs fautes à ceux qui chantent : Alliluia !
SYNAXAIRE :
Le 2 octobre, mémoire du saint hiéromartyr Cyprien et de sainte Justine, vierge et martyre.
Il enrage, Satan,
car son ami d'antan
connaît avec Justine le tranchant du glaive.
Vers le ciel, exultant,
le deux, saint Cyprien, avec elle s'élève.

HISTOIRE:
Cyprien vivait à Antioche sous le règne de l'empereur Dèce, vers 250.
Il était de bonne naissance et riche. Il était brillant, instruit dans la philosophie mais aussi dans les pratiques de la magie.
À la même époque vivait également à Antioche Justa, une jeune fille vierge d'une grande beauté, fille d'Aidesios, prêtre des idoles. Elle assista un jour à la prédication du diacre Praülios, venu répandre les paroles de la vie éternelle dans le peuple, et en fut si frappée qu'elle crut immédiatement, de tout coeur, au Christ. La foi et l'amour de Dieu la transformèrent à tel point qu'elle entraîna sa mère, qui convainquit à son tour son époux, si bien qu'ils demandèrent tous les trois le saint baptême à l'évêque Optat. Par la suite, Justa décida de consacrer sa virginité au Seigneur et de demeurer tout le reste de sa vie dans la chasteté, le jeûne et la prière.
Un jeune païen, nommé Aglaïdas, était tombé éperdument amoureux de Justa. Désespéré en voyant toutes ses avances repoussées, il s'adressa à Cyprien, afin de provoquer la passion dans le corps de la pure vierge au moyen de ses sortilèges (d'après saint Grégoire le Théologien, c'est Cyprien lui-même qui était amoureux de Justine, et aurait été ainsi amené par elle à la foi.
Après avoir consulté ses livres, Cyprien invoqua les démons dont il s'était assuré les services. Mais rien ne pouvait parvenir à déclencher en la jeune fille les assauts de la concupiscence, tant son amour pour Dieu était ardent.
Constatant, à trois reprises, que les démons envoyés à Justa avaient été vaincus par la grâce du Christ et le signe de la Croix, Cyprien reconnut que la foi des chrétiens avait une puissance supérieure à tous les artifices sataniques.
Il se convertit, reçu le baptême de l'évêque Anthime, renonça à sa science et brûla tous ses livres de magie. Il devint évêque et consacra Justa diaconesse, lui donnant le nom de Justine.
Pendant la persécution de Dèce, ils furent arrâtés tous les deux, torturés à Damas. Ils eurent la tête tranchée à Nicomédie, sur ordre de l'empereur.

Par les prière de sainte Justine et saint Cyprien, Seigneur Jésus Christ, aie pitié de nous pécheur !