vendredi 21 mars 2014

Vendredi de la troisième semaine de carême

Orthros (matines) du Vendredi. 
1er Canon ton 5, 8ème ode, 3ème stichère.

Désirant une vie de débauche et de souillure, moi le prodigue, je suis tout enténébré. Fais briller en moi le rayon de lumière de la conversion, ô Verbe, Toi qui assombrit l'éclat du soleil par Ta Passion.

Apostiche ton 6 :
Dissipant la richesse du don paternel, j'ai dépensé ma vie dans la débauche ; emporté par les pensées mauvaises de mon péché, et trouvant plaisir dans la volupté des passions, je suis devenu semblable aux animaux privés de raison par la transgression des commandements salvateurs. Mais Toi qui daignas Te laisser suspendre  à la Croix pour moi, Christ notre Dieu, ne me rejette pas de Ta filiation, mais accueille-moi qui reviens vers Toi comme le Fils Prodigue, et sauve-moi.


PRIERE à la MERE de DIEU
Très sainte Mère de Dieu, Tu es pleine de grâce et Tu enfantas Dieu ; Tu es bénie, remplie de grâce divine, demeure du Saint Esprit, trône resplendissant des flammes du Fils Unique du Père immortel et invisible ; Toi qui es irrépréhensible, très pure, digne d'honneur et de toute louange, très bienheureuse, très sacrée, très glorieuse, Vierge la plus désirable, dans Ton âme, Ton esprit et Ton corps ; Trône du Roi qui siège sur les Chérubins, Porte à travers laquelle nous entrons dans le Ciel, Epouse de Dieu, grâce à qui nous est offerte la réconciliation avec Dieu, miracle inconcevable, annonce inexplicable, révélation du mystère cachée de Dieu, intercession invincible, défense puissante, source vivifiante, mer inépuisable des dons célestes, altesse élevée au-dessus  des Puissances, source vivifiante, mer inépuisable des dons célestes, altesse élevée au-dessus des Puissances célestes, profondeur des desseins mystérieux inaccessibles à toute recherche, Souveraine de tous après la Trinité, consolation de tous après le Paraclet…
Tu es le ferme soutien de la vraie foi, la vraie vie qui a engendré le fruit de la vie, la foudre qui illumine l'âme, l'assurance de ceux qui demeurent dans les hauteurs spirituelles, l'olivier fertile qui réjouit les fidèles ; Tu es la renaissance de ceux qui sont tombés, l'incitation des paresseux, la force de ceux qui veillent, la concorde de l'Eglise ; Tu rends invincibles les armées, Tu es l'ordre de la Cité, la paix de l'univers, la fermeté des ascètes, le courage des martyrs, le nuage d'où descend la rosée céleste !

Je n'ai aucune aide ni défense en dehors de Toi, Mère de Dieu miséricordieuse, je me confie en Toi, accorde-moi ce que je désire.
De Toi s'éloigne l'orgueilleux. Malgré le nombre infini de mes fautes, ne détourne pas Ton Visage de moi Ton indigne serviteur.
Tu peux m'aider, puisque Tu as engendré de manière ineffable l'Une des personnes de la Très Sainte Trinité.
Tu possèdes les arguments pour Le convaincre et pour obtenir miséricorde !
Tu as les bras dans lesquels Tu L'as porté et les mamelles auxquelles Tu L'as allaité comme un enfant.

A ce qui T'est propre ajoute ce qui Lui est propre : la Croix, le Sang, les Blessures grâces auxquelles nous sommes sauvés et glorifiés. Il agira toujours selon Ta volonté puisque Tu l'as engendré pour l'oeuvre du salut.

Tu as rempli le monde de Tes bienfaits et effacé toute larme de la face de la terre.
Tu as réjouis les armées célestes et Tu as sauvé les armées terrestres. Tu as rendu miséricordieux le Créateur, Tu as abaissé les Anges, Tu as élevé l'humanité.
Tu as réconcilié ceux qui étaient supérieurs et ceux qui étaient inférieurs.
Tu rends tout meilleur et Tu le transformes en l'amenant à la perfection.
En Toi nous avons un signe certain de la résurrection et, grâce à Toi nous avons trouvé l'auxiliatrice de notre salut.
Tu nous as ouvert le passage du Ciel.
Tu nous as facilité son accès.
Tu nous as rendus dignes de Ton Fils et Ton Dieu.
Ton entremise, Très Pure, est réalité depuis Adam jusqu'à la consommation des siècles.
C'est, et ce sera, la gloire des Apôtres, des Prophètes, des Martyrs et des justes.
Par TOI, pleine de grâce, se réjouit toute la création bénissant dans tous les siècles Dieu UN dans la TRINITE.
(Saint Ephrem le Syrien)

Mère de Dieu, 
Tes moines et fidèles de Nîmes te magnifient
 avec tous Tes enfants.