mardi 23 octobre 2012

Mardi 10 / 23 Octobre 2012


 Fête de l'Icône de la Mère de Dieu de Zographou de l'Athos
KONDAKION:
Que retentissent nos accents de victoire en Ton honneur, invincible Reine, Toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine ! Vers Toi montent nos louanges, nos chants d'action de grâce. De Ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts, sauve-nous de tout danger, hâte-Toi de secourir les fidèles qui Te chantent: RÉJOUIS-TOI, ÉPOUSE INÉPOUSÉE. 

Ikos I :
Réjouis-Toi, qui fais briller notre salut,
réjouis-Toi, par qui le mal a disparu,
réjouis-Toi car Tu relèves Adam déchu, 
réjouis-Toi, car Ève aussi ne pleure plus.

Réjouis-Toi, montagne inaccessible aux humaines pensées,
réjouis-Toi insondable océan même aux Anges soustrait,
réjouis-Toi, car de Roi Tu deviens le trône et le palais,
réjouis-Toi, puisque Ton Créateur par Toi se fait porter.

Réjouis-Toi, étoile annonciatrice du Soleil levant,
réjouis-Toi fertile sein où Dieu va s'incarnant,
réjouis-Toi par qui la créature se va re-créant, 
réjouis-Toi, par qui le Créateur devient petit enfant.  
 Refrain:
Réjouis-Toi, Épouse inépousée !

Ikos 2
La Vierge connaissant son état virginal, à l'ange Gabriel répondit fermement: Quelle étrange merveille m'apporte ta voix, à mon âme elle paraît difficile à saisir, sans semence concevrai-je pour enfanter comme tu dis ? Alliluia.
Refrain : 
Alliluia, alliluia, alliluia !  

Ikos 3
Réjouis-Toi, puisque t'est révélé l'ineffable dessein,
réjouis-Toi, gardienne d'un mystère voué au secret,
réjouis-Toi, des merveilles du Christ le prélude sacré,
réjouis, récapitulation de ses dogmes divins.

Réjouis-Toi, échelle céleste par qui Dieu descendit,
réjouis-Toi, viaduc qui de la terre vers le ciel nous conduis,
réjouis-Toi, des Anges saints l'inépuisable admiration,
réjouis-Toi, sujet de plainte pour l'Enfer et les démons.

Réjouis-Toi qui enfantas la lumière ineffablement,
réjouis-Toi, qui n'en révélas à personne le comment,
réjouis-Toi, qui surpasses la connaissance des savants,
réjouis-Toi, qui éclaires l'intelligence des croyants.

RÉJOUIS-TOI, ÉPOUSE INÉPOUSÉE !  

L' HYMNE ACATHISTE COMPORTE :
4 STANCES ET 24 IKOS.

Kondakion ton 8 : 
Que retentissent nos accents de victoire en Ton honneur, invincible Reine, Toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine ! Vers Toi montent nos louanges, nos chants d'action de grâce. De Ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts, sauve-nous de tout danger, hâte-toi de secourir les fidèles qui te chantent :
RÉJOUIS-TOI, ÉPOUSE INÉPOUSÉE ! 
 Martyr des Moines du monastère de Zographou.
 Le 22 septembre, mémoire des VINGT-SIX MOINES et MARTYRS de Zographou, brûlés vifs dans la tour de leur monastère par les latinophrones

 En 1274, à Lyon, l'empereur Michel VIII Paléologue fit signer un acte d'union de l'Eglise Orthodoxe avec l'Eglise Catholique romaine, non pas en se fondant sur l'amour de la vérité, mais seulement pour s'assurer le soutien politique de la Papauté dans sa politique de reconstitution de l'empire byzantin après l'occupation latine. Le peuple théophore, prêt à rester fidèle jusqu'au sang à la Sainte Foi Orthodoxe, n'accepta pas cette fausse union et se rangea aux côtés du Patriarche Arsène, qui fut déposé pour avoir résisté à l'empereur. Celui-ci, avec l'aide de Jean XI Bekkos, homme savant et rusé qu'il avait élevé à la dignité Patriarcale, voulut faire accepter cette union par la force. Dès lors les prisons regorgèrent de Prêtres, de Moines, de laïcs, de petites gens comme de nobles, qui tous préféraient les tortures et le banissement à la trahison. Les latinophrones (ainsi nommait-on les partisans de l'Union) dirigèrent particulièrement leur action contre les Moines, qui de tout temps furent les gardiens les plus vigilants de la Sainte Foi Orthodoxe. Ils vinrent avec de fortes troupes sur la Sainte Montagne de l'Athos, pour y contraindre les Moines à accepter l'Union. A cette époque, il y avait un ancien qui pratiquait l'ascèse à proximité du Monastère de Zograpou et qui avait pour règle de réciter plusieurs fois par jour l'Acathiste à la Mère de Dieu. Ce jour là, alors que les hommes de l'empereur approchaient de Zographou, il entendit la voix de la Mère de Dieu répondre aux saluts qu'il adressait comme à l'accoutumée. Elle lui annonça que les ennemis du Christ approchaient et lui demanda d'aller l'annoncer au monastère, afin que ceux qui étaient encore faibles puissent s'enfuir et que ceux qui étaient arrivés à maturité puissent se préparer au Martyre. A cette nouvelle, la plupart des Moines s'enfuirent dans la montagne, mais vingt-six d'entre eux se réfugièrent dans la tour du monastère, ayant reçu de Dieu l'assurance que le moment était Latins et de leurs alliés grecs pour les persuader de se rallier à l'union hypocrite furent sans aucune prise, les Saints restant fermes dans la confession du Christ comme seule tête de l'Eglise. Et c'est en lui rendant gloire qu'ils moururent dans la tour, à laquelle les soldats avaient mis le feu.

Monastère de Zographou au Mont Athos en Grèce.