vendredi 26 décembre 2014



MEDITATION


Celui qui croit au Seigneur-Christ ne se permet pas d'approcher la parole du Seigneur avec un esprit critique; au contraire, il se soumet lui-même à son jugement.

Il se reconnaît pécheur et s'afflige de son état lamentable.

Quiconque éprouve un repentir réel et profond ne recherche pas de contemplation sublime : il est absorbé par la lutte contre le péché, contre ses passions.

Tant que nous sommes dominés par les ténèbres de l'orgueil, orgueil qui s'oppose à Dieu, à la Lumière dans laquelle il n'y a pas de ténèbres, nous ne serons pas admis dans Son éternité.

Cette passion (l'orgueil) est extraordinairement subtile et, par nous-mêmes, nous ne sommes pas en mesure d'en déceler la présence en nous jusqu'au bout.

De là vient notre prière : "Ses péchés, qui les connaît ? De ceux qui sont cachés en moi, purifie-moi, et de ceux qui me sont étrangers préserve ton serviteur…" (Psaume 18, 13-15).


Personne de nous, aucun fils d'Adam ne voit distinctement ses péchés.


Ce n'est qu'éclairés par la Lumière divine que nous nous libérons des ces terribles chaînes.

Si tel n'est pas le cas, il est bon pour nous de crier avec larmes :
"Seigneur, Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur."

Nous n'arrivons pas à comprendre pourquoi nous devons affronter des épreuves. Nous sommes dans un état d'incompréhension. Nous nous demandons pourquoi Celui qui est Amour absolument parfait, a voulu que la voie qui mène à Lui soit si difficile par moments.


Nous Lui demandons de nous dévoiler le secret des voies du salut.

Alors, peu à peu notre coeur s'apaise, il rassemble les forces nécessaires pour suivre le Christ et, au travers de nos petites souffrances, nous nous associons aux siennes.

Hors de l'expérience de la souffrance, l'homme reste spirituellement paresseux, à demi assoupi, étranger à l'amour du Christ.

Ayant compris cela, lorsque notre coeur est sec, sans goût à la prière, réchauffons-le par l'invocation du Nom du Christ :
"Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi."

Et soyez certains que la flamme de l'amour divin touchera notre coeur.

Acquérir la Prière de Jésus signifie acquérir l'éternité.

Lors des instants pénibles, où notre organisme physique se désintègre, la prière "Jésus Christ" devient le Vêtement de l'âme.

Souvenons-nous toujours que celui qui a connu la force de l'amour pour les ennemis ; par avance, il s'est emparé de sa résurrection et du Royaume Vainqueur. (Jean 17, 21-23 ; 11, 51-52)


Pour le chrétien, le Nom de Jésus Christ est semblable à la haute muraille d'une forteresse.

L'Esprit du Christ nous conduit dans les vastes espaces de l'amour qui embrasse toute la création.
Dans cet état, l'âme prie avec une grande émotion :
"Seigneur, Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi."