samedi 3 octobre 2015

Dimanche 21 septembre orthodoxe
4 octobre civil

Apodose de l'Exaltation de la Croix
18ème après la Pentecôte   ton 1

Fête de saint Castor de Nîmes

LECTURES :

Orthros (matines) Evangile : Jean 20, 1-10.

Divine Liturgie :
Epître : Galates 2, 16-20.

Evangile : Marc 8, 34-9 : 1.

TROPAIRES :
Du dimanche  ton 1 :
Malgré les scellés posés sur le tombeau * et les soldats gardant Ton corps immaculé, * Tu es ressuscité le troisième jour, * donnant la vie au monde, Dieu sauveur, * et du haut des cieux les Anges Te chantèrent comme la Source de la vie: * Gloire à Ta résurrection, ô Christ, * gloire à Ta royauté, * gloire à Ton oeuvre de salut, Seigneur Ami des hommes.

De la Croix ton 1 :
Sauve Ton peuple, Seigneur, et bénis Ton héritage, accorde à Tes fidèles victoire sur les ennemis * et sauvegarde par Ta Croix * les nations qui t'appartiennent.

Kondakion de la Croix ton 4 :
Toi qui souffris librement d'être exalté sur la Croix, * au nouveau peuple appelé de Ton Nom * accorde Ta bienveillance, ô Christ notre Dieu, * donne force à Tes fidèles serviteurs, * les protégeant de toute adversité : * que Ton alliance leur soit une arme de paix, * un invincible trophée !


Divine Liturgie de l'Exaltation de la Croix
à Nîmes.


MEDITATION :
LA VOIE MYSTIQUE DE L'ANGOISSE 
(Métropolite Michel - Ed. Erickbonnier)

Nous allons parlé ici d'une souffrance est nous est commune, l'ANGOISSE, mais nous allons le faire avec le regard des Pères, des Saints, de l'Evangile.

L'angoisse est un grand problème d'aujourd'hui, elle est le point de vérification de la vie spirituelle le plus traditionnel de la spiritualité de l'Eglise Orthodoxe. 
Or ceux qui traversent des périodes d'angoisse ont tendances en général à se considérer comme des "malades" ou à culpabiliser leur angoisse.
Cela n'est qu'une apparence puisque le Christ, au contraire dit Lui-même : " Etroite est la porte, resserré est le chemin qui mène à la vie" (Matth. 7, 14)

L'Eglise Orthodoxe a une théologie de l'angoisse. Les Pères de l'Eglise ont toujours considéré que l'expérience de l'angoisse était indispensable à l'acquisition du Royaume des Cieux, c'est-à-dire de l'Esprit Saint.
Pour eux, la Parole du Christ selon laquelle l'homme devra, pour être sauvé et être Son disciple, prendre sa croix et Le suivre, désigne les épreuves et les angoisses.

Tout homme qui décide de suivre les pas du Christ, selon la tradition orthodoxe, passe nécessairement par de nombreuses épreuves et le creuset spirituel de l'angoisse, afin d'y être purifié.

Bien plus pour ces Pères, elle est un signe positif, qu'il convient dès lors non seulement de ne pas culpabiliser, mais d'accepter, d'assumer.

L'angoisse est identifiée par les Pères ascétiques à la résistance des anciens préjugés psychiques qui avaient pris possession de l'âme, à la venue du feu du Sain Esprit. L'Esprit Saint ne fait pas que consumer le vieil homme, Il donne également naissance à l'homme nouveau.

L'angoisse est donc une nécessité indispensable à ce que les Pères, après le Christ, ont nommé la seconde naissance.

Un Père spirituel contemporain riait beaucoup en se souvenant de quelqu'un venant le voir en lui disant : "Père, je vais très mal, car je suis dans l'angoisse", le Père répondait toujours : "Alors c'est que tu as commencé à aller bien. !"