samedi 16 novembre 2013

21ème DIMANCHE après PENTECÔTE
ton 4
Dimanche de Luc

DIVINE LITURGIE  10 H30


LECTURES :

Orthros (Matines) : Evangile : Jean 21, 1-14.

Divine Liturgie :
Epître : Galates 2, 16-20.
Evangile : Luc 16, 19-31. (Le mauvais riche)

TROPAIRE ton 4 :
Recevant de l'Ange la joyeuse nouvelle * de la Résurrection de leur Seigneur * et détournant l'ancestrale condamnation, * les saintes Femmes se firent gloire d'annoncer aux Apôtres : * Le Christ a triomphé de la mort, * Il est ressuscité, notre Dieu, * pour donner au monde la grâce du salut.

KONDAKION ton 4 :
Mon Sauveur et mon Libérateur * a ressuscité tous les mortels, * les arrachants par Sa force divine aux chaînes du tombeau : * Il a brisé les portes de l'Enfer * et en Maître souverain Il est ressuscité le troisième jour.

PROKIMENON ton 4 :
Que Tes oeuvres sont grandes, Seigneur, * toutes, avec sagesse Tu les fis.
Verset : Bénis le Seigneur, ô mon âme, Seigneur mon Dieu, Tu es si grand !

ALLILUIA : 
Chevauche dans l'éclat de Ta royale splendeur, défends la vérité, la bonté, la justice.
Verset :Tu aimes la justice, Tu détestes l'iniquité.

Le mauvais riche et Lazare.


MEDITATION :
Cet Evangile est instructif, concernant le riche et Lazare !
Que voyant nous dans la conduite du riche personnage : l'amour propre, la satisfaction charnelle, la vanité, la futilité et même la cruauté !

Observons maintenant le pauvre Lazare : 
Il offre un visage pitoyable, privé de nourriture quotidienne, malade, nu, abandonné de tous et surtout totalement méprisé par le riche personnage, qui ne lui offre même pas les quelques reliefs et les miettes de sa table opulente. Pas un vêtement ne lui est donné à ce pauvre Lazare, aucun soin urgent…RIEN !

L'Evangile nous dit que les chiens du riche étaient plus affectueux et miséricordieux que leur maître, ils venaient caressants, lécher les plaies de Lazare.

Il y dans cet Evangile un regard froid sur le cruauté de l'homme. Cet homme créé à l'image de Dieu. Il y a quelque chose d'incompréhensible chez nous les hommes !

Cette "chose incompréhensible " constitue le mauvais côté de la richesse (entre autres choses) : dans cet Evangile le coeur du riche se durcit et devient totalement insensible (n'est-ce pas le cas dans notre société d'aujourd'hui avec les patrons du cac40, la Banque Mondiale, le FMI et tant d'autres formes d'exploitations de l'homme par l'homme)
C'est la raison pour laquelle il est très difficile au riche d'entrer dans le royaume divin : Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'un aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu (Matthieu 19, 24).
Bien entendu, il existe des exceptions, il y a des riches bons, miséricordieux et réellement compatissants, mais hélas en observant notre monde nous avons du mal à les rencontrer !

Ces bons riches constituent une infime minorité.

L'Evangile nous fait observer le sort réservé au riche et à Lazare après leur mort :
Le pauvre mourut, et il fut porté par les Anges dans le sein d'Abraham (le Royaume des Cieux). Le riche mourut aussi, et il fut enseveli.
Dans le séjour des morts, il leva les yeux ; tandis qu'il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham et Lazare dans son sein.
Il s'écria : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau et me rafraîchisse la langue ; car je souffre cruellement dans cette flamme.

Vous comprenez bien ce qui se passe !
Lazare est dans le Royaume céleste, le riche est dans l'enfer, dans les flammes de la géhenne, dans la souffrance. Lui qui ignorait toute forme de miséricorde sur cette terre et durant toute sa vie luxueuse et agréable, demande maintenant las miséricorde à Lazare !

Il ose à peine demander une goutte d'eau !

Mais même cela lui est refusé, selon la parole de Dieu : on vous servira avec la mesure dont vous vous êtes servi vous-même pour mesurer. (Luc 6, 38).
Abraham répond : Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu des maux pendant la sienne ; maintenant il est ici consolé, et toi tu souffre. D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puisse le faire.

Si tous ceux qui ont reçu des grands biens, des richesses, pouvaient entendre cet Evangile et s'en souvenir… surtout les avares,  ces milliardaires qui exploitent le monde, le conduisant à la ruine, ces jouisseurs impénitents qui vivent dans un luxe outrancier.
Ô, si seulement, au lieu de perdre leur âme dans des jouissances sans fin, dans des fêtes dispendieuses, ils visitaient au moins parfois, les pauvres, les malades, leur témoignant la miséricorde chrétienne, fraternelle !
Ils auraient ainsi soudé leurs âmes des flammes de l'enfer.
Portent-ils en core le nom de chrétien ?

Notre société a une mauvaise habitude : gaspiller l'argent pour ses réjouissances et passer avec dédain devant les pauvres.

Il est évident qu'on ne peut donner à tous les pauvres, cela semble bien difficile. Chacun doit faire selon ce que Dieu lui donne.

Dans notre société d'aujourd'hui il y a beaucoup de riches qui sont aveuglés par leur richesse et leurs réjouissances, et ne croient pas qu'il y ait un enfer, et ils boivent jusqu'à la lie la coupe de la gaîté.
Si seulement ils pouvaient comprendre ce qui les attend, ils auraient accepté de partager le surplus de nourritures qu'ils ont jeté aux poubelles (C'est ce que font les hypermarchés et autres multinationales et gros commerces alimentaires).

Mais ils ne croient pas, ils ne croient ni les saints Apôtres, ni les Prophètes du Seigneur. Ils ne croient pas au Seigneur Lui-Même.

A qui sont-ils liés ?

Ils sont dépendants de ce monde !

Ces gens sont des insensés, ils sont aveugles, injustes, insolents.

Nous devons faire le bien aux proches tant que nous le pouvons ; donnons de la nourriture aux Lazares qui croisent nos chemins dans la mesure de nos possibilités.

Ne laissons les chiens dénués de paroles être plus miséricordieux que nous, qui avons l'intelligence.
Amin !

(D'après un texte de saint JEAN de KRONSTADT. Ed. Age d'Homme. Sermons orthodoxes)


Le riche et le pauvre Lazare