vendredi 21 décembre 2012


SIMPLE MÉDITATION
D'après saint JEAN de KRONSTADT
LE POUVOIR
La tentation du pouvoir, des titres et des honneurs, nous apparente au démon, car il a tenté le Christ en LUI proposant le "pouvoir", car lui le Malin est le prince de ce monde.

LE PROCHAIN
Si tu remarques en ton prochain, en tes frères, des défauts et des passions qui te déplaisent, prie pour eux. Prie pour tout le monde, même pour ceux qui te contrarient.

Si tu vois que ton frère est fier et opiniâtre, qu'il se comporte envers toi ou envers les autres avec vanité et orgueil, prie pour lui, afin que Dieu éclaire son intelligence et réchauffe son coeur au feu de la grâce, et dis :Seigneur, enseigne la douceur et l'humilité à ton serviteur qui est tombé dans l'orgueil de Satan ; écarte de son coeur les ténèbres et le fardeau de cette mauvaise fierté.

Si tu vois que ton frère ou ton ami est envieux et ambitieux, prie ainsi : Seigneur, illumine l'esprit et le coeur de ton serviteur (de ta servante) pour qu'il puisse reconnaître les dons innombrables et insondables qu'il a reçus de ton inépuisable générosité.
Dans l'aveuglement de sa passion, il t'a oublié, Toi et Tes dons précieux et, bien que riche de Tes bienfaits, il se croit pauvre et regarde avec envie les biens que TU as départis à chacun des tes serviteurs, ô notre ineffable Bienfaiteur, parfois malgré eux, mais toujours selon Ton dessein.
Arrache, Maître plein de miséricorde, le voile dont le DÉMON a couvert les yeux de son coeur, accorde-lui la contrition du coeur, les larmes du repentir et de gratitude, afin que l'ennemi qui l'a pris tout vivant dans ses filets ne puisse avoir la joie de l'arracher de tes mains.

LA PRIÈRE 
La prière, c'est le sentiment constant de notre pauvreté spirituelle et de notre faiblesse, la contemplation en nous, dans les autres et dans la nature, des oeuvres de la sagesse, de la miséricorde et de la toute-puissance de Dieu. 

Parfois l'on appelle prière ce qui n'a rien à voir avec la prière. Par exemple : quelqu'un entre à l'église, reste là un certain temps, regarde les icônes, les gens, leur allure et leur mise, et dit qu'il a prié Dieu ; ou encore, il se tient devant les icônes, chez lui, incline la tête, récite quelques mots appris par coeur, sans les comprendre et sans les goûter, et il dit qu'il a prié. Mais dans son intelligence et dans son coeur, il n'a absolument pas prié ; il était partout ailleurs, avec les gens et les choses, sauf avec Dieu.

Celui qui prie à l'église, durant la Liturgie, avec une apparente piété et qui a dans son coeur des pensées de colère, de rancoeur pour ceux qui l'entoure, est dans sa propre contradiction, dans  le mensonge envers lui-même et envers Dieu, car les Seigneur dit : Avant toute chose et toute prière, réconcilie-toi avec ton frère. (Évangile)

La prière, c'est porter tous les hommes en son coeur dans l'amour ; c'est la descente du ciel dans l'âme, l'inhabitation dans l'âme de la très Sainte Trinité, comme il a été dit : Nous viendrons en lui et nous ferons chez lui notre demeure. (Évangile)


PRIÈRE 
de l'higoumène pour ses Frères moines,
du Prêtre pour les Fidèles :
Sois Toi-même, Seigneur, à ma place, le Pasteur et le Maître du troupeau que tu m'as confié ; conduis-le vers les gras pâturages ; garde-le des loups spirituels et charnels ; guide-le sur le chemin de la vérité, de la fidélité, de la justice et de la paix.
Sois pour eux, à ma place, lumière, yeux, lèvres, mains, sagesse.
Mais sois surtout pour eux l'AMOUR, dont moi,  higoumène et prêtre pécheur, je suis si pauvre.