mardi 5 février 2013




 SIMPLE MÉDITATION

Que de choses ne fait-on pas pour plaire aux hommes, pour contenter l'humain, pour satisfaire l'homme.
Certains appellent cela "esprit de tolérance", d'autres nomment cela un droit, ou un dû...
Chacun y met son grain de sel.

Alors on tolère... Et puis les conseils de nos édiles sont : tolérance.
Tolérance : Respect de la liberté d'autrui, de ses manières de penser, d'agir, de ses opinions politiques ou religieuses.
Liberté  limitée accordée en certaines circonstances (ce n'est pas un droit - c'est une tolérance).
Quelqu'un qui est "sensé" être tolérant manifeste de l'indulgence, de la compréhension envers autrui.
Tolérer: Admettre à contre coeur certaines situations ou certaines personnes. Supporter avec patience. On tolère c'est tout. (Larousse)

Dieu, Lui, ne "tolère" pas Il nous aime, Il donne sans restriction, sans limite.

Si Dieu n'était que "tolérant ou en serions-nous?

Notre société veut plaire à l'homme, car l'homme est dieu, il est son propre dieu. Dieu est au placard.

Pourtant, de toute les passions qui nuisent à l'âme, celle qui nous porte à plaire aux hommes est la plus nuisible.
Précédant l'orgueil, la passion qui nous porte à plaire aux autres est si néfaste, qu'on risque de faire naufrage loin de la foi. Le Seigneur Christ dit : "Comment pouvez-vous croire en Moi, vous qui cherchez la gloire des hommes et non pas celle qui vient de Dieu seul ?"
Que nous apporte la gloire humaine, pour qu'en son nom il y ait tant de mensonges, de trahisons et de meurtres?
Elle nous apporte un nom sans contenu, qui nous prive de la vraie gloire, qui engendre l'envie, le meurtre en puissance.
 C'est là l'oeuvre de "tolérance" de l'homme.
Avec le silence "tolérant" de tous.
Si cela avait été une Mosquée, tout le monde aurait hurlé au crime, mais ce n'est qu'une église orthodoxe, alors...

C'est l'ENVIE qui a provoqué le premier meurtre, celui d'Abel. C'est l'envie qui a fait naître la trahison de Judas et la Crucifixion du Christ.

Cette vaine gloire, que nous apporte-t-elle ?

En elle (la vaine gloire) il y a une foule de tromperies et d'absurdités; très souvent elle couvre de honte ceux qui la chérissent et met au jour leurs mobiles cachés et leurs ambitions enfouies dans leurs coeurs.
 Chaque jour nous apporte son lot des conséquences de la VAINE GLOIRE à travers les "frasques" des politiciens, des hommes et des femmes rongés par l'ambition, par un avenir lumineux. Nos écrans médiatiques sont inondés de cet océan nauséabond de la vanité, de la prétention, de l'avidité.

Allons, bougeons-nous un peu, portons nos regards sur le CHRIST qui surveille nos actions et tout ce que nous faisons, car toutes choses nous le faisons par Sa Force et pour Lui, c'est cela être chrétien, sinon pourquoi porter ce nom magnifique : chrétien ?
"Faisant tout pour la gloire de Dieu, nous ne tenons pas à plaire aux hommes" (1 Corinthiens 10, 31)
"Si je cherchais à plaire aux hommes, je ne serais pas serviteur du Christ." ( Galates 1, 10).
LA VIE SPIRITUELLE
Elle consiste essentiellement dans ce que l'on est, non dans ce que l'on dit. C'est pour cette raison que le Père Serge Chévitch (1903-1987) ne préchait jamais.

Dans la vie spirituelle, le Père Serge, profondément respectueux de la liberté humaine, ne s'imposait ni n'imposait quoi que ce soit. (Le Starets Serge. Éd. Cerf)

La vie spirituelle passe par la prière. La prière nous permet de vivre plus intensément chaque moment et de faire mieux ce que nous vivons. Elle nous rend plus présent au monde et nous attache à l'autre monde.
La prière exige que l'on s'abstienne de juger les autres et que l'on soit en paix avec eux. C'est là le conseil du Christ : Réconciliez-vous avec vos frères.

Nous devons, chaque jour, nous efforcer de penser moins à nous-mêmes et plus à DIEU, de vivre moins de nous-mêmes et plus de DIEU, c'est ainsi que nous progresserons.

Observons autour de nous ce monde qui a perdu DIEU, comment se comporte-t-il, de quoi sont fait ses jours, vers quoi se dirige-t-il ? Tant de questions et bien d'autres restent là, suspendues dans un grand vide, loin de toute espérance.    
En dehors de Dieu la vie est absurde, elle n'a pas de sens, elle n'est rien du tout, elle n'est qu'apparence de joie, elle est matérielle et rien d'autre.
Mais en Dieu, tout en elle trouve son sens.

