samedi 19 octobre 2013

17ème DIMANCHE après la PENTECÔTE
3ème Dimanche de Luc    Ton 8

DIVINE LITURGIE         10H 30

Résurrection du fils de la veuve de Naïm

LECTURES :
Orthros (matines) : Evangile : Luc 24, 36-53.

DIVINE LITURGIE :
Epître : 2 Corinthiens 6, 16 - 7 : 1.

Evangile : Luc 7, 11 - 16.

TROPAIRE ton 8 :
Du ciel Tu descendis, ô Dieu de miséricorde, * trois jours dans le tombeau Tu souffris de demeurer * pour nous délivrer de nos péchés ; * notre vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à Toi.

KONDAKION ton 8 :
Ressuscité du tombeau, * Tu as éveillé les morts et ressuscité Adam, * Eve danse de joie en Ta Résurrection, * les confins de la terre célèbrent Ton éveil d'entre les morts, ô Dieu de miséricorde.

Sachons choisir qui nous servons !


PARLONS DU CHANT DANS NOS EGLISES ORTHODOXES

Il est facile de comprendre pourquoi le chant ordinaire de nos églises est agréable à Dieu.
Nous pouvons observer ses conséquences bénéfiques.
Tous nous avons éprouvés, lorsqu'à l'église nous chantons ensembles, que le choeur des moines chantes le Symbole de la Foi, le Notre Père, et d'autres chants de la Divine Liturgie, que nous sommes davantage attentifs, que nous prions Dieu avec plus de coeur.
La fatigue, la colère et d'autres soucis disparaissent.
Nous ressentons à la fois la douceur et la prosternation devant. 
Nous sentons la joie du coeur et le bonheur de l'âme.

Le chant ordinaire de l'Eglise nous rappelle le temps bienheureux, le temps de paix et de la joie, l'unité de notre église.

Ce chant invite à se rendre dans la Maison de Dieu, il augmente le respect pour les jours de fête. Il incite à vivre ces jours avec piété.
Dans ce chant, ceux qui ne connaissent pas les prières, arrivent, petit à petit, à apprendre les prières.

Le chant ordinaire de l'Eglise, de notre église, de nos église est vraiment agréable à Dieu. Il est salutaire pour l'âme.

Il est de notre devoir de chérir ce chant.

le Seigneur Christ chantait avec Ses Apôtres : Après avoir chanté les cantiques, ils se rendirent sur le Mont des Oliviers. (Matthieu 26, 30).

les Apôtres chantaient et ils exhortaient les fidèles à chanter "par des psaumes, par des hymnes et des cantiques spirituels" (Col. 3, 16).

Saint Jean Chrysostome dit que de son temps tous les fidèles chantaient pendant l'Office.

Pour que ce chant soit agréable à Dieu et salutaire pour nos âmes, il doit comporter les qualités nécessaires.

Le chant d'église doit correspondre à la majesté et à la sainteté de Dieu-Même. Il doit être empreint de l'attention qui Lui est due. Il doit disposer les fidèles à une prière de coeur.

Notre chant doit être chanté avec sagesse, dit le Psaume 46.

Notre chant doit être empreint de la douceur de coeur.
Saint Nil dit : "crier sans mesure pendant la prière est contraire à la sagesse".
Saint Jean Chrysostome recommande d'effectuer les chants divins "en toute crainte, en énonçant le mot angélique avec une émotion sacrée, et ne pas se livrer avec sa voix à  des excès, des éclats sans aucune significations, en cherchant à rivaliser les uns avec les autres".

Le chant doit se distinguer par la modestie.
Nul ne doit s'enorgueillir de la force et de l'expression de sa voix, mais il doit maîtriser sa voix s'il en est doué.
Toutes les modifications d'intonation intentionnelles et inconvenantes, destinées à produire une impression sur l'auditeur sont interdites dans la Sainte Eglise.
"Le serviteur de Dieu doit chanter de manière à ce que les paroles prononcées soient agréables et non pas la voix du chanteur", dit le bienheureux Jérôme. 

Le chant doit s'effectuer suivant les modes ecclésiaux anciens remplis de douceur. Ces modes sont éprouvés par l'Eglise, ils ont vécus des siècles entiers, remplissant l'Eglise de leur douceur. Ils ont davantage de simplicité, d'âme, de coeur et d'émotion priante.

Le chant ordinaire d'Eglise, rempli de l'attention émue envers Dieu, est source d'un grand secours.
Lorsque nous chantons des chants à la Très Sainte Mère de Dieu, Elle prie pour nous devant Son Fils et notre Seigneur.
En chantant les cantiques pour les Saints, nous nous assurons de leur intercession pour nous auprès de Dieu.

Le chant d'Eglise est une obligation sacrée pour chaque chrétien.
Il est salutaire lorsqu'il est chanté avec sagesse et avec amour pour Dieu, pour la Très Sainte Mère de Dieu et pour les Saints de Dieu.

Que chacun sache que les chanteurs sont fortifiés par la grâce (Irmos du canon de la Nativité) et, en abordant le service divin, que ce soit à l'église, à la maison, ou en chemin, qu'ils demandent toujours à Dieu de recevoir la grâce de l'Esprit Saint, afin de chanter et glorifier dignement le Très Saint et Très Majestueux Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.
Amin !
(Sermons Orthodoxes - l'Âge d'Homme.)