jeudi 25 octobre 2012

Jeudi 12 /25 octobre

Fête de l'Icône de la Mère de Dieu de Jérusalem

Histoire :
Le prototype de l'Icône de la Mère de Dieu de Jérusalem, aurait été peint par le saint Apôtre Luc à Géthsémani, quinze années après l'Ascension de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ.
L'empereur Léon le Grand fit transporter l'Icône à Constantinople et l'installe dans l'église consacrée à la Mère de Dieu de la Source. Du temps de l'empereur Héraclius, Constantinople est attaqué par les Scythes, et le salut de la ville est obtenu par les prières du peuple grec devant l'Icône de la Mère de Dieu de Jérusalem.
L'empereur, reconnaissant de la protection miraculeuse de la Mère de Dieu ordonna que l'Icône soit transportée dans l'église des Blachernes, où elle demeura durant près de 300 ans. 
Au début du Xème siècle, les russes firent campagne contre Constantinople. Ils dérobèrent la sainte Icône de la Mère de Dieu de Jérusalem à Cherson. Plus tard, après son baptême, le prince Vladimir emporta l'Icône à Kiev. Par la suite le peuple de Novgorod reçut la foi chrétienne, et le prince leur offrit l'Icône comme bénédiction. Elle résida plus de 400 ans dans la cathédrale Sainte-Sophie.
Le voyage de la sainte Icône conitnue lorsque la ville de Novgorod tombe entre les mains du tasr Ivan le Terrible qui fait transporter d'Icône de Jérusalem à Moscou. À Moscou elle est déposée dans la cathédrale de la Dormition de la Toute Sainte Mère de Dieu.
Et son voyage continue... Lors de l'invasion des français en 1812, l'Icône fut volée et emportée à Paris. On suppose qu'elle se trouve aujourd'hui dans la cathédrale Notre Dame.
Que doit-on penser de cela ?
Si l'Icône de la Mère de Dieu, volée par les soudards de Napoléon, est bien dans la cathédrale Notre Dame de Paris,  elle devrait être restituée à la Russie. 
Il existe aujourd'hui une copie de cette Icône dans la cathédrale de la Dormition à Moscou. 
Sur les côtés de cette copie sont représentés les Saints Apôtres Pierre, Paul, Luc, Simon, Philippe, Matthieu, Marc, Jacques, Thomas et Barthélémy, ainsi que les saints martyrs Procope, Georges et Mercure.

Une copie de cette Icône de la Mère de Dieu de Jérusalem fut transportée à la cathédrale Sainte Sophie de Constantinople, où elle demeura du 12ème siècle au 15ème siècle. Il existerait, d'après certaines sources, une église consacrée à cette Icône  existait dans la ville aux 11ème et 12ème siècles. 

Il existe une copie de cette sainte icône au monastère russe saint Pantéléimon, au Mont Athos Cette sainte icône repose dans un cadre recouvert de verre, situé au-dessus des Portes Royales de la cathédrale de l'Intercession de la Toute Sainte Mère de Dieu. On a coutume de la faire descendre à certaines occasions avec le large ruban de velours brodé à son tropaire sur lequel elle est suspendue, pour l'offrir à la vénération. Elle fut peinte en 1825 au monastère Krivoezersky par le hiérodiacre Nikon (Nil dans le grand habit), qui l'envoya en cadeau au monastère Saint Pantéléimon en 1850.