samedi 17 août 2013


8ème dimanche après Pentecôte ton 7
Avant Fête de la 
Sainte Transfiguration du Seigneur

Lectures : 
Orthros (matines) : Evangile : Jean,20, 11-18.

Divine Liturgie :
Epître : 1 Corinthiens 1, 10-18.

Evangile: Matthieu 14, 14-22.

________________

TROPAIRE du ton 7 :
Par Ta Croix, Seigneur, Tu as détruit la mort, * Tu as ouvert au Larron le Paradis; * Tu as changé en joie le deuil des saintes Femmes * et Tu as donné l'ordre à Tes Apôtres de proclamer * que Tu es ressuscité, Christ Dieu, * pour donner au monde la grâce du salut.

TROPAIRE de la Transfiguration ton 7 :
Tu T'es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, * laissant Tes Disciples * contempler Ta gloire autant qu'ils le pouvaient : * fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes * Ton éternelle clarté, * par les prières de la Mère de Dieu; * Source de lumière, gloire à Toi.

KONDAKION du ton 7 :
Désormais la force de la mort est impuissante à retenir les mortels, * car le Christ est descendu, brisant et détruisant les puissance de la mort; * l'Enfer est enchaîné, * les Prophètes tous ensemble se réjouissent.* Le Sauveur, disent-ils, est apparu à ceux qui demeurent dans la foi; * venez, fidèles, prendre part à la Résurrection.

kONDAKION de la Transfiguration ton 7:
Sur la montagne Tu t'es transfiguré * et Tes Disciples * contemplèrent Ta gloire, ô Christ notre Dieu, * pour autant qu'ils le pouvaient, * afin qu'en Te voyant sur la Croix * ils comprennent que Ta passion était coule * et proclamant à la face du monde * que Tu es en vérité le reflet * de la splendeur et de la gloire du Père.



LUNDI 6:19 AOÛT 2013

TRANSFIGURATION DE NOTRE SEIGNEUR DIEU 
ET SAUVEUR JESUS CHRIST


Lectures :

à Vêpres : Exode 24, 12-18.  Exode 33, 11-23 ; 34, 4-6 : 8.
3Rois 19, 3-9 , 11-13 ,  15-16.

Orthros (Matines) : Evangile : Luc 9, 28-36.

Divine Liturgie : 
Epître : 2 Pierre, 1, 10-19
Evangile : Matthieu 17, 1-9.

Bénédiction du raisin et des fruits.

Carême de la Dormition : Poisson, huile, vin.

TROPAIRE ET KONDAKION de la Fête à prendre ci-dessus.

 SERMON de la FÊTE
Les hymnes de la fête, le Tropaire et le Kondakion, annoncent la raison essentielle de la glorieuse Transfiguration du Seigneur Christ : "Tu T'es transfiguré et Tes disciples ont vu Ta gloire, pour autant qu'ils pouvaient la recevoir, ô Christ Dieu."
Les Disciples n'ont pas vu pleinement Sa terrible et inapprochable gloire.
Le Seigneur avait dit à Moïse, ainsi que nous l'avons entendu au cours de la lecture des Parémies de l'Ancien testament, que l'homme ne pouvait voir Son Visage et demeurer en vie.
L'homme ne peut voir Sa terrible et inaccessible Gloire, que ne peuvent même pas regarder les Séraphins, qui se protègent de cette vue en cachant leur visage.
Aussi, le Seigneur montre-t-Il cette gloire à Ses Disciples dans les limites où ils pouvaient la percevoir, "afin qu'ils comprennent, lorsqu'ils Te verront crucifié, que Tes souffrances sont librement consenties."
Afin que les Disciples comprennent que Tu es venu sur terre en toute liberté pour endurer cette passion rédemptrice.

Les Vénérables Pères disent que la raison première qui a déterminé notre Seigneur à monter sur le haut de la montagne était le désir de prier seul avec Son Père.
Mais comme Il savait ce qui allait arriver pendant la prière, Il prit avec Lui Ses plus proches disciples, afin qu'ils vivent la joie de Sa gloire. Et ils l'ont vécue.
C'est avec ravissement que l'Apôtre Pierre se rappelait ensuite cette vision, ainsi que nous le lisons aujourd'hui dans l'Evangile.
Arrivés en haut de la montagne, les Apôtres s'endorment, le Maître prie.
Lorsque le Seigneur S'illumina de Sa Gloire divine plus éclatante que le soleil, les Apôtres, en voyant cela, prirent peur, mais ils éprouvèrent aussi une profonde joie, et l'ardent Apôtre Pierre s'écria : "Seigneur, nous sommes bien ici.
Là où  s'est manifestée la Gloire de Dieu, on éprouve un sentiment de joie, de prix et de lumière.
Si nous qui sommes remplis de péchés, éprouvons un tel sentiment, quelle devait être le joie, la paix et la lumière ressenties par les Apôtres?