PRIEZ, PRIEZ, PRIEZ...PRIONS.
La prière est comme une veilleuse dans le coeur : permanente. Il doit toujours y avoir de l'huile.

   
La prière n'a pas à dépendre de nos inspirations ou de notre fantaisie.
Ne dites jamais "je n'ai pas envie de prier", car que vous le vouliez ou non, c'est une offense à Dieu.

Notre société fait l'apologie de la VOLONTÉ.
Que pouvons-nous constater ? Que l'homme qui déborde de cette volonté tant prônée par les uns et les autres, cet homme sombre très vite dans l'orgueil. Cet homme en vient vite à se passer de Dieu en se sentant suffisant. Il lui semble que désormais Dieu ne lui apporte rien; d'ailleurs Dieu lui a-t-il apporté quelque chose ?

L'orgueil est notre ennemi numéro un, c'est lui qui a causé la chute des Anges, d'Adam et Éve et de tant d'autres.

LE DOUTE:
Il faut absolument éviter de douter.
Quand on a des doutes, il faut refuser d'entrer en discussion avec eux, ce n'est pas un blague, c'est une réalité. 

Notre âme, dans les détritus de ce monde est comme un bateau qui risque à chaque instant de chavirer, de sombrer, et il faut redresser la barre le plus vite possible.

Cherchons par-dessus toute chose l'humilité.

Sans l'HUMILITÉ nous ne pouvons vraiment rien. L'humilité c'est le salut, tout le contraire des enseignements de notre société moribonde.

Vivons de Dieu, pas de nous-mêmes.
Le grand danger, c'est d'être content de soi-même. 

Combien se mentent à eux-mêmes, se satisfont de leurs turpitudes secrètes, pensant que puisque les autres ne "savent pas", puisque cela est caché et enfoui, ils peuvent mentir aux hommes, faire bonne figure, tenir des beaux discours spirituels, se comporter en "père spirituel" qu'ils rêvent d'être ?
Mais ce soucient-ils de ce que le Seigneur pensent d'eux?  Le Seigneur LUI Il sait.

Regardons tous ensemble autour de nous, voyons l'état de contentement et de satisfaction de tant de grands hommes, observons les conséquences de leur auto-contentement. Rien ne les arrêtent, ni le mensonge, ni la manipulation, ils sont capables de tout pour paraître, pour obtenir un poste, une charge, une fonction.

Est-ce cela que nous voulons offrir à notre Dieu Bon et Ami des hommes.

Pour qui alors prenons-nous Dieu ?
Pour un valet à notre service? 

Dieu pardonne tout, oui, mais Il pardonne si notre contrition est vraie et sincère, sans mesquinerie et mensonge, sans infamie cachée.

Le repentir, c'est la clé de la vie spirituelle. Il nous permet d'avoir cet habit de noces sans lequel nous sommes jetés dehors.
Nous devons nous repentir pour notre péché propre, mais aussi pour le péché dans son ensemble, pour l'état qui affecte le monde depuis la chute primordiale.

N'est-ce pas là la réalité à laquelle nous devons songer ?

 La mémoire de la mort:
Cette pratique n'a pas pour but d'amener le chrétien à mener un vie triste et funèbre dans la crainte permanente de la mort, ni de le rendre inactif par l'idée que la mort rend inutiles toutes nos oeuvres.
Nous devons simplement nous y préparer afin d'être trouvé "Sans reproche et sans honte devant le redoutable tribunal du Christ"
Cette attitude doit-être celle du bon larron sur la croix, car Dieu seul connaît le jour et l'heure. Pour Dieu un jour a autant d'importance que mille ans.
Cela doit nous faire prendre conscience que le vrai détachement ne consiste pas à ce dire que rien n'a d'importance. 
Il faut au contraire prendre conscience que tout a de l'importance, et que la moindre action de notre vie a un sens par rapport à notre salut.
Loin de nous terroriser la mémoire de la mort doit dynamiser notre vie spirituelle et nous aider à éviter toutes ces choses qui nuisent à la vie en Christ, à éviter entre autre, le découragement.
Nous devons vivre chaque jour comme , s'il était le seul, car chaque jour est important.
Chaque jour, chaque heure, chaque seconde nous appartiennent car ils nous sont donnés par Dieu, mais ils appartiennent aussi à Dieu.

À LUI SOIT SOIT TOUT HONNEUR GLOIRE ET ADORATION.