samedi 14 décembre 2013

DIMANCHE 2 (orthodoxe) / 15  (civil) 
décembre 2013.

25ème dimanche après Pentecôte.      Ton 8

Carême de la Nativité : Poisson, huile et vin.


DIVINE LITURGIE    10 H 30

à la Fraternité Monastique de Nîmes

LECTURES : Orthros (matines) : 
Evangile :Marc 16, 9-20.

DIVINE LITURGIE :
Epître : Ephésiens 4, 1-6.

Evangile : Luc 18, 35-43 (l'Aveugle de Jéricho).

TROPAIRES ton 8 :
Du ciel Tu descendis, ô Dieu de miséricorde, * trois jours dans le tombeau Tu souffris de demeurer * pour nous délivrer de nos péchés ; * notre vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à Toi.

KONDAKION ton 8 :
Ressuscité du Tombeau, * Ta as éveillé les morts et ressuscité Adam, * Eve danse de joie en Ta Résurrection, * les confins de la terre célèbrent Ton éveil d'entre les morts, * ô Dieu de miséricorde.

PROKIMENON ton 8 : (ps. 75, 12 et 2)
Rendez hommage et faites offrande * au Seigneur notre Dieu.
Verset : Dieu est connu en Judée, en Israël grand est Son Nom.

L'Aveugle de Jérichos

MEDITATION:

La guérison de cet Aveugle, c'est le miracle de l'audace. L'audace de Bartimée, fils de Timée.

Audace salutaire !

Regardons avec quelle simplicité et quelle impudence Bartimée apostrophe Jésus. Il scandalise ses compagnons.
 Il ne se soucie pas de ce que pense les autres, ni de leurs réactions, il pousse des cris en direction du Seigneur qui s'approche.

On peut penser qu'il a entendu parler des miracles qu'accomplit Jésus. Il  ne le connait pas et pourtant il agit avec confiance dans la bonté du Christ dont il a déjà entendu parlé.

Il a le pressentiment que Jésus l'aidera, le guérira, parce qu'il sait que Jésus en a déjà aidé beaucoup.

Et il a raison !

Sa foi va le sauver.

L'histoire de l'Aveugle de Jéricho nous montre que la prière audacieuse et humble est efficace. En effet, qu'y-a-t-il de plus banal, de plus simple que de dire "Jésus, aie pitié de moi " ?

Sans plus d'explication, sans crainte d'être incompris, sans crainte d'être rabroué, rejeté, sans se soucier de la dignité de son image, faisons comme l'Aveugle de Jéricho, sans perdre un instant, lançons-nous vers LUI en clamant notre pauvreté, en lui disant notre misère, nos besoins, sans verbiage inutile, sans hésitation aucune. Pas de belles phrases, non, juste nos mots à nous, ceux que l'on connaît… simplement !

Mais avant de s'adresser à LUI, soyons bien résolu à accepter sa guérison et à LE suivre sur le champ. Toute hésitation serait tragique : si nous ne sommes pas convaincus de tout notre être que le Seigneur Christ exaucera notre souhait, notre voeu, il n'y aura pas de guérison, pas de miracle.

Autre chose : Si nous ne sommes pas suffisamment pauvres pour tout laisser immédiatement afin de le suivre, nous n'aurons jamais cette pleine FOI en SA guérison.

Comprenons ce lien : La guérison du Seigneur Christ s'opère par notre FOI qui nécessite un détachement total et qui s'accompagne d'une conversion.

Si nous sommes vraiment guéris de notre cécité spirituelle, si nos yeux se sont véritablement ouverts à la connaissance du Seigneur, alors nous ne devons plus hésiter, et notre vie doit s'en ressentir, nous devons continuer notre route avec LUI, jusqu'au bout.

Pour celui dont les yeux se sont ouverts, la vie n'a d'intérêt et de réelle beauté qu'aux côtés du Seigneur Christ.

IL ne nous demande pas de tout rejeter, mais de faire le Chemin avec LUI, pour LUI, et LUI ne nous lâche pas la main !

GLOIRE A DIEU POUR TOUTES LES CHOSES 
QUE NOUS NE COMPRENONS PAS !




Mégalinaire ton 6 :
Protectrice intrépide des Chrétiens, * médiatrice inébranlable auprès du Créateur, * ne méprise pas les supplications de pécheurs, * mais dans Ta bonté préviens-nous par Ton secours, * nous qui te crions avec foi : * intercède pour nous, empresse-Toi de supplier, * car toujours, ô Mère de Dieu, Tu veilles sur Tes Fidèles.