samedi 23 août 2014

Ce samedi 10/23 août 2014

Nous faisons mémoire des Saints Martyrs: L'archidiacre LAURENT, du pape Sixte dont Laurent était le diacre.

Saint LAURENT diacre martyr, sous l'empereur Valérien en 258.
Le Pape saint SIXTE fut martyrisé avec lui.
_____________________

DIMANCHE 11 août calendrier orthodoxe
24 août civil.

Dimanche après la Transfiguration.
11ème dimanche après la Pentecôte.  ton 2.

Miracle de saint Spyridon à Corfou en 1716.
__________________

DIVINE LITURGIE A LA FRATERNITE

10 h 30
________________

LECTURES :
Orthros (matines) : Evangile : Jean 21, 15-25.

Divine Liturgie :
Epître :  1 Corinthiens 9, 2-12.

Evangile :  Matthieu 18, 23-35.
(Le débiteur impitoyable)


Carême de la Dormition. Huile et vin.

TROPAIRES :
Du ton 2 : 
Lorsque Tu es descendu vers la mort, Immortelle Vie, * l'Enfer fut renversé par la splendeur de Ta divinité * et, lorsque Tu ressuscitas les morts * qui gisaient au fond du tombeau, * tous les Anges dans les cieux se mirent à chanter : * Gloire à Toi, Source de vie, ô Christ notre Dieu.

De la Transfiguration ton 7 :
Tu T'es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, * laissant Tes Disciples * contempler Ta gloire autant qu'ils le pouvaient : * fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes * Ton éternelle clarté, * par les prières de la Mère de Dieu; * Source de lumière, gloire à Toi.

KONDAKIA :
Du ton 2 :
Lorsque Tu es ressuscité du tombeau, Sauveur tout-puissant, * l'Enfer à la vue de ce miracle fut saisi de frayeur; * les morts se sont levés et, te voyant, la création partage Ta joie, * Adam s'unit à l'allégresse; et le monde, ô mon Sauveur, Te chante pour toujours.

De la Transfiguration ton 7 :
Sur la montagne Tu T'es transfiguré * et Tes Disciples * contemplèrent Ta gloire, ô Christ notre Dieu, * pour autant qu'ils le pouvaient, * afin qu'en Te voyant sur la Croix * ils comprennent que Ta Passion était voulue * et proclament à la face du monde * que Tu es en vérité le reflet * de la splendeur et de la gloire du Père.

MEDITATION :
L'Evangile d'aujourd'hui est bien l'Evangile du pardon.
Souvenons-nous donc bien de cette parole du Seigneur  : C'est ainsi que vous traitera aussi mon Père céleste(Matthieu 18, 35)

L'Evangile nous rapporte cet évènement: Le roi veut que ses serviteurs lui rendent des comptes.

L'un d'eux lui doit 10 000 talents(monnaie de l'époque), devant les larmes et les supplications de ce serviteur, le roi a de la compassion, il lui remet ses dettes.

Ce serviteur a un ami qui lui doit une très modeste somme, il s'emporte contre cet homme et le fait jeter en prison.

Le roi apprend ce qui vient de se passer, il rentre dans une grande colère contre ce personnage impitoyable vis à vis de son ami. Le roi fait livrer le serviteur jusqu'à apurement de sa dette.

Ainsi se comporte Dieu avec nous. Dieu n'oublie aucune de nos mauvaises actions, si nous-mêmes nous ne pardonnons pas à nos proches, si nous n'oublions pas les offenses qui nous ont été infligées.

Au contraire, si nous n'avons pas de ressentiments à l'égard de ceux qui nous ont blessé, si nous ne sommes pas en colère contre eux, lorsqu'ils nous ont offensé ; si nous oublions tout le mal qu'ils nous ont fait, alors oui, Dieu oublie nos actions mauvaises, Il nous remet nos fautes, quelle que soit la lourdeur et la douleur que nous Lui causons.

Ce pardon dont nous parlons est essentiel car,  ni la prière, ni le jeûne, ni la charité faite aux nécessiteux, ni aucune autre bonne action ne donne satisfaction à Dieu, si nous continuons à avoir de l'animosité contre ceux qui nous ont offensés et blessés.

Au contraire, Dieu est infiniment miséricordieux avec nous, même si nous prions peu, si nous faisons peu de charité envers les nécessiteux, mais  si seulement nous pardonnons et oublions toutes les offenses et insultes que nous font les autres.

Voici une petite histoire édifiante : 
Dans un monastère habitait un moine, qui avait passé toute sa vie dans la paresse et la négligence.
Lorsque le temps de sa mort arriva, tous les Frères du monastère s'assemblèrent chez lui pour voir comment son âme se séparerait de son corps.
Car sa vie insouciante était connue de tous, et les Frères pensaient qu'il allait s'inquiéter et souffrir.

Mais qu'ont-ils vu ?

L'insouciant moine quittait ce monde d'une mort de juste, il partait tranquille.

L'étonnement des Moines était tel, qu'ils s'approchèrent du mourant et lui posèrent la question : "Dis-nous la raison pour laquelle tu meurs si tranquille et si joyeux, malgré que tu aies passé toute ta vie dans l'insouciance et la négligence ?

Le malade, conforté par la force du Christ, se leva et dit : " Saints Pères, j'ai passé ma vie dans la négligence, et il y a peu de temps le s Anges de Dieu m'ont apporté la liste de mes péchés, qui sont très nombreux, et, les ayant lus, ils m'ont demandé : te souviens-tu de ces péchés ?

Je m'en souviens, dis-je ; ne vous souviendriez-vous pas des paroles de notre Seigneur Jésus Christ : ne jugez pas et vous ne serez pas jugés ; pardonnez et vous serez pardonnés ?

Depuis le jour où j'ai quitté le monde et reçu la tonsure, je n'ai jugé aucun homme, je n'ai eu d'animosité envers personne, j'ai pardonné tout à tous. Que s'accomplissent avec moi les paroles de mon Seigneur. J'avais à peine prononcé ces paroles, que les Anges avaient déchiré la liste de mes péchés. Voilà pourquoi je meurs maintenant calmement et joyeusement. Tous mes péchés sont pardonnés, parce que je pardonnais à tous.

Ayant dit cela, le malade se coucha et s'endormit du sommeil éternel.

Voilà pourquoi le pardon accordé aux autres est pour nous une source de salut.

Quand Dieu nous pardonne, c'est pour l'éternité qu'Il oublie nos péchés, comme si nous n'avions jamais péché devant LUI.

IL nous aime comme si nous n'avions jamais péché devant LUI.

De la même façon nous devons pardonner, c'est-à-dire en pardonnant nous devons OUBLIER, ne plus nous souvenir que cet homme nous a fait du mal ; nous devons l'aimer comme si ce n'est pas du mal qu'il nous a fait, mais du bien.

AMIN !