dimanche 29 mars 2015

DIMANCHE 16 MARS ORTHODOXE
29 MARS CIVIL 2015

SAINTE MARIE L'EGYPTIENNE

Ton 1

LECTURES :
Orthros (matines): Evangile: Jean 20, 19-31.

Sainte Marie l'Egyptienne :
Epître : Galates 3, 23-29.
Evangile : Luc 7, 36-50.

LITURGIE de SAINT BASILE :
Epître : Hébreux 9, 11-14.
Evangile: Marc 10, 32-45.
(Montée à Jérusalem. La coupe et le baptême)

TROPAIRE de Sainte Marie l'Egyptienne ton 8.
En toi, vénérable Mère, la divine Image se reflète exactement; * afin de lui ressembler, tu as pris ta Croix et tu as suivi le Christ; * et par ta vie tu nous apprends à mépriser la chair qui passe et disparaît, * pour s'occuper plutôt de l'âme, qui vit jusqu'en la mort et par delà; * c'est ainsi que ton esprit se réjouit, * sainte Marie, avec les Anges dans le ciel.

KONDAKION de Sainte Marie l'Egyptienne ton 3.
Celle qui d'abord s'adonna au vice et aux passions * par la pénitence devient en ce jour l'épouse du Christ, * émule des Anges par son genre de vie, * destructrice des démons par les armes de la Croix; * et c'est pourquoi tu apparus, ô Marie, * comme une épouse glorieuse au royaume des cieux.


SYNAXAIRE
Vie de Sainte Marie l'Egyptienne.
Sainte Marie l'Egyptienne est née en Egypte.
Dès l'âge de douze ans elle quitte ses parents et se rend  à Alexandrie, où elle vécut pendant dix-sept ans dans la débauche et le plus grand dérèglement.
Subsistant au moyen d'aumônes et du tissage du lin.
Un jour voyant une foule de Libyens et d'Egyptiens se diriger vers le port, elle les suivit et s'embarqua avec eux pour Jérusalem, offrant son corps pour payer le prix de la traversée.
Quand ils parvinrent à la Ville  Sainte, elle suivit la foule qui se pressait vers la basilique de la Résurrection, le jour de l'Exaltation de la Croix.
Mais, lorsqu'elle arriva sur le seuil de l'église, une force invisible l'empêcha d'y entrer malgré ses efforts réitérés, alors que les autres pèlerins franchissaient aisément la porte.
Restée seule dans un coin du narthex, elle commença à réaliser que c'était l'impureté de sa vie qui l'empêchait d'approcher le Saint Bois.
Eglise de Nîmes.

Elle répandit alors des larmes abondantes en demandant pardon, et à la vue de l'Icônes de la Mère de Dieu (icône actuellement vénérée au Mont Athos), elle lui adressa cette prière : "Vierge Souveraine qui as enfanté Dieu dans la chair, je sais que je ne devrais pas regarder Ton Icône, Toi qui es pure d'âme et de corps, car, débauché comme je suis, je dois t'inspirer le dégoût. Mais puisque le Dieu né de Toi est devenu homme pour appeler les pécheurs au repentir, viens à mon aide. Permets-moi d'entrer dans l'église pour me prosterner devant Sa Croix. Et dès que j'aurai vu la Croix, je te promets de renoncer au monde et aux plaisirs, et de suivre le chemin de salut que tu me montreras."

Elle put entree, libre, dans l'église, elle vénéra avec ferveur la Croix. Puis revenue vers l'Icône de la Mère de Dieu, elle se déclara prête désormais à suivre le chemin qu'Elle lui indiquerait.
Une voix lui répondit d'en haut : "Si tu passes le Jourdain, tu y trouveras le repos."

Elle passa le fleuve du Jourdain et vécu dès lors dans le désert, pendant quarante sept ans, sans y rencontrer personne, ni homme ni animal.

Pendant les dix-sept premières années, ses vêtements étant tombés en lambeaux, brûlant de chaleur le jour et grelottant de froid la nuit, elle se nourrissait d'herbes et de racines.

Après tant d'années, un saint vieillard, nommé Zosime qui , selon la tradition instaurée par saint Euthyme, s'était engagé dans le désert au-delà du Jourdain pour y passer le Grand Carême, aperçu un jour un être humain le corps noirci par le soleil et les cheveux blancs comme de la laine tombant jusqu'aux épaules.

Le Grand Jeudi, l'année suivante, Zosime lui apporta l'Eucharistie sur les bords du Jourdain.

Le jour venu, Zosime vit Marie apparaître sur l'autre rive du fleuve. Elle fit un signe de Croix et traversa le Jourdain en marchand sur les eaux.
Ayant communié avec larmes, elle dit :"Mainteant, ô Maître, Tu peux laisser-aller en paix Ta servante, selon Ta parole, car mes yeux ont vu Ton salut." (Luc 2, 29)
Puis elle congédia Zosime, lui donnant rendez-vous l'année suivante.

Lorsqu'il revint, l'année suivante, Zosime trouva à l'endroit convenu le corps de la sainte étendu à terre, les bras croisés et le visage tourné vers l'Orient. Elle avait tracé sur le sol cette phrase : "Abba Zosime, enterre à cet endroit le corps de l'humble Marie, rends à la poussière ce qui est à la poussière, après avoir prié pour moi. Je suis décédée le 1er du mois d'avril, la nuit même de la Passion du Seigneur".
Après avoir essayé de creuser le sol avec un bâton, il vit un lion s'approcher du corps de Marie et lui lécher les pieds. Sur l'ordre du vieillard, le lion creusa la fosse où Zosime déposa le corps de la Sainte.


Matines du dimanche, exapostilaire, ton 3.
Ayant en toi le modèle de repentir, ô Marie toute sainte, supplie le Christ qu'en le temps du Carême la pénitence nous soit accordée, afin que nous te louions avec foi et amour par nos hymnes.