samedi 1 février 2014

DIMANCHE 20 janvier calendrier orthodoxe
2 février calendrier civil

DIMANCHE DE ZACHEE   Ton 7

32ème après Pentecôte.


DIVINE LITURGIE à la Fraternité Monastique

10  h  30



LECTURES :

Orthros (Matines)
Evangile : Jean 21, 1-14.

DIVINE LITURGIE 
Epître : 1 Timothée 4, 9-15.

Evangile : Luc 19, 1-10.

TROPAIRE ton 7 :
Par Ta Croix, Seigneur, Tu as détruis la mort, * Tu as ouvert au Larron le Paradis; * Tu as changé en joie le deuil des saintes Femmes * et Tu as donné l'ordre à Tes Apôtres de proclamer * que Tu es ressuscité, Christ Dieu, * pour donner au monde la grâce du salut.

KONDAKION ton 7 :
Désormais la force de la mort est impuissante à retenir les mortels, * car le Christ est descendu, brisant et détruisant les puissances de la mort; * l'Enfer est enchaîné, * les Prophètes tous ensemble se réjouissent. * Le Sauveur, disent-ils est apparu à ceux qui demeurent dans la foi; * venez, fidèles, prendre part à la Résurrection.


MEDITATION

Zachée était un publicain, un collecteur d'impôts auprès de ses concitoyens. 
Les collecteurs d'impôts n'étaient pas sans péchés, car souvent ils extorquaient au peuple les contributions avec toutes sortes de ruses et de pressions, en escomptant recueillir deux ou trois fois la somme qu'ils payaient aux fonctionnaires romains, chargés de prélever l'impôt, et s'enrichir au dépend du peuple nécessiteux.

Pour cette raison Zachée était très riche ; pour cette raison il était mal-aimé du peuple qui l'avait dénommé le pécheur. Mais ce pécheur, avec la venue du Seigneur à Jéricho s'est réveillé tout d'un coup, il a compris son iniquité et la perdition qu'entraînait l'amour de l'argent, le lucre, les mensonges et la dureté du coeur, et il en a apporté une repentance sincère, et il est devenu un juste, Zachée dit : "Seigneur, je donnerai la moitié de mes biens aux pauvres, et si j'ai fait tort à quelqu'un en quelque chose, j'en rendrai quatre fois autant."

C'est la voix bénie du pécheur repenti, touché par une abondance de grâces, lorsqu'entra dans sa maison le Seigneur, Source de toute grâce et de toute bénédiction !

Quelle renaissance du publicain !

Il découvre tout d'un coup l'art béni de donner, de distribuer, de dévider la pelote qu'il s'attachait avec ardeur à enrouler auparavant.

Chers soeurs et frères, beaucoup d'entre nous sont encore des publicains au coeur dur, prêts à faire profit de tout, mais qui ne ressemblent pas au publicain de l'Evangile.

Nos publicains ne pensent pas à partager avec les nécessiteux les biens qu'ils ont acquis souvent de façon injuste; ils se moquent même de ceux qui distribuent des biens aux pauvres; ils ne prennent même pas la peine de distinguer les vrais pauvres des faux : ils méprisent tous les indigents.

Même s'il y a des pauvres qui sont pécheurs, paresseux ou ivrognes, ces publicains doivent se souvenir des paroles du Seigneur : "Selon que vous jugerez, on vous jugera, et de la mesure dont vous vous servirez on s'en servira pour vous." (Matthieu 7, 2).

Que le Seigneur Tout-Puissant et rempli de grâce attendrisse nos coeurs et les coeurs de tous ceux qui possèdent des biens en suffisance et en abondance, afin qu'ils apprennent l'art et connaissent la bénédiction de donner. Amin !
(Saint Jean de Kronstadt)