mardi 4 décembre 2012

ENTRÉE AU TEMPLE DE NOTRE TRÈS SAINTE SOUVERAINE, LA MÈRE DE DIEU.
 
LECTURES :
ÉPÎTRE : Hébreux 9, 1-7.
Évangile : Luc 10, 38-42 ; 11, 27-28.
Carême de la Nativité : Poisson, huile et vin.
 
TROPAIRE :
Aujourd'hui c'est le prélude de la bienveillance de Dieu * et déjà s'annonce le salut du genre humain.* Dans le Temple de Dieu la Vierge est présentée * pour annoncer à tous les hommes la venue du Christ. * En son honneur, nous aussi à pleine voix * chantons-lui: Réjouis-toi, * ô Vierge en qui se réalise le plan du Créateur.
KONDAKION:
Le très-saint Temple du Sauveur, * sa chambre nuptiale de grand prix, * la Vierge, trésor sacré de la gloire de Dieu, * en ce jour est présentée au Temple du Seigneur; * elle y apporte la grâce du Saint Esprit * et devant elle les Anges de Dieu * chantent : voici le tabernacle des cieux.
PROKIMENON:
Mon âme magnifie le Seigneur * et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur.
Il s'est penché sur son humble servante, désormais tous les âge me diront bienheureuse.  
------------- 


Nous savons que la Très Sainte Vierge est née de parents qui sont restés longtemps stériles et qu'elle fut conçue à la suite de leurs prières, alors qu'ils étaient déjà d'un âge avancé.
Aussi, ils firent à Dieu, la promesse de Lui dédier cette enfant.
Lorsque Marie eut trois ans, ses parents la conduisirent au Temple de Jérusalem.
Les Pères de l'Église, en rendant grâce à la Très Sainte Vierge, ont décrit dans des chants sacrés la marche vers le Temple : les parents réunissaient à Nazareth la famille et les amis; des jeunes filles portant des cierges ouvraient la procession, tandis que parents et amis marchaient derrière la Sainte Vierge.
Ainsi atteignirent-ils Jérusalem.
Le Grand Prêtre Zacharie et les prêtres desservants du Temple les accueillirent par des prières accompagnées de chants.
La Sainte Vierge fut placée sur la première marche conduisant à la terrasse du Temple, et, à l'étonnement de tous, elle gravit seule les quinze marches de l'escalier et s'arrêta à la dernière.
Le Grand Prêtre prit dans ses bras la Sainte Vierge et l'introduisit dans le SAINT des SAINTS, où le Grand Prêtre n'entrait qu'une fois par an.
Les parents avaient apporté des dons et des offrandes à Dieu.
Puis, après avoir pris la bénédiction, ils s'en retournèrent à Nazareth.
L'enfant fut installée dans le Temple.
Il y avait là des jeunes filles également dédiées à Dieu, qui vivaient dans des pièces différentes, il y avait également des veuves qui servaient au Temple, comme Anne la Prophétesse.
Elles furent bientôt rejointes par saint Anne, la mère de la Sainte Vierge, lorsqu'elle devint veuve peu après l'entrée au Temple.
Elle ne vécut pas longtemps; elle rendit son âme à Dieu peu de temps après le décès de son époux.
La Sainte Vierge fut éduquée sous la conduite de vierges plus âgées, pieuses, expérimentées dans les Saintes Écritures et dans divers ouvrages. Elle se préparait ainsi à son destin exceptionnel.
L'Église l'appelle la merveilleuse aurore, dont est sorti le soleil de vérité.
Séjournant à l'intérieur du Temple, elle avait été sanctifiée par la nourriture céleste dont elle se nourrissait.
Lorsque la Très Sainte Vierge atteignit l'âge, où les vierges éduquées du Temple retournaient dans le monde et entraient en mariage, les prêtres voulurent qu'il en fût de même pour la Sainte Vierge.
Mais elle leur fit part de son désir de se consacrer à Dieu et de refuser le mariage.
Alors, sur incitation du Saint Esprit, elle fiancée à un homme avancé en âge, Joseph, de la famille de ses parents.
Il devint le protecteur de la Sainte Vierge, respectant la promesse donnée à Dieu.
La fête de l'Entrée au Temple nous apprend à respecter profondément la maison de Dieu et à aimer y demeurer en prières, en louanges et en remerciements.
Le temple est le CIEL sur la terre : là se trouve l'Autel de Dieu, sur lequel est assis invisiblement le ROI de GLOIRE, où Il reçoit notre adoration, nos prières, nos larmes, nos soupirs et nos remerciements ; dans le temple nous trouvons notre intérêt le plus important : la sanctification et le renouvellement de nos âmes et de nos corps ; il y coule en permanence une eau vive, il y est lue la parole divine, et sont enseignées des vérités qui réjouissent l'esprit et le coeur ; il s'y élèvent des chants doux et célestes, dont se remplit l'âme ; ici sont effectués tous les sacrements salvateurs ; ici sourd en permanence le Sang de Notre Seigneur Jésus Christ, qui, à ceux qui communient à lui, dispense la vie divine, la sanctification, la purification et le renouveau ; ici nous recevons l'apaisement dans nos peines et nos afflictions, la lumière dans nos incertitudes et la force dans nos faiblesses.
Ici, nous entendons les exploits des pieux serviteurs de Dieu, nos intercesseurs devant Dieu, et nous apprenons à les imiter dans la mesure de nos forces.
Enfin, ici nous entons que nous sommes membres d'un CORPS unique, celui de l'Église du Christ et, en tant que citoyens du Ciel, nous espérons goûter la félicité céleste. Amin.
(Saint Jean de Kronstadt)