samedi 12 mars 2016

DIMANCHE 29 FÉVRIER ORTHODOXE
13 mars civil

DIMANCHE DE L'EXPULSION D'ADAM
Le Paradis perdu
Tyrophagie   Ton 8

Dimanche du pardon


DIVINE LITURGIE   10 H 30
à la Fraternité monastique

Expulsion d'Adam.

LECTURES :
Orthros (matines) : Evangile :  Jean 20, 11-18.

Divine Liturgie : 
Epître : Romains 13, 11-14 :4.

Evangile : Matthieu 6, 14-21.

Dernier jour où l'on mange des laitages, avant le Carême.

Aux Vêpres :
PRIÈRE DE SAINT EPHREM LE SYRIEN et baiser du pardon.


TROPAIRE ton 8 : 
Du ciel Tu descendis, ô Dieu de miséricorde, * trois jours dans le tombeau Tu souffris de demeurer * pour nous délivrer de nos péché; notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à Toi.

KONDAKION ton 6 :
Guide de sagesse et Maître de savoir, * pédagogue qui nous donne la raison, * protecteur des pauvres, fortifie et instruis mon coeur, * accorde-moi la parole, ô Verbe de Dieu, * car je ne puis retenir mes lèvres de chanter : * Dieu de tendresse, prends pitié de moi, pauvre pécheur.


MEDITATION :
Ce dimanche est appelé dimanche du pardon, car en ce jour est lu l'Evangile nous demandant de PARDONNER les fautes, les péchés commis envers nous par nos proches, afin que le Père Céleste nous pardonne à nous aussi, nos innombrables péchés.

C'est pour cette bonne raison qu'a été introduit depuis les temps anciens l'usage pratiqué en ce jour, et d'ailleurs toute la semaine qui précède, de demander pardon les uns aux autres pour les péchés commis envers l'autre.

C'est une coutume authentiquement et hautement chrétienne, car qui peut dire qu'il n'a pas péché contre son prochain, par paroles, par de mauvaises actions, par des mensonges ou de bien méchantes pensées ?

Demander pardon à l'autre prouve notre foi dans l'Evangile, notre humilité, l'absence de haine, l'amour de la paix, la vraie paix , celle de Dieu.

Ne pas vouloir demander pardon à ceux devant lesquels nous sommes réellement en tort, démontre le peu de foi, l'orgueil, la présomption, la haine tenace, l'insoumission à l'Evangile, l'opposition à Dieu, et ô malheur, l'entente avec le diable.

Nous sommes TOUS enfants de Dieu par la grâce, les membres du Christ-Dieu, membres de l'Eglise, Qui est Son Corps, et Ses membres.

Dieu est AMOUR comme nous le précise Jean 4, 8 ; 2.
Il attend de nous plus que tout autre sacrifice l'amour mutuel, l'amour.
Cet amour qui est longanime, miséricordieux, qui n'envie pas, qui ne s'enfle pas, ne s'ennorgueillit pas, qui n'est pas indécent, qui ne cherche pas son intérêt, qui ne s'irrite pas, ne pense pas en mal, qui ne se réjouit pas du manque de vérité, mais il met sa joie dans la vérité. Il couvre tout, il espère tout, il endure tout et ne s'arrête jamais. (Corinthiens 13, 4-8)

Mais notre coeur est plein d'amour-propre, il est impatient, capricieux, haineux parfois et bien trop souvent rancunier.

Le Seigneur Christ dit à ce propos : c'est du dedans, du coeur de l'homme, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les homicides, les larcins, l'avarice, les méchancetés, la fraude, l'oeil envieux, le blasphème, l'orgueil, la folie. (Marc 7, 21-22)

Le Seigneur pour le pardon des péchés accordé à nos proches, nous promet le pardon du Père céleste, la mansuétude, la félicité éternelle. Alors que ceux qui entretiennent la haine, ceux-là endureront le juste jugement de Dieu.

Evitons dés aujourd'hui toutes formes de colères, de rancoeurs, de médisances et calomnies.

La rancune est un vice terrible. Nous sommes créés selon l'image et ressemblance de Dieu : la douceur et l'absence de toute haine doivent être nos propriétés inchangées.

Le rancunier n'est pas à l'image de Dieu : il est davantage un animal qu'un homme.

Amin !

(D'après des textes de saint Jean de Kronstadt)