mercredi 19 juin 2013



MÉDITATION

Évangile :Jean 16, 15-23.
"Je vous le dis : vous vous lamentez, vous pleurez, tandis que le monde se réjouit, vous êtes tristes, mais votre tristesse se tournera en joie.
Ainsi maintenant vous éprouvez de la tristesse, mais je vous reverrai ; votre coeur se réjouira et personne ne vous enlèvera cette joie."

 Pourquoi être triste, car Dieu est VIVANT !

Nous ne cessons pas de le proclamer :   par notre présence, par notre accueil, à travers notre vie monastique et fraternelle au sein de la ville.

Le Dieu -Homme, le Dieu-Vivant est vrai Dieu, Jésus Christ est homme véritable.

Il y a une unique et sainte vérité, cette vérité est salvatrice : Jésus Christ est véritablement Dieu-Homme.
Il n'est pas seulement l'un ou l'autre : Dieu ou Homme, IL est DIEU-HOMME.

VÉRITABLEMENT DIEU ET HOMME VÉRITABLE, JÉSUS CHRIST EST UNE PERSONNE UNIQUE ET NON PAS DEUX.  
Bien qu'Il soit en deux NATURES : Divine et humaine.

C'est cela que nous proclamons, moines de Nîmes, par notre présence. C'est l'Évangile et cet Évangile est la VIE.

Hors, l'homme, dans ce monde trouble et troublé, n'accueille plus cet Évangile de Vie, l'homme ne choisit pas la vie.

L'homme, dans notre société troublée, se laisse envahir par des idéologies troubles (sexualité débridée, moeurs dissolues, turpitudes diverses), il se laisse déborder par ce qu'il pense être "la liberté", il est, croit-il, libéré !

Il est envahi par de fausses idéologies, proclamées par des "philosophes" qui n'ont qu'un but pour libérer l'homme moderne, éteindre le christianisme, tuer Dieu.

On présente à l'homme des  logiques, des "vérités" qui s'opposent et mettent des obstacles à la vie, qui ne respectent pas la vie parce que dictées par l'égoïsme, par l'intérêt, par le profit, par les pouvoirs en place, par les plaisirs et non par l'amour et la compassion pour autrui.

Dieu a créé l'homme libre de ses choix, libre de ses décisions. L'homme n'a aucune obligation de choisir la vie, la vie offerte par Dieu, il rejette la Parole de Dieu qui lui semble un carcan moyenâgeux. 

De nos jours l'homme substitue des idoles humaines et éphémères au Dieu Vivant, oubliant que la réalité divino-humaine, le Christ, est la mesure absolue de toute chose.

L'homme se bâtit une nouvelle tour de Babel, plus démentielle, plus trouble et monstrueuse que la première par son rejet intense et affirmer de Dieu.

 L'homme occidental bâtit son €uro-Babel, il construit son illusoire cité de l'homme sans Dieu, donc sans vie et l'amour du Dieu-Homme.

L'homme, dans notre société d'aujourd'hui, croyant être "libre", puisque ayant évacuer Dieu, l'Évangile et l'Église, oublie que le Christ, Vrai Dieu et Vrai Homme est le critère ultime.

Notre société moderne est redevenue païenne, sans Dieu puisque "moderne". Elle s'illusionne et croit que cette vie hors de Dieu la conduit à la liberté, à la pleine réalisation de l'homme.

L'homme "moderne libéré", omet tout simplement que les doctrines totalitaristes sont le produit le plus affreux de l'humanisme, c'est-à-dire de la confiance en l'homme seul, en l'homme sans Dieu, en l'homme du péché qui ignore sa maladie, que l'Évangile seul lui révèlerait, et qui se proclame "mesure absolue de toute chose."

Au Dieu-Vivant, au Dieu-Homme on substitut le dieu-homme, l'idole humaine passagère, idole offrant l'ivresse du moment, d'une liberté fugitive et éphémère, mais qui à la fin est porteuse de nouveaux esclavages et de mort.

Le Dieu-Homme, le Dieu-Vivant nous rend libres !

Hors, les totalitarismes mondains, quels qu'ils soient, ne proclament-ils pas tous une forme d'infaillibilité de l'homme, ne mettent-ils pas en place un culte de la personnalité, une mystique même, parodique, fondée sur l'humanité malade qui est la nôtre?

Les crimes contre l'humanité ne sont-ils pas la conséquence de cette prétention humaine à être un dieu, sans passer par le Dieu-Homme, mais en l'utilisant, pour dominer, exploiter, asservir, les moyens politiques, économiques (FMI, Banque Mondiale, banques diverses...) et scientifiques inventés par la seule raison humaine ?

le marasme économique que vivent les populations de Grèce, d'Espagne, du Portugal, Chypre et même de France, ne sont-ils pas les conséquences voulues et organisées par des dirigeants mondiaux, plus soucieux de leurs finances que du bien des peuples ?

Ces organismes, et le FMI entre autre ont reconnu s'être trompé quant aux méthodes et aux moyens de sortir la Grèce de sa situation, mais que croyez-vous qu'ils vont faire après avoir réduit le peuple au chômage, au désespoir ?
RIEN, car ce sont des voyous, sans foi ni loi, sans Dieu. Leur dieu c'est l'argent, le CAC 40, Walstreet etc...

C'est là une réalité honteuse et bien réelle !
Cette corde étrangle Chypre, mais surtout la Grèce, l'Espagne, le Portugal, le peuple français et tant d'autres.

NON, l'homme ne peut être le critère absolu.

L'homme, mesure de toute chose, débouche, nous le voyons tous les jours, sur l'horreur absolue. Horreur voulue et organisé par certains pour leurs intérêts personnels ou l'intérêt des gouvernants du monde.

Il faut revenir au DIEU-HOMME, le médecin des âmes et des corps.

Faire de l'homme le critère par excellence, c'est tomber dans l'hérésie christologique ou l'humanité devient, en Christ une personne séparée, c'est une sorte d'arianisme ou de nestorianisme.

Or tel est la maladie de l'Occident !

Nous sommes dans un néo-arianisme européen, l'arianisme moderne, qui a abandonné le divino-humanisme de Chalcédoine pour l'humanisme.

Cet humanisme est le mal fondamental, primordial de l'homme. Au nom de l'humanisme autonome, l'homme rejette Dieu dans une transcendance surhumaine, et il reste seul pour lui-même. 
(Père Justin Popovitch - L'Homme et le Dieu-Homme op. cit. p. 26)

Le Dieu Vivant nous libère !

Acceptons cet amour que Dieu nous offre aujourd'hui comme hier, refusons l'égoïsme que nous propose notre société dite "libéré de Dieu", répondons oui à la vie et non à la mort (mort qui se drape des oripeaux des fausses libertés). 

Refusons l'esclavage de tant d'idoles que nous offre notre temps.

Mes amis et mes frères, le Dieu-Homme nous rend vraiment libre, IL nous offre la vraie liberté et jamais IL ne déçoit.

DIEU EST VIVANT, EN LUI NOUS VIVONS.

GLOIRE À DIEU EN TOUTES CHOSES.