samedi 6 avril 2013

DIMANCHE DE LA CROIX -ANNONCIATION.

DIMANCHE 25 MARS au Calendrier des Pères/  
7 avril au calendrier civil

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Ton 3
DIMANCHE de la CROIX
Adoration de la Précieuse et Vivifiante Croix de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ
````````````````````
ANNONCIATION à la VIERGE MARIE, Notre Très Sainte Souveraine, la Mère de Dieu.
------------------------
DIVINE LITURGIE À LA FRATERNITÉ MONASTIQUE     10 H 30
----------------
 
Lectures :
Orthros : Évangile : Luc 1, 39-49, 56.

Divine Liturgie : 
Épîtres : Hébreux 4, 14-5 : 6;
                  Hébreux 2, 11-18.

Évangiles : Luc 1, 24-38.
                       Marc 8, 34-9 : 1.

TROPAIRES
De la Croix ton 1 :
Sauve Ton peuple, Seigneur, * et bénis Ton héritage, * accorde à Tes fidèles victoires sur les ennemis * et sauvegarde par Ta Croix * les nations qui T'appartiennent.

De l'Annonciation ton 4 :
Aujourd'hui, c'est l'aurore de notre salut, * où se manifeste le mystère éternel : * le Fils de Dieu devient fils de la Vierge * et Gabriel annonce cette grâce. * Avec l'Ange disons donc à la Mère de Dieu : * Réjouis-toi, Pleine de grâce, le Seigneur est avec Toi.  

KONDAKIA
De la Croix ton 7 :
Désormais le glaive de feu ne garde plus la porte de l'Eden, * car le bois de la Croix l'empêche de flamboyer; * l'aiguillon de la mort est émoussé, * la victoire échappe à l'Hades; * Dieu Sauveur, Tu es venu dire aux captifs de l'Enfer : * Entrez à nouveau dans le Paradis. 

De l'Annonciation ton 8 :
Que retentissent nos accents de victoires en Ton honneur, invincible Reine, * Toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine ! * Vers Toi montent nos louanges, nos chants d'action de grâce. * De Ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts, * sauve-nous de tout danger, hâte-Toi de secourir * les fidèles qui te chantent : * Réjouis-Toi, Épouse inépousée. 

MÉDITATIONS :
 
      Regardez, levez les yeux vers cette Croix vivifiante, par qui l'humanité a été délivrée de la malédiction.
Elle est le signe de la vraie Foi, la force des croyants, fermeté des justes, elle est la dignité des prêtres, le réconfort des Fidèles.
Elle est le ferme rempart de l'Église.
Saint Cyrille d'Alexandrie écrit :
Soyons zélés dans l'accomplissement du signe de la Croix sur notre front et sur toute chose : faisons-le sur le pain que nous mangeons, sur les coupes que nous buvons ; en entrant, en sortant, au coucher, au lever, en chemin ou au repos.
Il est une immense sauvegarde, un don pour les pauvres et pour les faibles une aide sans effort. Car il est rempli de la grâce et de la puissance de Dieu, il est le symbole des fidèles et la crainte pour les démons. 

Ce dimanche la Croix est offerte à la vénération des Fidèles.
Je vois partout Sa force miraculeuse. Sa puissance est à chaque instant. 
Pourtant , je vois peu de manifestation de Sa force parmi nos contemporains, j'en vois les raisons dans l'ignorance et l'iniquité dans laquelle vivent de nos jours ceux qui se disent encore chrétiens.
Pourtant l'histoire de l'Église chrétienne abonde en manifestations de la force miraculeuse de la Croix, à l'époque où les fidèles avaient plus de foi, lorsque les fidèles étaient sincèrement chrétiens ; aujourd'hui nous ne voyons la manifestation de Sa force que parmi ceux qui vivent de la foi.
"Ne nous abandonne pas, ô force invincible, inconcevable et divine de la Sainte et Vivifiante Croix."
"Réjouis-toi, très Sainte et Vivifiante Croix de notre Seigneur, qui éloigne les démons par la force de Notre Seigneur Jésus Christ crucifié sur toi..."
"Ô, très Sainte et Vivifiante Croix du Seigneur, aide-nous avec la Très Sainte Souveraine la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie et avec tous les Saints."
La Croix est glorifiée pour la sanctification des eaux, la purification de l'air, la sanctification et l'illumination de tout chrétien fidèle, le signe de la détermination et le sceptre du Christ, terrassant les ennemis. "Qui pourrait citer toutes Tes oeuvres, ô Croix agréable, ta force et tes miracles et la résurrection des morts ?"
