mercredi 3 février 2016

Mercredi 21 janvier orthodoxe
3 février civil 2016

Saint Maxime le Confesseur

LECTURES :
Epître: Hébreux 11-40.
Evangile : Luc 12, 8-12.

Jour de jeûne.

Tous les moines, nous t'honorons, Maxime, Père saint, * comme notre guide spirituel; * par toi nous avons appris à marcher sur le droit chemin; * bienheureux est-tu d'avoir servi le Christ * en brisant la puissance de l'ennemi, * compagnons des Anges, des Justes et des Saints; * avec eux supplie le Seigneur * d'avoir pitié de de nos âmes. 


TROPAIRE TON 8 :
Guide de l'orthodoxie, maître de piété et de sainteté, * luminaire de l'univers, ornement des moines inspiré de Dieu, * saint Maxime, tu nous as tous illuminés par tes enseignements, * toi qui fus comme une lyre vibrant au souffle de l'Esprit. * Intercède auprès du Christ notre Dieu pour qu'Il sauve nos âmes.

St. Maxime le Confesseur.

KONDAKION ton 8 :
L'ami de la Trinité, Maxime le Grand * qui enseigna clairement la divine foi * pour glorifier le Christ en deux natures, deux volontés, deux énergies, * vénérons-le comme il se doit, * fidèles, par des cantiques en lui disant : * Réjouis-toi, prédicateur de la foi.

SYNAXAIRE
Le 21 janvier, mémoire de notre vénérable Père Maxime le Confesseur.

On te coupa la main, la langue aussi, Maxime;
mais tu les fis recroître, et le Père des Cieux
entre Ses mains reçut ton esprit grandissime,
lorsque, le vingt et un, le sort t'a clos les yeux.

Fraternité monastique de Nîmes de l'Iconostase.

MEDITATION
On peut par vaine gloire et pour être vu des hommes, se faire volontairement pauvre et extrêmement humble ; mais cela n'est pas la pauvreté en esprit, c'est une hypocrisie engendrée par l'orgueil et tout à fait contraire à l'esprit de pauvreté.

Celui qui s'estime indigne des honneurs et du bien-être corporel est vraiment et pleinement pauvre en esprit et Dieu le proclame bienheureux. 
(St. Grégoire Palamas. VII p.65 - Age d'homme)

AVARICE et AMOUR de L'ARGENT
"L'avarice et l'amour de l'argent engendre : le manque de piété, l'exploitation, le vol, l'injustice, toute sorte de cupidité" ( 2 Colossiens 3-5)

Le manque de foi en la Providence de Dieu rend les maladies dues à l'amour de l'argent difficiles à rejeter ; car quiconque ne croit pas à la Providence divine, s'appuie sur l'argent.

Ceux qui veulent s'enrichir par tous les moyens, tombent dans la tentation et les piège du diable.(1Timothée 6, 9)

Ce redoutable amour de la richesse ne vient pas de l'état de pauvreté, c'est plutôt la pauvreté qui vient de l'amour de la richesse, amour engendré par la folie. Insensé et manque de sagesse, celui qui pour sa richesse inutile trahit le salut de son âme.

Le Seigneur a dit que la vie ne dépendait pas de l'abondance des biens. ( Luc 12, 15).


Ceux qui veulent s'enrichir, ne peuvent même pas dire, pour se justifier, que c'est pour le bon motif. Ils ne croient pas en Christ qui nous dit : "Cherchez d'abord le Royaume et la justice de Dieu et tout le reste vous sera donné de surcroît" Matthieu 6, 33)

Ces gens craignent la pauvreté qui leur set de prétexte pour ne pas briser leur désir malade et corrompu de la richesse, même quand celle-ci est grande.

Ils amassent sans cesse, surchargeant leurs épaules de fardeaux, et transportent toute leur vie, un bien étrange sépulcre.
(Plus il y a de pauvreté dans le peuple,plus les riches deviennent riches… N'est-ce pas ce qui ce passe aujourd'hui dans notre société et notre monde ?)

On ensevelit les morts dans la terre commune, mais l'esprit de l'avare est déjà enseveli sous l'or qui est aussi de la terre.

Plus on jette de l'or dans le sépulcre, plus il sent mauvais, plus mauvais que le corps recouvert de terre ; la puanteur monte jusqu'au ciel, jusqu'aux Anges de Dieu, jusqu'à Dieu.

Dieu se détourne d'eux, et c'est d'eux que le Psalmiste a dit : "Ils sont devenus puants à cause de leur folie." (Psaume 37, 6)

La pauvreté volontaire qui ne cherche pas à plaire aux hommes, la pauvreté en esprit proclamée bienheureuse par le Seigneur Christ, nous délivre de cette maladie.

Le moine qui souffre de la passion de l'avarice, ne peut se soumettre à l'obéissance.

Le fondement de la vie monastique, sous quelque forme que ce soit : c'est la non-possession, la pauvreté. Comment alors le moine qui n'a pas renoncé à l'argent pourra-t-il livrer des combats spirituels ?

(Malgré cela, toute communauté monastique a la nécessité matérielle de régler ses charges au sens légal des lois de l' Etat ou elle vit. Les moines sont dans l'obligation de trouver l'argent nécessaire pour vivre, suivant la Parole du Seigneur : "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.)
(D'après des textes de saint Grégoire Palamas).