samedi 20 avril 2013

Icône de sainte Marie l'Égyptienne.
Église Fraternité Monastique de Nîmes,
réalisée selon la tradition, par un moine de la Communauté.
(pigments naturels, jaune d'oeuf, eau, feuilles d'or)

DIMANCHE DE SAINTE MARIE L'ÉGYPTIENNE     ton 5

Liturgie de saint Basile

DIVINE LITURGIE
à la Fraternité Monastique
10h 30


Lectures: 
* à l'Orthros (matines) : Évangile: Marc 16, 1-8.

* à la Divine Liturgie :
- Épîtres :  
  * de Ste. Marie l'Égyptienne :
  Galates 3, 23-29.
  * du dimanche
  Hébreux  9, 11-14.

- Évangiles : 
  * Ste. Marie l'Égyptienne :
     Luc 7, 36-50.
     * du dimanche :
     Marc 10, 32-45.
******************
TROPAIRES :
- du Dimanche ton 5.
Verbe coéternel au Père et à l'Esprit,* Toi qui es né de la Vierge pour notre salut,* nous te chantons, nous Tes fidèles, et t'adorons, Seigneur, * car Tu as bien voulu souffrir en montant sur la Croix * pour y subir la mort en Ta chair * et ressusciter les morts * en Ta sainte et glorieuse Résurrection.

- de sainte Marie l'Égyptienne ton 8.
En toi, vénérable Mère, la divine image se reflète exactement ; * afin de lui ressembler, tu as pris ta croix et tu as suivi le Christ ; * et par ta vie tu nous apprends à mépriser la chair qui passe et disparaît, * pour s'occuper plutôt de l'âme, qui vit jusqu'en la mort et par delà ; * c'est ainsi que ton esprit se réjouit, sainte Marie, avec les Anges dans le ciel. 

KONDAKIA 
- du dimanche ton 5.
Des Enfers où Tu descendis, mon Sauveur, * Tu as brisé les portes, Tout-puissant, * pour ressusciter les morts, ô mon Créateur ; * et Tu brisas l'aiguillon de la mort, * Adam fut délivré de la malédiction ; * et nous, Seigneur, nous te crions : * sauve-nous, dans Ton amour pour les hommes.

- de sainte Marie l'Égyptienne ton 3.
Celle qui d'abord s'adonna au vice et aux passions * par la pénitence devient en ce jour une épouse du Christ, * émule des Anges par son genre de vie, * destructrice des démons par les armes de la Croix ; * et c'est pourquoi tu apparus, ô Marie, * comme une épouse glorieuse au royaume des cieux.
   ****************

Méditation 
Chers soeurs et frères, dans l'exemple de Sainte Marie l'Égyptienne nous trouvons l'abondance des fruits du repentir.
Cette jeune fille avait succombé à une vie libertine et licencieuse, et elle vécut ainsi durant dix sept ans.
À l'âge de trente deux ans elle part en voyage à Jérusalem. Par la volonté de Dieu, l'entrée dans l'église du Saint Sépulcre lui fut interdite : elle sentit une force surnaturelle qui la faisait refluer, alors que d'autres personnes, à côté d'elle, pénétraient aisément.
Après plusieurs tentatives infructueuses, elle leva son regard vers une icône de la Mère de Dieu et alors s'établit entre elle et l'icône la révélation de la puissance divine, de son absolue puissance, de sa terrible puissance.
Et Marie compris à quel point elle avait transgressé la loi de Dieu. 
Après cette exceptionnelle révélation elle ne voulut plus rien entendre, plus rien voir, la vie passée n'avait plus d'attrait pour elle ; cette vie avait été consumée en un instant par la lumière divine.
Dans le désert, au-delà du Jourdain, elle retrouverait une nouvelle vie, en ces lieux magnifiques et austères, aucun éléments ne la rappellerait au passé.
Dans ce véritable désert, avec tantôt le froid glacial, tantôt la chaleur torride, toujours la faim et la soif, c'est là qu'elle vécut quarante-huit ans, dans la prière, les larmes, le dénuement et la privation de tout.
A la fin de sa vie, il fut donné à un visiteur d'apercevoir les fruits de ce labeur : le saint moine Zosime vit la sainte en prière, élevée au-dessus de la terre, et traversant le Jourdain sur les flots comme sur la terre ferme, ses cheveux recouvrant la nudité de son corps.
Elle lui donna rendez-vous l'année suivante afin de communier avant de quitter la terre.
Quel est ce puissant élan qui a projeté cette jeune femme de trente deux ans vers des épreuves tellement inhumaines ?
Peut-être faudrait-il se demander quelle est cette force qui l'a animée pour trouver Dieu et ne plus se détacher de Lui ?
C'est une force qui lui a été communiquée incontestablement par Dieu Lui-même.
Mais pourquoi une telle force ?
Nous touchons là au mystère de l'âme humaine et au mystère du repentir.

Le repentir véritable est un repentir sincère, c'est-à-dire un moment de vérité, où tout à l'entoure s'effondre et ne demeure que cette vérité.
Pour Dieu c'est le plus beau geste que l'homme puisse faire - aimer en un instant autant la vérité, au point de perdre tout intérêt pour ce qui n'est pas elle.

Voilà les prémices de l'unique amour, que le Seigneur ne laisse pas seul et auquel IL répond en abondance.

Si c'est cela le repentir, posons nous la question, notre repentir est-il de cette sorte ?
Non, généralement ce n'est pas ainsi que nous nous repentons.
Trop souvent nous lisons nos fautes, comme dans un catalogue.

Pour que la vérité de la Loi divine s'impose à nous, il faut que nous nous reconnaissions réellement pécheurs. Nous devons nous détacher de la lecture de listes de fautes, nous éloigner du catalogue de nos "péchés" avec son apparente neutralité à notre égard et personnaliser nos fautes en face de Dieu.

Le plus grand obstacle dans le repentir véritable c'est l'ORGUEIL, dans ses multiples ramifications, comme la vanité, l'amour propre, l'égoïsme, ego centrisme etc.  
L'orgueil engendre le sentiment exagéré de son importance et conduit aux subterfuges de la justification de nos actes.
Entre tous les péchés, il est le plus grand, car le plus pernicieux et le plus sournois.
Il empêche le repentir. Il ferme toutes les portes, car il justifie toutes les dérives.

Plus nous sommes libérés de l'orgueil, plus nous pénétrons dans le véritable repentir.

L'orgueilleux ne s'aperçoit pas de ce dont il souffre, iol accuse les autres à tord et à travers, car l'orgueil est sournois, reptilien.

Dans le cas de Sainte Marie l'Égyptienne, il est très vraisemblable, que son revirement complet soit dû à l'anéantissement de son orgueil. 

Elle a perçu en un instant la vérité de Dieu, l'a aimée comme l'unique trésor qui lui soit apparu dans sa désolation, et n'a plus voulu LE quitter.

Ainsi, Dieu s'est révélé dans un coeur effondré.

PAR LES PRIÈRES DE SAINTE MARIE L'ÉGYPTIENNE,
SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, 
AIE PITIÉ DE NOUS !