mercredi 20 février 2013

SAINT THÉODORE LE STRATILATE

Jeudi 8 février au calendrier orthodoxe
21 février au calendrier civil

Nous célébrons la mémoire du saint et grand martyr THÉODORE le STRATILATE
(Stratilate signifie "général d'armée")
(St. Théodore le Stratilate ressemble fort à celui de saint Théodore Tiron que l'on fête l7 février, si bien qu'avant la rédaction des deux récits par saint Syméon Métaphraste, au 10è siècle, on ne vénérait qu'un seul et même Théodore, comme le confirme le texte de saint Grégoire de Nysse).

Lectures :
Épître : 2 Thimotée 2, 1-10.
Évangile : Matthieu 10, 16-22.

Tropaire  ton 4:
Dans l'armée véritable du Roi des Cieux * tu fus un excellent stratège, Théodore, martyr victorieux: * car tu as combattu sagement avec les armes de la foi, * exterminant les troupes des démons, en athlète vainqueur, * c'est pourquoi nous les fidèles, nous te disons bienheureux.

Kondakion ton 6:
Ayant armé de courage ta foi * et pris comme lance la parole de Dieu, * tu as transpercé l'ennemi, * Théodore, fameuse gloire des martyrs; * avec eux ne cesse pas * d'intercéder pour nous tous auprès du Christ notre Dieu.
  Le saint et grand martyr Théodore était originaire d'Euchaïta, petite localité située non loin d'Amasée.
Sa bravoure et ses qualités oratoires lui avaient fait gagner l'estime de l'empereur Licinius (320) qui l'avait nommé général et gouverneur de la citée d'Héraclée.
Sans crainte, Théodore révéla qu'il était chrétien et convertit par ses paroles enflammées une grande partie de la ville à la vraie foi.
L'empereur l'ayant convoqué, Théodore invita Licinius à venir lui-même lui rendre visite à Héraclée, avec ses idoles d'or et d'argent.
Encouragé par une vision nocturne qui lui annonçait que le temps était venu pour lui de témoigner par son sang de son amour du Christ.
Il reçut l'empereur avec faste.
Celui admirant le bon ordre de la citée, proposa au gouverneur de montrer sa piété envers les dieux en leur offrant un sacrifice.
Théodore acquiesça et demanda seulement de prendre les idoles chez lui pendant la nuit, afin de les adorer avant le sacrifice publique.
Il prit donc les statues d'or amenées par l'empereur et passa la nuit à les réduire en morceaux et, au petit matin, il distribua l'or aux pauvres.
Le moment du sacrifice étant arrivé, un centurion alla rapporter affolé à l'empereur, qu'il avait vu un pauvre porter la tête d'or d'une statue d'Artémis.
Dès qu'il fut revenu de sa stupeur, le souverain en fureur fit étendre le saint sur le chevalet et ordonna de lui infliger sept cents coups de nerf de boeuf sur le dos, cinquante sur le ventre et de lui frapper la nuque avec des boules de plomb.
Ensuite on l'écorcha et, après avoir passé des torches sur ses plaies, on les racla à l'aide de débris de céramiques.
Pendant ces supplices, le saint martyr répétait seulement: "Gloire à Toi, mon Dieu."
Jeté en prison et laissé sept jour sans nourriture, il fut ensuite cloué sur une croix en dehors de la ville.
Comme on l'avait laissé suspendu à la croix pendant la nuit, un Ange de Dieu vint le détacher, le guérit de toutes ses blessures et l'encouragea à persévérer jusqu'au terme de son combat.
Quant, au matin, deux soldats vinrent pour détacher son cadavre, le découvrant avec stupeur indemne, ils se convertirent au Christ, entraînant avec eux tout le reste de la cohorte et, par la suite, les soldats qui avaient été envoyés pour les châtier.
Réalisant que, devant tant de merveilles, la ville en émoi risquait de se soulever, Licinius envoya d'autres soldats avec l'ordre d'exécuter sans retard Théodore, cause de tous ces désordres.
Des chrétiens voulurent s'interposer, mais le saint martyr, sentant que l'heure était venue de consommer son union avec le Christ, les arrêta et se présenta paisiblement devant les bourreaux.
Après s'être revêtu du SIGNE  de  la CROIX VIVIFIANTE, il inclina la tête et reçut  d'un coup de glaive  la couronne de la gloire.

Par les prière de saint Théodore,
Seigneur Jésus Christ,
aie pitié de nous.