samedi 20 septembre 2014

DIMANCHE 8 SEPTEMBRE
calendrier orthodoxe
21 Septembre calendrier civil

NATIVITE de Notre Très Sainte Souveraine
la MERE de DIEU
et toujours VIERGE MARIE

Fête de notre Fraternité Monastique de Nîmes


Dimanche d'avant-Fête de la Croix
15ème dimanche après la Pentecôte.





VÊPRES :
1- Genèse 28, 10-17.
2- Ezéchiel 43, 27-44 : 4.
3- Proverbe 9, 1-11.

ORTHROS (matines) 
Evangile Luc 1, 39-49, 56.

DIVINE LITURGIE :
Epître Avant fête de la Croix:
Galates : 6, 11-18.
Epître de la Nativité de la Mère de Dieu :
Philippiens 2, 5-11.

Evangile dimanche avant la Croix:
Jean 3, 13-17.
Evangile Nativité Mère de Dieu:
Luc 10, 38-42 ; 11, 27-28.

TROPAIRE  ton 4 :
De la Nativité de la Mère de Dieu.
Par Ta nativité, ô Mère de Dieu, * la joie fut révélée à tout l'univers, * car de Toi s'est levé le Soleil de justice, le Christ notre Dieu * qui, nous délivrant de la malédiction, nous a valu la bénédiction * et, terrassant la mort, nous a fait don de l'éternelle vie.

KONDAKION ton 4 :
De la Nativité de la Mère de Dieu.
Joachim et Anne de l'humiliante stérilité, * Adam et Eve de la mort et du tombeau * ensemble furent délivrés par Ta naissance, ô Vierge immaculée, * et Ton peuple en ce jour célèbre Ta nativité, * libéré, lui aussi, de l'esclavage du péché, * et chante la Stérile qui enfante * la Mère de Dieu, la nourricière de notre Vie.

MEGALINAIRE ton 8 :
Magnifie, ô mon âme, * la glorieuse Nativité * de la Mère de Dieu.

Etrangère aux mères, la virginité, * étranger aux vierges, l'enfantement; * mais en Toi, Mère de Dieu, les deux merveilles sont unies * et toutes les familles des nations, * d'âge en âge nous Te magnifions.


MEDITATION :
Beaucoup pensent que Dieu ne les écoutera pas, qu'ils ne seront pas exaucés, aux point qu'ils cessent de prier le Seigneur notre Dieu. Ils ne Lui exposent plus leurs soucis et ne Lui demandent plus rien, et ils se désolent, se morfondent et se plaignent de la négligence de Dieu.

Les parents de la Mère de Dieu, Anne et Joachim, nous montrent que ce qui est, selon notre humaine conception, impossible, peut se réaliser ; à condition que nous le demandions à Dieu avec foi et confiance, avec la certitude que Dieu nous écoute.

Anne et Joachim, nous le savons, étaient des gens très âgés, un âge où l'on ne peut pas espérer avoir des enfants, et surtout il ne leur était pas permis d'espérer, parce qu'ils n'avaient pas eu d'enfants auparavant. Malgré cela, ils ne cessent de demander à Dieu, sans relâche, avec foi et confiance, de leur donner un enfant. Ils le désiraient ardemment. Ils étaient très affligés de ne pas avoir d'enfant.

Et selon leur foi et l'insistance de leur demande, ils ont été exaucés, et ils ont mis au monde la Très Sainte Mère de Dieu.

N'hésitez jamais à adresser à Dieu vos demandes, demandez-Lui ce dont vous avez besoin, ce que vous désirez ardemment, même si cela peut sembler impossible, demandez que Dieu exauce vos désirs.

Demandez, au lieu de vous laissez envahir par  la tristesse, au lieu de vous morfondre et de vous inquiétez. PRIEZ : Dieu fera peut-être selon votre désir, peut-être entendra-t-Il votre prière.

Le Seigneur dit Lui-même : "Demandez et il vous sera donné" (Matthieu 7, 7).

Il faut demander avec force, avec audace, et oublier que vous demandez l'impossible ; souvenez-vous seulement qu'à Dieu tout est possible.

Même si Dieu ne répond pas selon votre désir, votre prière ne sera jamais infructueuse.

Si Dieu ne fait pas un miracle pour vous donner ce que vous demandez, Il fera un autre miracle en réponse à vos prières.

Le malade demande que Dieu le guérisse, que Dieu le délivre de sa maladie ; la maladie ne passe pas, mais le malade ne cesse pas de prier, et sa maladie deviendra moins difficile à supporter ; il la supportera avec une meilleure disposition d'âme et d'esprit. 

Ainsi, Dieu entend toujours notre prière, Il ne reste jamais sourd à nos cris d'enfants souffrants.

Si nous prions, Dieu peut nous aider en faisant pour nous ce qui nous semble être impossible. En nous adressant à Lui, nous ne perdons jamais notre temps, nous serons apaisés.

Comme nous le voyons, cette Enfant bénie, la Très Sainte Vierge Marie a-t-elle été le fruit de la confiance, de la patience, de l'humilité, le fruit d'une foi forte et d'un espoir sans borne en Dieu.

Une vie juste, une vie de foi produit toujours les fruits de l'espérance inébranlable dans le Seigneur et la soumission à Sa Sainte Volonté.