samedi 19 décembre 2015

DIMANCHE 7 / 20 décembre 2015
29ème après Pentecôte   Ton 4
Mémoire de Saint Ambroise de Milan.

DIVINE LITURGIE
Fraternité Monastique Nîmes

10  h 30

guérison de la Femme courbée.

LECTURES :

Du dimanche :
Orthros (matines) : Evangile : Jean 20, 1-10.

Divine Liturgie :
Epître : Colossiens 3, 12-16.
Evangile : Luc 13, 10-17. (La femme courbée).


Saint Ambroise de Milan :
Epître : Hébreux 7, 26-8 : 2.
Evangile : Jean 10, 9-16.

Carême de la Nativité. Poisson, huile et vin.


TROPAIRE ton 4 :
Recevant de l'Ange la joyeuse nouvelle * de la Résurrection de leur Seigneur * et détournant l'ancestrale condamnation, * les Saintes femmes se firent gloire d'annoncer aux Apôtres : * Le Christ a triomphé de la mort, * Il est ressuscité, notre Dieu, * pour donner au monde la grâce du salut.

Tropaire de saint Ambroise ton 4 :
La justice de tes oeuvres a fait de toi * pour ton troupeau une règle de foi, * un modèle de douceur, * un maître de tempérance; * c'est pourquoi tu as obtenu par ton humilité l'exaltation * et par ta pauvreté la richesse. * Père saint, Pontife Ambroise, * prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.

KONDAKION ton 4 :
Mon Sauveur et mon Libérateur * a ressuscité tous les mortels, * les arrachant par Sa force divine au chaînes du tombeau : Il a brisé les portes de l'Enfer * et en Maître souverain Il est ressuscité le troisième jour.

Kondakion de saint Ambroise ton 4 :
Possédant les paroles de vie, * tu abreuves la foi des croyants, * sage Père, et dans la grâce constamment * tu leur fais produire du fruit; * tu submerges les hérésies * et fais jaillir la grâce des guérisons; * de tes flots tu purifies * la souillure des passions, * saint pontife Ambroise, initiateur des mystères sacrés.


MEDITATION :
Depuis dix-huit ans cette femme était possédée d'un esprit impur qui la rendait infirme.
Elle était courbée et ne pouvait pas se redresser.

Le  Seigneur Lui-même dit que Satan avait pris sur cette femme un pouvoir qui la rendait percluse.

Mais en réfléchissant bien, ne sommes-nous pas, nous aussi, sous l'emprise de Satan ? Tous ces péchés semés en abondances par Satan lui-même dès le début et qu'il cultive avec zèle chez les incroyants et les hommes de peu de foi, chez tous ceux qui se s'abandonnent librement à toutes les choses faciles, rendent les hommes infirmes.

Se laisser dominer par Satan, par le péché, c'est s'abaisser entièrement jusqu'à terre, sans pouvoir s'élever, ni par la pensée, ni par son désir, ni par son action.

Le dimanche nous venons a l'église pour assister à la Divine Liturgie, pour prier notre Seigneur et Sauveur. 
Qu'en est-il réellement pour beaucoup d'entre-nous ?
A l'église, les pensées, les soucis et les préoccupations, les penchants et les passions, dominent le coeur et tirent l'homme vers la terre, le détournent de Dieu, de la grâce et de la vie selon la grâce.
L'âme est blessée, perturbée, elle demeure impuissante.
Quand bien même l'homme eût voulu se prosterner devant Dieu, s'élever dans Sa direction,dépasser ses penchants et goûter la paix et la joie en l'Esprit Saint, il ne pourrait le faire sans la grâce particulière de Dieu : il se sent lié intérieurement, il perçoit les filets ennemis qui l'entravent, une force invisible le retenant comme par une bride.

Cela arrive notamment à ceux qui ne vont pas souvent à l'église. Alors que les Fidèles, qui participent avec leur coeur, repoussent les ennemis invisibles et chassent les pensées qu'ils leurs inspirent, car la grâce est plus forte que les tentatives des démons.

N'oublions pas que tout péché mutile notre âme.

Notre âme est mutilée par la pensée débridée, l'incroyance, le blasphème, l'orgueil, la colère, la haine et l'irritabilité, l'envie et la malveillance, la satisfaction méchante ; la jalousie, l'amour de la possession, l'avarice et la dureté du coeur, l'intempérance et l'ivrognerie, l'ignorance, l'ennui et le désespoir.

Tous ces péchés et leurs semblables lient, mutilent et tuent l'âme, la repousse vers la terre et l'empêchent de s'élever vers Dieu.

Le Chrétien qui est appelé par le Seigneur à hériter du Ciel, doit se prendre d'amour pour les choses d'en haut, là où le Christ est assis à la droite de Dieu, et non pour les choses qui sont sur la terre (Colos. 3, 2).
C'est là qu'est sa patrie éternelle. Amin.
(Saint Jean de Kronstadt)

(Sermons Orthodoxes -Age d'Homme)