L'Apôtre Pierre veut y installer une tente, sous entendu restons donc ici !

Pourquoi cette pensée de rester ?

Souvenons-nous qu'auparavant lorsque le Seigneur avait annoncé à Ses Disciples les souffrances qui L'attendaient, Pierre lui avait porté la contradiction, il avait emmené le Seigneur à l'écart et Lui avait demandé qu'il n'en fut rien.

L'Apôtre entendit alors une réponse terrible. Pourtant il avait parlé sous l'impulsion de son amour, avec de nobles motifs : fais que cela ne soit, soit miséricordieux envers Toi-même, Seigneur.
La réponse du Seigneur est cinglante : "retire-toi, Satan ! Tu m'es une séduction, tu ne penses point à ce qui est de Dieu, mais à ce qui vient des hommes !"
Mettons-nous à la place de l'Apôtre, imaginons son effroi lorsqu'il entend ces paroles si sévères, terribles !
Il n'a jamais plus osé s'opposer à son Seigneur, mais il aime tant son Maître et d'une manière si humaine, comme le fait remarquer saint Jean Chrysostome avec sa profonde compréhension de l'Evangile, que dans son âme demeurait le désir que n'arrivât pas ce qu'avait annoncé le Seigneur, que les si terribles souffrances soient évitées au Maître bien-aimé.

Là, sur la montagne, il lui semblait que tout devenait si simple : "faisons trois tentes une pour le Maître, une pour Moïse et une pour Elie" et ainsi nous resterons ici, et il ne faudra plus aller au devant des souffrances. Car comme le dit saint Jean Chrysostome, il nourrissait encore au fond de son âme un espoir, qui n'avait pas disparu lorsque Son Maître l'avait appelé Satan.

Alors une voix divine se fit entendre, une voix venant des nuées, une voix qu'on ne peut écouter sans trembler d'effroi.
Le Christ parlait comme Dieu,  mais aussi comme un homme, Il parlait avec de sons humains, le langage humain. Tandis que maintenant retentissait la voix de Dieu le Père, Esprit pur, et les Disciples en furent terrifiés : "Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en Qui j'ai mis toute mon affection, écoutez-le !"

Comme le fait remarquer saint Jean Chrysostome, ces paroles s'adressaient plus particulièrement à Pierre et lui disaient : "Fais preuve d'une entière obéissance, rejette tes propres désirs, quel que soit le prix que tu leur attaches et écoute ce que te dit ton Maître."

Bien entendu, le Père Céleste, en s'adressant aux Apôtres S'est adressé aussi à tout le genre humain, à nous tous sans exception. Il dit à tous que le Seigneur Christ est Son Fils bien-aimé, en Qui Il a mis tout Son amour, et à chaque homme Il dit : "Ecoute-Le !"

Si chaque Chrétien est persuadé qu'il a pour Maître le Christ, s'il croit que le Christ est réellement le Fils de Dieu, et qu'il doit L'écouter, alors il ne peut reconnaître aucun autre Maître, il n'a qu'un seul Maître et précepteur, le CHRIST !

Chers Amis, soyons réellement, sincèrement, véritablement, élèves du Christ sauveur, ces mots qu'Ils nos dit d'adresse à chacun de nous, personnellement.

ECOUTONS-LE.

Que Dieu nous donne de l'aimer à la manière des Apôtres, lesquels avaient  tout abandonnés pour Le suivre et Lui sont demeurés fidèles pour toujours, jusqu'au martyr.

L'Apôtre Pierre avait trébuché une fois, le Seigneur l'ayant permis pour son humilité, afin qu'il guérisse de sa propre assurance.

Efforçons-nous d'écouter la voix du Père Céleste :
"Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en qui J'ai mis toute Mon affection, ECOUTEZ_LE !"

Soyons Ses disciples fidèles. Amin !

(D'après un sermon du métropolite Philarète de New-York)


Eglise de Nîmes. L'Autel.