samedi 2 mars 2013

DIMANCHE DU FILS PRODIGUE

DIMANCHE DU FILS PRODIGUE
Ton 6
Saint Léon 1er Pape de Rome
Saint Agapios évêque et ses compagnons, martyrs.
*****************************

Lectures :
ORTHROS (matines)
Évangile : Luc 24, 36-53.   

DIVINE LITURGIE :
Épître : 1 Corinthiens 6, 12-20.
Évangile : Luc 15, 11-32.

Le retour du fils Prodigue.
TROPAIRE  ton 6:
Devant Ton sépulcre, les Puissances des Cieux, * autant que les soldats, furent frappés d'effroi;* Marie Madeleine se tenait près du tombeau, * cherchant Ton Corps immaculé; * mais Tu brisas l'Enfer sans te laisser vaincre par lui, * tu rencontras la Vierge et nous donnas la vie. * Ressuscité d'entre les morts, * Seigneur, gloire à Toi.

KONDAKION ton 3:
M'étant sevré de ta gloire paternelle, * j'ai dépensé les richesses que tu m'avais données, * c'est pourquoi je fais monter vers toi * la confession du Fils prodigue: * J'ai péché contre le ciel et contre toi, * ô Père de miséricorde, accueille-moi repentant * et traite-moi, Seigneur, comme l'un de Tes serviteurs.

COMMENTAIRE :
Cette Parabole du fils prodigue doit tous nous interpeller  et attirer notre attention.
Regardons cette parabole, comme nous regardons un miroir, nous nous verrons tels que nous sommes à la place des personnages de cette parabole.
Cette histoire nous concerne tous, sans exception.
Histoire banal d'héritage.
Un homme avait deux fils, l'un des deux réclame ce qu'il pense être don du, il a envi de partir, courir voir le monde, c'est normal il a la vie devant lui.

Alors le père partage ses biens, mais le fils ainé refusa sa part et demeura avec son père qu'il aimait, il pensait que quitter son père était pure folie.
Le plus jeune réunit ses biens, quitta la maison et partit pour un pays lointain.
Là, il fit la fête, dépensant sans compter, fit bombance, mena une vie de patachon.

On peut penser que ce jeune homme n'avait pas un coeur bien disposé vis à vis de son père, son regard devait l'indisposer. Il voulait vivre en suivant l'inclination de son coeur et non selon les conseils de son père. L'OBÉISSANCE lui pesait.

Puis, soudain, ayant tout dépensé, menant une vie dépravée, il se retrouve sans rien, à sec (comme on dit aujourd'hui). Une famine sévissait dans la région, et il fut dans la gêne.
Il cherche du travail, se confiant à un habitant du pays, il réussit à trouver une place de gardien de cochons. Il regardait les porcs manger, il aurait aimé se nourrir lui aussi avec la nourriture des bêtes.
Personne ne lui donnait de nourriture.
Il réfléchit, médita sur sa sa triste situation: "chez mon père, les gens de la maison mangent à leur faim, il sont bien vêtus, ils ont chaud, et moi ici je meurs de faim."
"Je vais rentrer chez mon père et je vais lui dire, père j'ai commis une grave erreur, un grand péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils, accepte-moi parmi tes serviteurs."
Il fit le trajet en sens inverse et retourna chez son père.
Son père depuis des jours scrutait l'horizon, car son coeur plein d'amour savait que son jeune fils reviendrait tôt ou tard.
D'aussi loin qu'il aperçu son fils, il alla à sa rencontre, il l'embrassa avec tendresse et amour, toute les fautes étaient pardonnées.
Il le fit rentrer dans la demeure paternelle, le fit revêtir d'habits magnifiques et parfumés et ordonna un banquet.
Le fils entra ainsi dans l'amour infini de son père.

Comprenons bien que le Seigneur agit avec nous de la même façon que ce père recevant son fils.

Le Seigneur ne nous retient pas de force auprès de Lui si nous ne voulons pas vivre selon ses commandements. Il accepte que nous fassions notre route à notre manière et que nous apprenions par nous-mêmes comme il est dangereux de vivre selon notre volonté propre , comme il est dangereux pour l'âme de s'égarer dans ses passions, privée de paix et de tranquillité, et quelle nourriture honteuse elle est prête à avaler pour se rassasier, car qu'y a-t-il de plus honteux que la nourriture de notre volonté propre et des passions qui vont avec.

Il faut vite abandonner la voie ruineuse du péché et nous tourner vers Dieu de tout notre coeur. Dieu percevra notre retour et nous accueillera avec amour.
Si tu es parti sur la voie de l'ORGUEIL, de la VOLONTÉ PROPRE, de la TROMPERIE envers toi-même et les autres, retourne en arrière et revient sur la voie de l'humilité, méprise l'orgueil, sachant que Dieu s'oppose aux orgueilleux.
Si tu es partie sur la voie de l'ENVIE et de la JALOUSIE, reviens de ce chemin infernal et sois content de ce que Dieu t'a donné et rappelle-toi la genèse de ces sentiments : le premier envieux était le DIABLE -PAR L'ENVIE DU DIABLE LE PÉCHÉ EST ENTRÉ DANS LE MONDE (Sagesse II, 24).
Si tu es parti parti par la voie de l'INIMITIÉ et de la COLÈRE, reviens et prends la voie de la douceur et de l'amour, Quiconque hait son frère est un meurtrier. (1 Jean III, 15).
Osons dire avec simplicité, humilité véritable et sincère au Seigneur : "Devant TOI j'ai péché, je ne suis plus digne d'être appelé Ton fils, reçois-moi comme Ton serviteur." 
Oui, le Seigneur nous recevra comme SES enfants,
c'est notre foi et notre certitude. Amin. 
'