vendredi 30 janvier 2015

Vendredi 17 janvier orthodoxe
30 janvier civil 2015

Nous faisons mémoire de votre Vénérable Père
Théophore
 SAINT ANTOINE LE GRAND 



Copie d'un icône du 16ème siècle, réalisée par Michel Damasckinos. (Icônes Alain)


LECTURES:
 De Saint Antoine:
Epître : Hébreux 13, 17-21.
Evangile : Luc 6, 17-23.

Jour de jeûne. Huile et vin.
TROPAIRE ton 4 :
Imitant par ta vie le zèle d'Elie * et du Baptiste suivant le droit chemin, * vénérable Père Antoine, tu peuplas le désert * et par tes prières affermis l'univers; * prie le Christ notre Dieu de sauver âmes.
KONDAKION t 2 :
Le tumulte de ce monde, tu l'as chassé loin de toi * pour mener une vie conforme à la paix, * imitant par tous les moyens; * c'est pourquoi, Père des Pères, avec lui, vénérable Antoine, nous te glorifions.   


La vie de Saint Antoine :
Antoine est né vers l'an 250, dans la petite ville de Coma, en Haute-Egypte.
Ses parents étaient de riches et nobles chrétiens.
Ils se chargèrent eux-mêmes de l'éducation d'Antoine, car ce garçon ne voulait pas se mêler aux jeux  trop turbulents des garçons de son âge. Antoine  n'éprouvait pas d'intérêt pour les sciences profanes.
Il ne sortait de sa maison que pour se rendre à l'église et suivait avec attention les lectures et les récits des vies des Saints.
Vers l'âge de 20 ans il perd ses parents qui lui laissent  un patrimoine familial important.
Entendant la parole de l'Evangile : Si tu veux être parfait, vends tout ce que Tu as, donne-le aux pauvres, puis viens et suis-moi. (Matthieu 19-21).
Il distribua tous ses biens aux pauvres, ne gardant que le nécessaire pour établir sa soeur. 

En ce temps là il n'existait aucun monastère constitué. Il existait des Anciens qui demeuraient non loin de là. Antoine décida de les imiter et s'installa lui aussi dans un lieu isolé.

Prenant exemple sur ces Anciens, il observait l'humilité des uns, la mortification, l'assiduité à la prière ou la méditation des autres et, une fois rentré dans sa cellule, il s'efforçait de rassembler en lui-même toutes ces vertus.

Le démon envieux des bonnes actions des hommes, ne pouvant souffrir une telle ardeur en un si jeune homme, décida de partir en guerre contre Antoine. Il lui suggéra d'abord le souvenir de tous ses biens qu'il avait quittés, de sa soeur qu'il avait abandonnée et de tous les plaisirs de sa vie passée. Puis il lui présenta de façon épouvantable les difficultés de la vie ascétique, la faiblesse de son corps, le long combat qu'il aurait à soutenir pendant des années et tout un nuage épais de pensées diverses.
Antoine résistait aux assauts du Malin, alors celui-ci passa à l'attaque sur un autre front. Il lui présenta des pensées d'impureté et excita ses sens juvéniles par quantité de mauvaises suggestions.
Voyant qu'il tenait bon, il prit de nuit l'apparence d'une femme qui l'invitait au péché.
Mais Antoine repoussa Satan.
Le démon excédé le harcela de plus bel.
Antoine se nourrissait d'un peu de pain et de sel, de deux jours en deux jours, et se refusait à toute consolation humaine.
Il se choisit pour retraite un des anciens sépulcres creusés par les païens.
Ne pouvant souffrir cette provocation, Satan vint l'assaillir de nuit avec toute un troupe de démons.
Ils l'accablèrent de tant de coups qu'ils le laissèrent à terre, couvert de plaies.
Quand l'ami chargé de son ravitaillement le découvrit ainsi à demi-mort, il le transporta en hâte à l'église.
Incapable de se tenir debout, Antoine priait allongé et défiait audacieusement les démons. Ceux-ci pénétrèrent en foule dans le tombeau, en prenant l'apparence de toutes sortes de bêtes sauvages et de reptiles.
Le signe de la Croix et la foi sont un rempart inexpugnable, les démons, impuissants, en étaient réduits à grincer des dents de rage. 

Le Seigneur Jésus vint à son secours et mit en fuite ces esprits des ténèbres, en apparaissant du haut du ciel entouré d'une éclatante lumière.

A l'âge de 35 ans Antoine décida de s'enfoncer plus loin dans le désert. Il parvint sur la rive orientale du Nil, trouva sur la montagne un vieux château abandonné et, après avoir chassé les reptiles qui l'habitaient, il s'y installa dans la plus complète solitude.
Cependant, nombreux étaient ceux qui, attirés par sa réputation, venaient jusque-là.
Un jour dans l'excès de leur ferveur, ses admirateurs forcèrent la porte et virent Antoine leur apparaître éclatant, comme au sortir d'un sanctuaire mystique, et l'aspect inchangé après  20 ans, malgré toutes ses macérations.
Il accepta dès lors de recevoir des disciples en nombre sans cesse grandissant. Il fonda deux monastères : l'un à l'est du Nil, à Pispir, l'autre sur la rive gauche, non loin d'Arsinoé.

Il instruisait ses moines dans la science spirituelle. Il leur recommandait de ne jamais se laisser décourager par les épreuves ou de se relâcher de leur première ferveur.

En ce temps là, Maximin ralluma en Egypte les persécution et faisait couler à flot le sang dans la ville d'Alexandrie (311).

Les visiteurs ne cessaient d'affluer, Antoine décida de se retirer dans un désert plus profond et parvint jusqu'au Mont Colzim (aujourd'hui Mont Saint Antoine) situé vers la mer Rouge, où il s'installa.

Là, il cultivait un jardin pour sa subsistance. Il recevait quelques disciples.

Il disait avec confiance : Moi je ne crains plus Dieu, mais je l'aime. Car l'amour parfait chasse la crainte.

C'est pourquoi, dans ses enseignements, il insistait surtout sur la charité fraternelle et la purification du coeur.

Toute l'Egypte le tenait pour son père et son médecin, nombreuses étaient les personnes qui venaient jusqu'à son lointain désert pour s'entretenir avec ou recevoir sa bénédiction.

A l'âge de 105 ans, il partit, selon sa coutume, rendre visite aux moines installés dans la montagne et leur annonça avec joie que Dieu allait bientôt le rappeler vers sa véritable patrie.

Puis il se retira dans le désert profond, aidé de deux disciples : Macaire et Amathe.

Au moment de mourir, il leur recommanda de ne pas transporter son corps en Egypte, mais de l'enterrer dans un endroit inconnu de tous.

Il étendit les pieds et, le visage comblé de joie, il remit son âme à Dieu.

C'était le 17 janvier 356.

Le corps de saint Antoine fut découvert en 561, et transféré à Alexandrie.

Vers 635, sous la menace de l'invasion arabe, il fut transporté à Constantinople et, vers 1050, un seigneur du Dauphiné apporta une partie de ses reliques en France  à Saint Antoine en Dauphiné, où elles devinrent l'objet d'un  grand pèlerinage. 

Ce pèlerinage existe toujours aujourd'hui.


Monastère dans le désert d'Egypte