lundi 8 octobre 2012

Lundi 25. 09. civil/ 08.10. Orthodoxe.

Nous célébrons la commémoration du Tremblement de terre de 447 à Constantinople, durant lequel un enfant fut ravi au ciel et entendit l'hymne du TRISAGION:

"SAINT DIEU, SAINT FORT, SAINT IMMORTEL,
AIE PITIÉ DE NOUS ! 
(chanté 3 fois à la Divine Liturgie)"
Historique: 
Sous le règne de l'empereur Théodose le Jeune en 437, notre Seigneur et Dieu, plein de bonté et riche en miséricorde voulut avertir le peuple chrétien de se tenir prêt pour le Grand Jour où les morts ressusciterons, les cieux et la terre seront changés en une forme nouvelle, et tous les hommes comparaîtrons pour être jugés sur la droiture de leur foi.
Le Seigneur fit alors trembler la terre de manière redoutable, pendant près de quatre mois (le tremblement de terre aurait commencé le 25 septembre pour s'achever le 26 janvier), à tel point que les secousses furent ressenties jusqu'à Alexandrie.
Saisis de crainte, l'empereur, l'archevêque saint Proclos et tout le peuple de Constantinople étaient sortis de la ville pour se rendre, pieds nus, en procession sur le champ de Mars de l'Hebdomon, afin d'y adresser à Dieu des prières instantes pour leur salut.
Vers la troisième heure, la terre s'étant de nouveau mise à trembler, un jeune garçon fut soudain enlevé dans les airs par une force divine, tandis que le peuple effrayé redoublait de ferveur en criant le KYRIE ELEISON (Seigneur, aie pitié). Quand l'enfant redescendit des nuées, il déclara qu'il avait été transporté parmi les choeurs des saint Anges qui chantaient : Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous ! et qu'une voix lui avait ordonné d'annoncer au patriarche que le peuple devait adresser ainsi ses supplications à Dieu, sans rien y ajouter.
Le patriarche commanda alors aux chantres et au peuple d'entonner cette hymne, qui allie au chant des Séraphins de la vision d'Isaïe (Isaïe 6, 3) la confession des trois personnes divines.
Le tremblement de terre cessa aussitôt et le jeune garçon remit son âme à Dieu. À l'initiative de l'impératrice Pulchérie, saint Proclos institua de chanter désormais cette hymne à la Divine Liturgie de manière solennelle. Lors du saint Concile de Chalcédoine en 451, ce fut au chant du Trisagion que les Pères du diocèse d'Orient saluèrent la proclamation de la vraie foi, et, depuis l'hymne du Trisagion est devenue un élément essentiel de toute prière orthodoxe, tant privée que publique.
C'est grâce au témoignage de cette céleste révélation que la Foi Orthodoxe est la juste glorification du Dieu unique en trois Personnes put être préservée.

Seigneur, aie pitié de Tes enfants et de Ta création.
Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous ! 

Ce même jour nous célébrons la  mémoire de saint Serge de Radonège, thaumaturge et protecteur de la Russie.