mercredi 2 mars 2016

Mercredi 18 février orthodoxe
2 mars civil

Mémoire de Saint Léon Ier Rome


LECTURES : 
Epître : 1 Jean 3, 21-4 : 11.
Evangile : Marc 14, 43-15 : 1.

Jour de Jeûne.

TROPAIRE ton 8 :
Guide de l'Orthodoxie, maître de piété et de sainteté, * luminaire de l'univers, ornement des pontifes inspiré de Dieu, * saint Léon, tu nous a tous illuminé par tes sages enseignements, * toi qui fus comme une lyre vibrant au souffle de l'Esprit. * Intercède auprès du Christ notre Dieu pour qu'Il sauve nos âmes.

KONDAKION ton 3 :
Toi qui sièges sur un trône sacré * et fermas les bouches léonines de l'hérésie, * par ta doctrine divinement inspirée * tu as fait briller la connaissance de la sainte Trinité; * c'est pourquoi tu as été glorifié * comme un saint oracle de la grâce de Dieu.

IKOS :
Le Père, le Fils et le Saint Esprit, * la lumière au triple éclat, * la puissance trois fois sainte, tu l'as prêchée * comme une seule nature, une seule divinité, * et c'est ainsi que tu as clos finalement * les perfides lèvres des hérétiques, sage Père Léon; * et, reconnaissant comme Mère de Dieu * la pure Génitrice du Christ, * tu as fortement abattu l'orgueil de Nestorius; c'est pourquoi Rome et le monde t'ont reconnu * comme un saint oracle de la grâce de Dieu.

SYNAXAIRE :
Du temps où l'Eglise d'Occident était en totale communion avec l'Eglise Indivisible, le Pape de Rome, en étant qu'évêque de la capitale de l'Empire et patriarche d'Occident, jouissait d'un certaine prééminence dans la communion ecclésiastique, et il était considéré par tous les chrétiens comme le gardien par excellence de la tradition apostolique, en servant d'arbitre en matière de dogme.

Occupant le siège de Rome à une des époques les plus critiques de l'histoire, époque qui vit l'effondrement de l'Empire Romain et où l'Eglise se trouvait menacée de toutes parts de déchirement par les hérétiques, saint Léon a su proclamer la sainte doctrine de la vérité et a mis tout son soin pour préserver l'unité de la Sainte Eglise, c'est pourquoi il est justement vénéré, en Orient comme en Occident, sous le titre de SAINT LEON LE GRAND.

Il est né à Rome dans un famille noble de Toscane, il entra très tôt dans le clergé et ne tarda pas à recevoir la dignité d'archidiacre de l'Eglise de Rome, charge qui l'amenait à prendre une part considérable dans toutes les affaires ecclésiastiques et les controverses doctrinales de son temps.

C'est au cours d'une de ses missions en Gaule qu'il apprit la mort du pape Célestin et qu'à son insu, il avait été unanimement été élu par le peuple pour lui succéder.

Il a été intronisé  en septembre 440.