Bien-aimés, vénérez la Sainte Croix avec foi et amour et elle sera votre soutien, votre ami, votre sauveur par la force de Celui Qui a été crucifié sur elle. Amin!  (Saint Jean de Kronstadt)

"Celui qui veut me suivre, qu'il renonce à lui-même, prenne sa Croix et qu'il Me suive" (Marc 8, 34)
Sans la Croix, on ne peut suivre le Seigneur qui a porté Sa Croix. Et tous ceux qui Le suivent portent obligatoirement leur CROIX.
Qu'est-ce donc que cette Croix?
Ce sont les gênes, les peines, les malheurs de toutes sortes qui assaillent de l'extérieur et de l'intérieur le chrétien qui chemine sur la voie de l'OBÉISSANCE aux Commandements du Seigneur et dont la vie se déroule dans l'esprit de SES préceptes et recommandations.
Le Croix est tellement inhérente au chrétien, que là où il y a un chrétien, il y a une Croix, et là où il n'y a pas de Croix, il n'y a pas de chrétien.Réjouissez-vous de sentir le poids de la CROIX, car c'est le signe que vous marchez à la suite du Seigneur, sur le chemin du salut, en route vers le Paradis. Endurez encore un peu.
Le terme est tout proche, et le couronne de gloire!
(Saint Théophane le Reclus)
    


L'Incarnation du Fils de Dieu, prédéterminée en Conseil divin, est annoncée à la Vierge Marie.
Pensons à ce qui c'est passé en ces instants si précieux.
La merveilleuse Vierge avait reçu au Temple de Jérusalem une éducation basée sur la Parole divine qui avait empli son esprit et nourrit son âme.
C'est au milieu de ses pieuses pensées que lui apparaît l'Archange Gabriel et lui annonce qu'elle est précisément cette Vierge chroisie de Dieu : "Réjouis-Toi, pleine de grâce, le Seigneur est avec Toi, Tu es bénie entre les femmes."
Une salutation aussi inhabituelle provoque en Marie un grand émoi. Elle craignait une imagination vaniteuse. Mais, en même temps elle craignait d'offenser le messager et Celui qui l'envoyait.
Elle cherche donc de l'aide dans la piété et attend encore ce que lui dira Dieu.
L'Archange apaise son âme : "Ne crains rien, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras et tu enfanteras un fils, et tu lui donnera le nom de JÉSUS : il sera grand et sera appelé le Fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu Lui donnera le trône de David son père; il règnera éternellment sur la maison de Jacob et SON règne n'aura pas de fin."
Ainsi se dévoile la volonté de Dieu.
Pourtant une question s'élève dans l'âme de Marie : comment est-ce possible d'enfanter puisque je n'ai pas d'époux?
Ce n'est pas un manque de foi de la part de Marie, mais une interrogation très naturelle.
L'Archange la rassure : "L'Esprit Saint viendra sur toi, et la vertu du Très Haut te couvrira de SON ombre. C'est pourquoi l'Être Saint qui naîtra sera appelé FILS de DIEU."
Dans l'Écriture, notre Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu est également appelé "PERLE". La perle prend naissance dans un coquillage.
Ainsi le Christ naît de la Vierge sans conception humaine. Ce qui avait été conçu dans le coquillage est devenu une pierre précieuse. Ainsi, Marie a donné naissance au divin, distinct de la création. Comme le coquillage avait conçu la perle sans douleurs, ainsi la Vierge a-t-elle conçu sans être déflorée et enfanta sans douleurs.
Un fils est né sans la semence de la chair. Quel immense mystère ! Quel dogmes célestes : Vierge et Mère ! (...)
Si notre nature a été magnifiée à tel point par l'incarnation de notre Seigneur et par la Très Sainte Vierge Marie, elle peut être magnifiée en chacun de nous.
Pour cela apprenons à respecter notre nature et conduisons-nous avec le respect dû à sa haute vocation.
Souvenons-nous qu'elle n'est magnifiée que chez les justes, les vrais chrétiens, par leur piété, qui les conduit sur la voie de la perfection morale et spirituelle vers le ciel, pour y régner avec le Christ. Amin. (Macaire, métropolite de Moscou