mercredi 18 décembre 2013

UN NOUVEAU VILLAGE CHRETIEN INVESTI PAR LES ISLAMISTES


L'Agence Fides annonçait hier que le village chrétien de KANAYE (Al Qanayah en arabe), sur l'Oronge dans le gouvernorat d'idlib  venait d'être investi par les ISLAMISTES.

Ces militants salafistes et djihadistes de  Jabhat al-nostra ont imposé au prêtre de ne plus sonner les cloches. Les femmes doivent désormais ne pas sortir nu tête, mais elles doivent êtres voilées comme les musulmanes. Si elles n'obéissent pas elles sont menacées d'extermination.

C'est ce qu'à déclaré l'Evêque, vicaire d'Alep.

Il se reproduit dans ce village ce qui c'est déjà passé dans le village chrétien voisin de Ghassanieh depuis un an.

Dans ce village ils ont averti les habitants de quitter immédiatement le village, à défaut de quoi ils les tueraient et ils ont obtenu ce qu'ils désiraient : occuper le village et s'approprier tout ce que les chrétiens possédaient.

A KANAYE, ils n'ont pas obligé les chrétiens à partir, mais ils doivent vivre selon la loi islamique… Ce pourrait être une première étape avant d'obliger les chrétiens à se convertir à l'islam, de gré ou de force, comme ces bandits savent le faire.

La liste des villages chrétiens martyrs s'allonge : MAALOULA, SEDNAYA, SDAD, QARA, DEIR ATIEH, NEBEK, GHASSANIEH…

L'armée syrienne libre est impuissante à contrôler ces milices étrangères islamistes (Français, hollandais, anglais etc…)

(Agence Fides le 17. 12. 2013)



MEDITATION :

Qui ne ressent pas, au milieu des bruits de ce monde, le besoin de silence ?

Saint Séraphim de Sarov notre Père, l'un des trois Saints Protecteurs de notre église de Nîmes disait : -"Emmure-toi de silence !"

-"Acquiert l'Esprit et tu connaîtras le silence."

-"Si tu es dans le silence, alors tu es dans l'Esprit Saint."

Nous fuyons le silence parce que nous avons peur de la PAROLE et de l'engagement qu'elle présuppose. C'est une peur inconsciente, mais bien réelle.

Tel le socle d'une charrue, au commencement, le NOM de JESUS débusque les pierres (les pensées) dans la terre. Mais en repassant inlassablement sur les mêmes sillons, le NOM y sème le bon grain du silence sur soi, et celui-ci fera pousser, avec le temps, le blé dont on fait le pain de vie.

Le pain de vie, le pain eucharistique.
Le Corps du Christ.

"Celui qui invoque constamment de tout son coeur le NOM du SEIGNEUR JESUS, le coeur abordera Jésus, et Jésus absorbera le coeur et les deux deviendront UN. "
(Saint Jean Chrysostome)

Cela n'est pas l'oeuvre d'un jour ou deux. Il faut beaucoup et longtemps combattre pour que l'ennemi soit rejeté et que le Christ habite en nous. 
(Calliste et Ignace Xanthopouli, pseudo-Chrysostome. Philocalie des Pères Neptiques  op. cit. p. 124)

L'expulsion de l'Adversaire par l'invocation du NOM est longue et laborieuse.

Le silence des pensées, préalable indispensable à la vie du silence, est un combat spirituel qui n'est jamais gagné car il dure jusqu'à la fin.

Mais il arrive que dans des instants bénis, la grâce vienne gratuitement sur celui qui prie avec constance, pour lui accorder sans effort ce qu'il cherchait et qu'il soit, comme l'Apôtre Paul, ravi jusqu'au septième Ciel.


L'invocation du NOM :

SEIGNEUR JESUS CHRIST,
FILS DE DIEU,
AIE PITIE DE MOI PECHEUR !
------------
Par les prières de la Mère de Dieu,
Seigneur Jésus Christ,
Fils de Dieu,
aie pitié de moi (de nous) pécheur !
------------
Seigneur Jésus Christ,
Fils de Dieu, 
aie pitié de nous pécheurs,
Très sainte Mère de Dieu sauve-nous !
_________________________
Trois formules, mais une seule et même invocation du NOM : Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu...