samedi 14 mars 2015

SAMEDI DE LA 3ème semaine de Carême

LECTURES :
 Epître : Hébreux 10, 32-38.

 Evangile: Marc 2, 14-17.

 Orthros -Matines: 9ème ode, ton 8, 2ème canon,
               6ème tropaire.

Là où jaillit la source de la vie, Fils de Dieu, et où resplendit la lumière de Ton Visage établis les fidèles qui sont partis vers Toi.

Saint Jean Maximovitch
Comment honorer les défunts.
Avant tout par la prière sincère pour lui, tant les prières personnelles et à la maison, que les prières ecclésiales en particulier celles qui sont unies au Sacrifice non sanglant, c'est-à-dire à la commémoration à la Divine Liturgie.

De nombreuses apparitions de défunts et d'autres visions confirment l'utilité énorme que reçoivent les défunts de la prière que l'on adresse pour eux, et par l'offrande du Sacrifice non sanglant à leur intention.

L'autre façon d'apporter une grande consolation à l'âme des défunts est de faire des oeuvres de charité pour eux (pour l'Eglise, pour les Pauvres et les Nécessiteux).

(Saint Jean Maximovitch et son temps, op. Cit. p.328)

________________________________

3ème dimanche de Carême
ADORATION DE LA CROIX
Divine Liturgie de saint Basile.

LECTURES :

Orthros(matines) : Evangile : Jean 20, 1-10.

DIVINE LITURGIE :
Epître : Hébreux 4, 14-16,  5, 1-10.

Evangile : Marc 8, 34-9 : 1. (Prendre sa croix et suivre le Christ)

Dormition du saint Prêtre Nicolas Planas
(dont nous avons l'icône dans notre église)


Par les prières de Papa Nicolas Planas,
Seigneur sauve-nous !

_________________

TROPAIRE TON 1 :
Sauve Ton peuple, Seigneur, * et bénis Ton héritage, * accorde à Tes fidèles victoire sur les ennemis * et sauvegarde par Ta Croix * les nations qui T'appartiennent.

KONDAKION ton 7 :
Désormais le glaive de feu ne garde plus la porte de l'Eden, * car le bois de la Croix l'empêche de flamboyer; * l'aiguillon de la mort est émoussé, * la victoire échappe à l'Hadès; * Dieu Sauveur, Tu es venu dire aux captifs de l'Enfer: * Entrez à nouveau dans le Paradis.

A la place du Trisagion, on chante :Seigneur notre Dieu, nous nous prosternons devant Ta Croix * et nous glorifions la Sainte résurrection.

Homélie de saint Théophane le Reclus:
Sans la Croix, on ne peut suivre le Seigneur.

Dans l'Evangile de Marc le Seigneur dit : "Celui qui veut me suivre, qu'il renonce à lui-même, prenne sa Croix et qu'il Me suive" (Marc 8, 34).

Sans la Croix, on ne peut suivre le Seigneur qui a porté Sa croix. Et tous ceux qui LE suivent portent obligatoirement leur Croix.

Qu'est-ce donc que cette Croix ?

Ce sont les gênes, les peines, les malheurs de toutes sortes qui assaillent de l'extérieur et de l'intérieur le chrétien qui chemine sur la voie de l'obéissance aux Commandements du Seigneur et dont la vie se déroule dans l'esprit de SES préceptes et recommandations.

La Croix est tellement inhérente au chrétien, que là où il y a un chrétien, il y a une Croix, et là où il n'y a pas de Croix, il n'y a pas de chrétien.

Les facilités et la vie dans les plaisirs n'agréent pas au chrétien véritable.

Sa tâche est de se purifier, de se corriger. Il est comme un malade à qui l'on prescrit une cautérisation ou une amputation, et comment les opérer sans douleur ?

Il veut s'affranchir du joug de l'ennemi puissant, et comment le faire sans lutte et sans blessure ?

Il veut aller à l'encontre de tous les usages qui l'entourent, et comment supporter cela sans gêne et sans contrainte ?

Réjouis-toi, au contraire, de sentir le poids de la Croix, car c'est le signe que tu marches à la suite du Seigneur, sur le chemin du salut, en route vers le Paradis.

Endure encore un peu. Le terme est tout proche, et la couronne de gloire !