samedi 6 décembre 2014

DIMANCHE 24 NOVEMBRE ORTHODOXE
7 DECEMBRE CIVIL 2014

26ème après la Pentecôte   ton 1

Saint CLEMENT de Rome.
Atelier Icône de Valentine Basquin

Nous souhaitons de saintes et longues années à notre Frère le hiérodiacre Clément.

Tropaire ton 4 de saint Clément Rome :
Dieu de nos pères, * dont la clémence agit toujours envers nous, * n'éloigne pas de nous Ta miséricorde, * mais par les supplications de saint Clément de Rome * gouverne notre vie dans la paix.

Lucernaire, ton 2 :
Comme un soleil rayonnant* tu t'es levé de l'Occident, * Père trois fois heureux, * et la terre fut éclairée de tes splendides enseignements * ainsi que de tes blessures, brillamment; * ayant gagné les régions de l'Orient, * tu t'es couché dans la mort, * puis de nouveau t'es levé, * bienheureux Clément, près du Christ, * sans cesse, par divine communion, * illuminé de la splendeur qui abonde en l'au-delà.

____


LECTURES :
Orthros (matines): Evangile : Luc 24, 1-12.

Divine Liturgie : 
Epître : Ephésiens 5, 8-19.

Evangile: Luc 18, 18-28 (Le riche)

Carême de la Nativité. Poisson, huile et vin.

Le jeune homme riche.

TROPAIRE ton 1 :
Malgré les scellés posés sur le Tombeau * et les soldats gardant Ton corps immaculé, * Tu es ressuscité le troisième jour, * donnant la vie au monde, Dieu sauveur, * et du haut des cieux les Anges te chantèrent comme à la Source de la vie: * Gloire à Ta rRésurrection, ô Christ, * gloire à Ta royauté, * gloire à Ton oeuvre de salut, Seigneur Ami des hommes.

KONDAKION ton 1 :
Ressuscité du Tombeau dans la gloire divine, * Tu as ressuscité le monde avec Toi; * la nature humaine Te chante comme de Dieu, * la mort s'évanouit, * Adam jubile, Seigneur, * et Eve, désormais libérée de ses liens, * proclame dans l'allégresse: * O Christ, c'est Toi qui accordes à tous * la résurrection. 

MEDITATION : 
Maître que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ?(Luc 18, 18)
Cette question si vitale, posée à Jésus par un chef des Juifs, a trouvé sa réponse dans les temps suivants, et sur l'étendue de nombreux siècles, au travers des Saints qui ont accompli le désir de Dieu, de la manière la plus positive, la plus ferme et la plus digne d'être suivie :  par l'accomplissement avec tout leur coeur des commandements du Christ, par le mépris de la vie actuelle pleine de vanité, ainsi que du corps animé de passions, par le soucis de l'âme, substance immortelle, et l'aspiration irréversible à la vie éternelle.

La réponse du Seigneur Christ est claire et limpide :Tu connais les commandements, ne commets pas d'adultère, ne tue pas, ne vole pas, ne ment pas et ne fais pas de faux témoignages ou de fausses justifications, honore ton père et ta mère.

L'homme dit : J'ai observé tout ce que tu me dis.

Jésus répond :Il te manque encore une chose : vends tout ce que tu as, et distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens et suis-moi.

L'homme ayant entendu cela fut rempli de tristesse, car il était très riche.

Jésus, voyant la tristesse de l'homme, dit : Comme il est difficile à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.

Celui qui veut hériter de la vie éternelle doit accomplir les commandements, dont l'essence est l'amour réel de Dieu et des hommes. Pas en façade, pas superficiellement, non, en profondeur, dans la totalité, sans douter de Dieu.

Sans ce soucier de son avenir, de son demain : "je dois me préoccuper de mon avenir…"
Que manquait-il à cet homme qui observait, selon toute apparence, ce qui était prescrit ?
Il lui manquait un effort, un acte spirituel important : abandonner sa passion de la richesse, qui se trouvait être l'idole de son coeur, qui l'éloignait de Dieu. Le moine ou le chrétien qui fait passer ses désirs personnels, ses ambitions personnelles, avant le Seigneur Christ, ne peut aimer sincèrement ni Dieu et encore moins son prochain.

Voilà où mène la passion pour les richesses du monde, les ambitions mondaines.

Ces passions s'ancrent profondément dans le coeur de l'homme, elles sapent la vie spirituelle, elles rongent l'âme sournoisement.

L'homme livré à ces passions : l'ambition et les richesses, peut être apparemment pieux, il prie toujours Dieu, même si c'est superficiel, il observe peut-être la pureté extérieure, il peut être honnête dans ses affaires, il fait l'aumône. 
Mais lorsqu'il lui est demandé en tant que moine ou chrétien un sacrifice plus grand, qui exige de lui un réel renoncement à sa petite vie de riche ou à ses secrètes ambitions, il devient  évident qu'un tel homme est sous l'emprise de ces idoles, c'est à dire l'amour de posséder richesses et titres.

Alors il se refroidit tout d'un coup pour Dieu et pour son prochain. La vie éternelle devient pour lui plus lointaine, moins importante, alors la passion des titres et de la richesses devient chez lui comme un cancer qui le ronge, qui a pris racine profondément.

N'oublions pas les Paroles du Seigneur Christ : Soyez parfait comme l'est votre Père.(Matthieu V,48)

Qui peut être sauvé ?

La réponse du Christ est  : Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.

Ce qui signifie que le Seigneur peut, par Sa grâce, attendrir et guérir également le coeur les plus abîmés qui sont sous l'empire de l'amour  des biens et titres de ce monde.
(D'après un texte de saint Jean de Kronstadt)

Lorsque le Seigneur Christ frappe à la porte,
laissons-Le entrer et faire chez nous Sa demeure.