samedi 17 novembre 2012


DIMANCHE 5/18 NOVEMBRE
24ème  après Pentecôte -   Ton 7

DIVINE LITURGIE   10H 30
________________________________________

Le Mauvais Riche. 

Lectures : à L'Orthros (matines) 
Évangile : Marc 16, 1-8.
 À la Divine Liturgie :
* Épître : Éphésiens : 2, 14-22.
* Évangile : Luc : 16, 19-31. 

ÉVANGILE :
Il y avait un homme riche qui s'habillait de pourpre et de lin fin, et qui chaque jour faisait la fête, il menait une vie brillante.
Un pauvre couvert d'ulcères; nommé Lazare était couché à son porche; il aurait bien aimé se rassasier de ce qui tombait de la table du riche; au lieu de cela, les chiens venaient lécher ses ulcères.
Le pauvre mourut et fut porté par les Anges sur le sein d'Abraham.
Le riche mourut aussi et fut enseveli.
Dans le séjour des morts, il leva les yeux; et, en proie aux tourments, il vit de loin Abraham et Lazare sur son sein. 
Il s'écria : Abraham, mon père, aie compassion de moi ! Envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l'eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre dans ces flammes.
Abraham répondit : " Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu ton bien durant cette vie et qu'au lieu de cela Lazare, lui,  a eu le mal; maintenant, ici, il est consolé, tandis que toi tu souffres.
En plus de tout cela un grand gouffre a été mis entre nous et vous, afin que ceux qui voudraient traverser ne le puissent pas.
Le riche dit : Alors, je te demande, père d'envoyer Lazare dans la maison de mon père; car j'ai cinq frères. Qu'il leur apporte son témoignage, afin qu'ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de tourment !
 Abraham répondit:  Ils ont Moïse et les Prophètes; qu'ils les écoutent!
L'autre reprit: Non, Abraham, mon père, mais si quelqu'un de chez les morts va vers eux, ils changeront radicalement. Et Abraham lui dit :  S'ils n'écoutent pas Moïse et les Prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu'un se relevait d'entre les morts."

Sermon de saint Jean de  Kronstadt:
Que de noirceur dans la conduite de ce riche : l'amour propre, la satisfaction charnelle, la vanité, la cruauté !
Par contre, quelle figure pitoyable offre le pauvre Lazare, privé de la nourriture quotidienne, malade, nu, abandonné de tous et surtout... méprisé par le riche, qui ne daigne même pas lui accorder quelques miettes de son opulente table, aucun vêtement de sa luxueuse garde-robe, aucun soin.
Les chiens sont même plus miséricordieux que leur maître : ils viennent, caressant, lécher ses plaies.
La cruauté est quelque chose d'incompréhensible dans l'homme créé à l'image de Dieu ! Elle constitue le mauvais côté de la richesse : le coeur du riche se durcit et devient insensible. C'est la raison pour laquelle il est très difficile au riche d'entrer dans le Royaume divin, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu (Matthieu XIX, 24). Il y a bien entendu, des exceptions parmi les riches; il y a des riches très bons, miséricordieux et compatissants.
(...) Si seulement tous ceux qui ont reçu des richesses pouvaient se souvenir de cela. Ô, si seulement, au lieu d'aller aux spectacles et y trouver une source de bonheur dans une agitation déguisée, ils visitaient les pauvres, et les malades , au moins durant les jours de fêtes, en leur témoignant la miséricorde chrétienne et fraternelle ! Ils auraient ainsi sauvé leurs âmes des flammes de la géhenne. Mais nous avons une si mauvaise habitude : gaspiller l'argent pour nos réjouissances et passer avec dédain devant les pauvres. (...)

Aujourd'hui encore il y a beaucoup de riches qui sont aveuglés par leurs richesses et leurs réjouissances, et ne croient pas qu'il y ait un enfer, et ils boivent jusqu'à la lie la coupe de la gaîté.
Si seulement ils pouvaient croire à cette réalité et ses souffrances éternelles ! Ils se seraient contentés d'un morceau de pain, en donnant leur excédent aux pauvres.
Mais ils ne croient pas, ils ne croient  ni les Apôtres ni les Prophètes, ni le Seigneur Lui-même, parlant dans l'Évangile.
À quel point sont-ils lié et dépendant de ce monde ! Qui sait, disent-ils, ce qu'il y a dans l'autre monde ? Personne n'en ai jamais revenu pour témoigner !
Ces personnes sont insensées ! Elles se disent prêtes à croire un mort, mais elles refusent de croire le Seigneur qui parle du sort réservé aux justes et aux injustes : une telle insolence les aveugle et les conduit à ne croire en personne, ni même à un ressuscité des morts.
Faisons donc le bien aux proches tant que nous le pouvons; donnons de la nourriture aux Lazare, revêtons-les, soignons leurs plaies, ensevelissons-les.
Ne laissons pas les chiens dénués de parole être plus miséricordieux que nous, qui avons reçu l'intelligence. Amin !
(Saint Jean de Kronstadt).