mardi 10 février 2015

Mardi 28 janvier orthodoxe
10 février civil 2015

En ce jour nous faisons mémoire de
notre Vénérable Père Saint Ephrem le Syrien,
de notre Père et saint Protecteur VLADIMIR de KIEV (l'un des 3 Protecteurs de notre église de Nîmes).

Saint Ephrem le Syrien



LECTURES :
De saint Ephrem :
Epître : Galates 5, 22-6 : 2.
Evangile : Matthieu 11, 27-30.

Du jour :
Epître : 1Jean 9-22.
Evangile : Marc 14, 10-42.

TROPAIRE ton 8 :
 Par les flots de tes larmes tu as fait fleurir le stérile désert, * par tes profonds gémissements tu fis produire à tes peines cents fois plus, * par tes miracles étonnant tu devins un phare éclairant le monde entier: * vénérable Père Ephrem, prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.

KONDAKION ton 2 :
Sans cesse méditant sur l'heure du jugement, * tu versais d'amères larmes, toi l'ami du silence et de la paix; * tes oeuvres, vénérable Père, ont fait de toi * un maître d'action, un docteur universel: * par toi les négligents sont  éveillés qu repentir.

 
Saint Vladimir de Kiev
l'un des trois saints Protecteurs de notre église de Nîmes,
avec saint Nectaire d'Egine et saint Séraphim de Sarov.

SAINT EPHEM LE SYRIEN:
Saint Ephrem est né en Orient dans la ville de Nisibe (Mésopotamie) vers 306.

Son père était un prêtre païens, Ephrem fut chassé de chez lui à cause de sa sympathie pour la foi chrétienne.

Il fut alors recueilli par l'évêque Jacques, qui l'instruisit dans l'amour des vertus et la méditation de la parole de Dieu.

A la fin de sa vie, il reconnaissait n'avoir jamais dit de mal de quiconque ou laisser échapper de sa bouche une seule parole insensée.


Vers l'âge de vingt ans, Ephrem se retira au désert, fuyant le trouble de la ville pour s'entretenir dans la quiétude avec Dieu et vivre en compagnie des Anges.

Il se rendit dans la ville d'Edesse pour un pélerinage et à la recherche d'un saint homme avec lequel il pourrait mener la vie monastique.

Au bout de quelques années à Edesse, saint Ephrem retourna vivre au désert. Comme il avait entendu parlé des vertus de saint Basile, Dieu lui révéla dans une vision que l'évêque de Césarée était semblable à une colonne de feu qui unissait la terre au ciel.
Sans tarder, Ephrem partit pour la Cappadoce. Il arriva à Césarée le jour de la Théophanie, et entra dans l'église au moment où l'on célébrait la Divine Liturgie.
Bien que ne comprenant pas le grec, il fut saisi d'admiration en voyant le grand évêque prêcher, car il voyait une colombe blanche posée sur son épaule, qui lui murmurait à l'oreille les paroles divines.
C'est cette même colombe qui révéla à saint Basile la présence dans la foule de l'humble ascète syrien.
Il l'envoya chercher, s'entretint avec lui.
Puis il l'ordonna diacre, et le laissa partir vers sa patrie.
Commença alors une longue série de guerres entre les Romains et les Perses ( de 338 à 387), et des persécutions implacables furent menées contre les chrétiens, considérés comme les alliés des Romains.
Apprenant dans son désert les souffrances de ses frères, saint Ephrem retourna alors à Nisibe pour leur venir en aide par ses oeuvres et ses paroles.

Par humilité il refusa toujours l'élévation au sacerdoce.

Il passa les 10 dernières années de sa vie à Edesse, et continua l'oeuvre amorcée dans l'école exégétique fondée à Nisibe par saint Jacques, en enseignant à l'école d'Edesse, appelée alors " l'Ecole des Perses".
On dit qu'il composa en syriaque plus de trois millions de vers.
Une grande partie de ces hymnes est entrée dans la composition des livres liturgiques de l'Eglise de langue syriaque, d'où le nom de Lyre du Saint Esprit et de Docteur de l'univers.

Saint Ephrem rendit son âme à Dieu en 373, entouré d'un grand nombre de moines et d'ascètes.
(Le Synaxaire tome second décembre-janvier)
 _________________________

Méditation

Ne vous étonnez si le monde vous hait : C'est que nous sommes passés de la mort à la vie.

Celui qui n'aime pas son frère demeure dans la mort.

Quiconque a de la haine ou du mépris pour son prochain est un meurtrier.
Nous devons donner notre vie.


Fraternité monastique de Nîmes.
Divine Liturgie.

Quiconque voit son frère dans le besoin et lui fermez son coeur, comment l'amour de Dieu peut-il demeurer en Lui ?

Ce n'est pas avec des mots et des belles paroles que nous devons aimer, mais par des actes et en vérité.
 (1ère épître catholique de Jean 3, 9-20)